Le parfum, histoire d’un meurtrier de Tom Twycker (2006) par M.Shift

Dans la France du 18ème siècle récit d’ « un des personnages les plus géniaux et abominable de l’ époque » dans le royaume immatériel des odeurs.

le-parfum-histoire-d-un-meurtrier-poster-affiche-Tom-Tickwer

Sentez cette fleur…..

 Et oui, la chronique d’un film passé sur la p’tite lucarne, sur une chaîne hertzienne s’il vous plaît !! En fait j’avoue, là, j’ai pris le pitch du bouquin ( dont je conseille la lecture), dont le film est tiré. On y suit la vie de Jean-Baptiste Grenouille, joué par Ben Whishaw (acteur anglais) sur les épaules duquel le film repose, depuis la naissance sur un étal de marché jusqu’à la mort.

le-parfum-histoire-d-un-meurtrier-Tom-Tickwer5

Il croisera tout au long de sa vie des personnes, qui pour l’avoir côtoyé ou l’avoir utilisé, le paieront généralement de leur vie. Très tôt il a conscience d’avoir un don exceptionnel : son odorat surdéveloppé. Après être passé par l’orphelinat, où il sera rudoyé par ses camarades, il trouve un travail et c’est lors de festivités, que Grenouille, fasciné par les odeurs qui l’entourent (feux d’ artifices…), détecte dans la foule une odeur qui le fascine bien plus que toutes autres, c’est celle d’une jeune fille, qu’il tuera « accidentellement ».

Il n’aura plus qu’un but c’est de comprendre le monde des odeurs et les capturer. C’est pourquoi il arrive à se faire vendre à un grand parfumeur sur le déclin, Guiseppe Baldini (Dustin Hoffman) qui lui inculquera les bases de la distillation.

le-parfum-histoire-d-un-meurtrier-Tom-Tickwer-Dustin-Hoffman

Mais cela ne suffit pas à Grenouille, physiquement malade de ne pas pouvoir capturer toutes les odeurs (même celle du verre!!). Apprenant qu’il existe une autre technique il décide de quitter Paris. Son périple le même dans une montagne désertique où il décide de se réfugier loin des hommes et de leurs odeurs. Il découvrira alors que lui même n’a pas d’odeur. Son but sera d’en avoir une, d’avoir le parfum ultime. Il reprend donc son périple pour Grace où il apprendra l’art de l’enfleurage, la technique la plus aboutie, qui lui permettra de capturer jusqu’à l’odeur des êtres vivants.

le-parfum-histoire-d-un-meurtrier-Tom-Tickwer3

J’avoue avoir été surpris de voir ce film (que je n’ ai pas eu l’occaz de voir avant) programmé sur France 2 (et en début de soirée, le prime comme on dit!). Car dès le début on nage dans la crasse et dans un monde visuellement nauséabond, et après 20 minutes de métrage dans le meurtre.

Celui ci n’est pas particulièrement traumatisant (par rapport à ce qu’on trouve dans « LPB »), mais le fétichisme olfactif du meurtrier est beaucoup plus malsain que ce qu’on a l’habitude de voir à la Télé (entendre hertzienne et TNT), De même le moment de l’ exécution (ou plutôt de la tentative) de Grenouille, qui se termine en orgie sexuelle, une masse grouillante de corps nus (vieux, jeunes, beaux, moches y a le choix) à faire pâlir Marc Dorcel,  est visuellement bluffante.

le-parfum-histoire-d-un-meurtrier-Tom-Tickwer1

Ce film est pour moi une réussite. Une grande fidélité à l’ oeuvre originelle, ce qui n’ est pas un mince exploit car cela aurait pu être d’un ridicule sans nom.

Déjà le film arrive à faire vivre le monde des odeurs, de manières omniprésentes, par de simples effets visuels (et sans monologue descriptif à la con), le réalisateur Tom Twyker (« Cours, Lola, cours….. ») n’en rajoute jamais trop et c’est l’un des atouts majeur du film. L’autre atout est le casting, Ben Whishaw a un jeu corporel vraiment fascinant (il vaut mieux vu le peu de dialogue qu’il a) et permet de rendre son personnage vraiment crédible; Dustin Hoffman, cabotin mais très bon dans son rôle; et Alan Rickman (« Piège de cristal » et « Harry Potter ») impeccable.

le-parfum-histoire-d-un-meurtrier-Tom-Tickwer4

Pour moi ce film fait parti des très bonnes adaptations de roman, arrivant à retranscrire l’atmosphère (point fort du livre) mis en valeur par le jeux des acteurs. Je conseille la lecture et la vision donc, ou la vision et la lecture, vous ne serez pas déçu.

un bon film
un bon film
Publicités

16 commentaires

  1. Pour moi le livre n’est pas sur le même registre que le film.Le héros du livre je l’ai vu comme un artiste.Dans le film je l’ai vu psychopathe.Après l’atmosphère est très bien rendue les acteurs
    jouent bien mais le coté malsain ressort.
    A bientot!

    J'aime

  2. Je rejoins point par point cette critique. Il faut lire le bouquin de toute urgence, et regarde ce film de toute urgence aussi. Et si on s’intéresse au travail d’écriture d’un scénario, il y a
    vraiment de quoi prendre des leçons…

    J'aime

  3. Lorsque le film est sorti en salles, je n’étais pas allée le voir, car ayant lu le livre de Suskind, j’avais peur d’être déçue, et puis, comme tu dis, il est passé en prime time sur une chaîne
    banale, et je me suis dit « pourquoi pas? », et …. pas déçue du tout..

