The Mist de Franck Darabont (2007) par Bruce Kraft

DANS LA BRUME ELECTRIQUE.

David Drayton et son fils se retrouvent bloqués dans le supermarché de la ville depuis l’étrange apparition d’une brume compacte qui entoure le bâtiment. David est le premier à découvrir, pendant que les autres clients essaient de cohabiter, que cette brume est habité par quelque chose qui n’est pas humain…..

Franck Darabont c’est en quelque sorte le « sauveur » cinématographique de Stephen King depuis « Les évadés » et le magnifique « La ligne verte »….Vous imaginez, même Kubrick avait déçu l’écrivain avec son « Shining ». Super polyvalent (réalisateur, acteur et surtout scénariste!!!) le réalisateur s’attaque à une histoire qui, en fait, n’a pas l’air super excitante au premier abord et nous emmène dans un supermarché au fin fond du trou du cul de l’Amérique (le tout filmé au plus près des acteurs pour garder un certain naturel à l’ensemble.).

Tout le monde y fait ses petites emplettes et là….c’est le drame…y a plus de petits pois rayon conserve….aaargghh!!! Foutu les pigeons aux petits pois!! Nan, sans déconner….Une brume, où on y voit pas un con à deux mettre, va mettre le doute aux clients quant à une éventuelle sortie dans la rue…Et encore plus quand un type débarque dans le magasin disant qu’il a vu « Q.U.E.L.Q.U.E.C.H.O.S.E ». Ce quelque chose je n’en parlerai même pas…car franchement, ça gâcherait tout pour ceux qui ne l’ont pas vu….

Bon, mettons de suite les choses à plat: ce n’est pas un film de bourrin!! Je dirais même qu’on a affaire à un huis clos psychologique particulièrement redoutable. En effet, le film possède deux niveaux: Tout d’abord l’ennemi à l’extérieur d’ordre surnaturel qu’il faut gérer et l’aspect psychologique d’un groupe enfermé et face à un danger….d’où, vous imaginez, les prises de bec sur le « comment qu’on fait pour survivre? ».

Point de discorde plus houleux encore avec le facteur religion (et oui vous êtes aux States!!) et la fameuse punition divine qui unit les croyants dans ce genre de situation….et qui divise les plus sceptiques.Magnifique tour de passe-passe du scénar’ l’ennemi de l’extérieur est-il plus dangereux que celui de l’intérieur?

L’acteur Thomas Jane a été choisi pour incarner ce papa poule qui doit non seulement préserver son fils mais aussi faire face aux « croyants » et aux « choses surnaturelles »….et il faut le reconnaître, il est impérial de simplicité.
A ses côtés on retrouve pèle-mêle: Laurie Holden (La flic de « Silent Hill ») en groupie de base et Tobie Jones en commis de supermarché….

Face à eux c’est essentiellement Marcia Gay Harden (« Into the wild » et « Mystic River ») qui impressionne de par son rôle de « prédicatrice » hallucinée, bergère d’un groupe qui ne trouve d’explications à ce qui leur arrive que dans la volonté du seigneur…des fanatiques quoi!! Ce petit monde va se déchirer jusqu’à un final des plus…ah punaise je vais vous dire ce que j’ai dis à ma copine quand le générique de fin est arrivé: » Ooooh putain…je suis soufflé…alors là j’en reviens pas…énorme!! ».

Ce long-métrage est vraiment un petit bijou à condition de se prendre au jeu du scénario: rentrer dans la psychologie des personnages et accepter le rythme lent imposé par Darabont. Seul point faible: une fois que l’on sait la fin…la magie peut-elle encore opérer une deuxième fois?

Bruce Kraft.

excellent, au dessus de la mêlée
excellent, au dessus de la mêlée

Publicités

16 commentaires

  1. Tiens, je l’ai justement acheté et vu y’a même pas deux mois. Sans être aussi emballé que toi, j’ai bien aimé, notamment le dénouement.
    Par contre, j’ai trouvé que le film avait un côté vieillot, et les effets spéciaux assez dépassés.
    Mais bon, l’ambiance est bien rendue, ça reste un film à voir.

    J'aime

  2. rhaaa ! pour celui-ci, je ne remercie pas les distributeurs. A l’époque, quand je n’étais pas revenu à Paris, impossible de le voir en salles. Depuis, je n’ai toujours pas chopé le dvd. Bref, 
    ça fait ch.. d’autant que j’avais beaucoup aimé le bouquin !

    J'aime

  3. Tu piques ma curiosité, je ne connais pas du tout ce film. Le pitch, par contre, me fait penser à la très longue nouvelle « Brume », donc, j’imagine que c’en est une adaptation. Encore un film à voir
    à l’occaz…

    J'aime

  4. énooooormmmmmmme dénouement (au fait quand tu ve les fins qui tuent brucie!!)la fin du bouquin se situe un peu avant
    le fin du métrage je crois (les survivants dans la caisse qui comtemplent le golgot dans la brume) tit’ astuce, le visionner en noir et blanc pour son coté « twillight zone » évidemment mais
    ce procédé permet de gommer en, partie les sfx pas tjs convaincants. en tout cas étonnant que le studio chargé de la chose (les fréres « coupe/coupe » weinstein!!) ai accepté une fin
    aussi nihiliste..

    J'aime

  5. Tu oublies quelque chose de très important dans ta critique. Tu vises à fond le côté réflexion du film, les différentes paraboles esquissées et je suis d’accord là dessus.
    Sauf qu’il y a tout le premier degré. Si tu « décroches » de l’analyse second degré de l’histoire, tu te retrouves avec quelque chose de particulièrement plat servi par des effets spéciaux
    particulièrement ridicules. Quitte à toi dans ce cas de te faire royalement chier ou de prendre ça au ridicule façon Snakes on a plane.

    Donc un bon film, oui. Mais à condition de rester concentré sur le côté intellectuel de la chose.

    J'aime

  6. wé mais justement cette fin a bluffé king lui méme! (qui a dit à darabont avec bpc de sincérité que la fin du métrage était meilleure que celle du bouquin) et des dénouements comme
    ça, par les tps qui courent c’est quand méme pas courant!! (c’est logique peut étre de faire ça dans la « vraie » vie si cela nous arriverait et encore mais pas
    dans un film hollywoodien!)

    J'aime

  7. Ah The Mist. De ces dernières années, un des films qui restent bien encrée en moi. J’ai vraiment adorée ce huit-clos comme tu dis Bruce. Et ces personnages!!!
    Sans trop dévoiler, la femme « casse-couille » on est bien contetn de ce qui lui arrive à un moment dans le film, je me souviens que la salle avait applaudis à ce moment là…
    Et cette fin… une fin incroyable.
    Je ne l’ai jamais revu depuis, et ta réflexion sur un deuxième visionnage ou plus est intéressante.
    Un film que je conseil vivement

    J'aime

  8. Comme pour la plupart des personnes ce film a été une excellente surprise pour moi même s’il est vrai que le premier visionnage reste le meilleur ne serait ce que pour la fin qui met une claque.

    J'aime

  9. J’avais beaucoup aimé aussi, surtout cet aspect old school qui s’est vraiment perdu dans le cinéma d’horreur…
    Bon y’a juste les SFX qui sont quand même assez pitoyables et c’est dommage

    J'aime

  10. concession de darabont aux weinstein: « je conserve ma fin couillue mais j’accepte une réduction budgétaire (et de facto les sfx) au vu du resultat sa s’est avérré payant..

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s