Elephant Man de David Lynch (1980) par Bruce Kraft

MY BELOVED MONSTER.

Elephant-man-david-Lynch-Anthony-Hopkins-John-Hurt-poster-affiche

1884, dans un un cirque vit John Merrick alias « l’homme éléphant ». Il est un phénomène de foire exploité par un certain Bytes qui le maltraite afin d’en tirer profit. Un jour, le docteur Treves, intrigué par les difformités de Merrick, demande à Bytes d’examiner « Elephant Man ».

Voici un des films qui m’ont le plus marqué…et je ne pense pas être le seul. « Elephant Man » est une version romancé de la vie de Joseph Merrick, sous les « traits » de John Hurt dans le film, d’ailleurs ce sont les moules de son visage (conservés depuis 100 ans!!!) qui ont servis pour le maquillage et c’est horriblement hallucinant !!!

Elephant-man-david-Lynch-Anthony-Hopkins-John-Hurt-3

C’est un choc visuel à sa première apparition sans la cagoule, j’en ai fait des cauchemars quand je l’ai vu la première fois! D’ailleurs, ne vous attendez pas à le voir de suite, au début son corps n’est que suggéré par la réaction des gens qui le voient puis par sa silhouette afin d’habituer le spectateur.

Pour son deuxième film, Lynch apporte un soin tout particulier à cette atmosphère générée par la grande révolution industrielle, il nous montre Londres en noir et blanc, ce qui amplifie énormément l’impression de crasse et de malaise. Lynch fait même, dans une interview, un parallèle entre John Merrick et la révolution industrielle :

Elephant-man-david-Lynch-Anthony-Hopkins-John-Hurt-4

 » Toutes les images d’explosions me rappelaient les croissances de peau sur le corps de Merrick. Ce sont comme des petites explosions qui sortent de ses os. Je ne sais même pas d’où cela venait exactement. Même ses os finissaient pas exploser, changer de textures puis tout sortait de la peau comme une lente éruption. L’idée de ses cheminées, de la suie et des industries si proches de la chair du personnage m’attirait beaucoup. Les êtres humains sont un peu comme des usines. Leur corps produit tant de petites choses. » Le parallèle est assez glauque mais d’une justesse incroyable….

Elephant-man-david-Lynch-Anthony-Hopkins-John-Hurt-5

John Hurt fait là une interprétation des plus talentueuse car tout son jeu se base sur la gestuelle ( le personnage étant handicapé) et la façon de parler ( « Je ne suis pas un animal, je suis un être humain, je….suis….un homme!!  » qui deviendra la phrase culte du film).

De plus, John Hurt devait passer de longues heures pour le maquillage imposé !!

Dans le rôle du Dr Treves, nous retrouvons notre Anthony « Hannibal » Hopkins dans un rôle vraiment touchant de ce docteur vraiment curieux de la maladie de son patient puis touché personnellement par Merrick. Toujours impeccable cet acteur, c’est agaçant à la fin !!!

Elephant-man-david-Lynch-Anthony-Hopkins-John-Hurt-7

« Elephant Man » est hommage avoué aux films de monstre des années 20, le personnage principal est-il le vrai monstre face à une population aussi bête qu’intolérante? Des films comme « Freaks, la monstrueuse parade » abordaient déjà ce thème. Une pièce avait été mise en scène, avant que Lynch ne tourne, avec David Bowie dans le rôle de Merrick mais sans maquillage…allez, on ne rigole pas !!!

Elephant-man-david-Lynch-Anthony-Hopkins-John-Hurt-1

Le film de Lynch est une réelle réussite dans le genre bien qu’il n’ai pas eu le moindre Oscar, et c’est le public qui honorera son film. Dino de Laurentiis en voyant « Elephant Man » aura l’idée (Qui a dit mauvaise?) de prendre Lynch pour réaliser « Dune »….mais ceci est une autre histoire….

Magnifique!!!
Magnifique!!!

Bruce Kraft.

 

Advertisements

4 commentaires

  1. film qui m’a totalement effrayé étant gamin,et que j’ai revu des années plus tard avec un sentiment différent.une grosse sensation de tristesse et de malaise face à l’intolérance des gens.(la scéne ou tout le monde débarque chez merrick en le faisant piccoler et danser m’a marqu2 durablement) trés grand film et succés public mérité.

    J'aime

  2. j’ai revu from hell des fréres hugues(sa sré ptét une bonne idée de le chroniquer celui la)et j’ai trouvé sympa le caméo de Merrick dans ce film, en tout cas savé l’air sympa à l’époque Londres avec un monstre difforme et un éventreur qui se balance dans les rues,une belle région touristique,arf!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s