    J'aime

  4. Pas d’ accord avec Brigitte, dans le livre le côté misanthrope ()  et manipulateur est nettement plus poussé, dans le
    film ça tient un peu plus du concours de circonstance je trouve.
    Sinon la remarque de Sékateur est très pertinente, je trouve, sur le travail d’ adaptation.

    J'aime

  5. Je vais dés cet après midi(là je travaille!!!) reprendre le livre que j’ai lu il y a au moins six ans.J’ai parlé d’après les souvenirs qu’il m’a laissé,des descriptions incroyables de parfums
    subtils,flagrances lourdes ou vaporeuses,odeurs entêtantes ou énivrantes,senteurs aériennes qui entrainaient le héro dans un état de béatitude digne d’un véritable esthète.
    A bientot!

    J'aime

  6. Lu il y a moin longtemps (2 ans peut être), et je me rapelle bien cette haine de l’ humanité qui accompagne Grenouille, assez rapidement (en fait dès le « pensionnat » pour moi) exacerbé lors de sa
    retraite dans le Cantal, et quand il met son plan sur pied avant son arrivée à Grace (je sais plus, je crois que c’ est vers Montpellier).
    Bon c’ est loin d’ être le seul point du film, et pas non plus le thème central, qui est vraiment le monde des odeurs, ce qu’ on retrouve bien dans le film (pour moi en tous cas).

    J'aime

  7. Merci la Pellicule Brule pour ces découvertes DVD.  Je me suis commandée quelques dvd diagnostiqué sur le site la semaine dernière, dont le Parfum. Par pur hasard, le film est diagnostiqué qq
    jours plus tard!!. Il est original ! j’aime vraiment l’ambiance qui me rappelle un peu les couleurs et plans de Sleepy Hollow, voir Vidocq ( allez savoir ). Parcontre, n’ayant pas lu le livre, je
    pense m’y coller dés que j’ai un peu de temps!

    J'aime

  8. Plutôt d’accord dans les grandes lignes mais je trouve le film terriblement imparfait, beaucoup trop démonstratif (gros abus de gros plans sur des nez, c’était pas nécessaire), l’intensiité de la
    scène de la naissance de Grenouille n’est atteinte une nouvelle fois qu’à la fin (énorme!)… mais bon malgré plein de petits défauts j’ai trouvé ça fascinant

    J'aime

  9. J’ai resurvolé le livre.Je n’y vois pas une haine de l’humanité mais un désir de se procurer l’odeur des gens et ça il ne peut les sentir de partout qu’en les tuant.
    Il veut atteindre la perfection dans son art de « nez ».Dans le livre il est très laid même monstrueux alors que dans le film je me rappelle une scène où une jeune fille est de dos,il la sent ,elle
    se laisse faire parce qu’il est beau.Là aussi j’ai visionné ce film à sa parution il parait qu’il est passé dernièrement à la télé pendant que je…..bloguais.A bientot!
    ps:maintenant je vais louer le CD

    J'aime

  10. C’est super de venir ici on a les images sans même se déplacer pour louer un DVD.
    Oui c’est l’image dont je me rappelle où il était derrière la fille et où je l’avais trouvé beau, mème si aux cotés du médecin on voit des pustules alors que dans le livre c’est un monstre
    immonde.Bon lundi!

    J'aime

  11. Oui le film est imparfait, mais je le trouve cohérent, dans son ambiance son déroulement………après je fais jamais du plan par plan, et de plus j’ ai raté le début du film alors l’ intensité de
    la naissance……….
    Mais je maintient, Grenouille a une aversion pour l’ humanité + présente dans le bouquin, ou tout du moin un grand dédain.
    En tous cas moi je le vois comme ça, je suis plus psychopate que poète.
    C’ est pas un scoop ça ?

    J'aime

  12. Je ne suis pas tout à fait d’accord: le film n’est pas muavais mais nettement en-dessous du livre. A sa lecture on a l’impression de sentir chacune des odeurs rencontrées par Grenouille, dans le
    film, tout au plus, on « voit » ce qui se passe, je ne sais pas si c’est très clair  

    J'aime

  13. Lu le roman bien 10 ans avant de voir le film, j’avais quelques appréhensions aussi sur la manière d’adapter à l’écran le monde des odeurs, mais c’est plutôt réussi. je ne me suis pas ennuyée une seconde . Un regret cependant: La petite enfance de Grenouille méritait quelques minutes de plus, par exemple, quand une première « bonne » nourrice le rend aux moines en disant qu’elle est « dérangée » par ce nourrisson qui ne sent pas ce que doit sentir un bébé et que donc, elle ne peut pas bien s’en occuper, ses explications et le dialogue avec le moine sur le sujet sont simples, mais le fait de voir rejeter Grenouille pour cette raison, quand on connaît les endroits où il a atterri après, ajoute à ce qu’il est, ce qu’il va devenir … J’aurais aimé voir cette scène 🙂
    La découverte de la Provence en image est superbe, et j’aurais aussi aimé que soit détaillé un peu plus le Plomb du Cantal, lorsqu’il s’enferme dans une grotte…quasiment rien n’est montré à l’écran….
    A relire…A revoir 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s