Démineurs de Kathryn Bigelow (2009) par Mat Castle

MINES-ARRETS.

 

Le quotidien de démineurs et notamment celui de James, un G.I basé en Irak, « addict » à l’adrénaline et qui fait prendre des risques parfois inconsidérés à son équipe…

Demineur-Kathryn-Bigelow-Guy-Pearce-Jeremy-Renner-poster-affiche

 Huitième long métrage pour la « sévèrement burnée » Kathryn Bigelow avec ce « Démineurs » plus centré sur les protagonistes de la Guerre que le conflit en lui même. Comme nous le montre le surprenant prologue avec Guy Pearce, capable de faire des blagues sur les hamburgers juste avant d’essayer de désamorcer une bombe pouvant souffler un pâté de maisons entier, la formidable réalisatrice de  » Strange days » nous fait comprendre à la fin de cette introduction, que même si t’es un super « crack » dans ton taf et que t’as la « cool attitude », la mort peut surgir à tout moment.

Demineur-Kathryn-Bigelow-Guy-Pearce-1

Le spectateur est averti, tout le monde peut y passer en une fraction de seconde même le héros principal (toujours une bonne idée dans ce genre de films de prendre de bons acteurs pas vraiment « stars » car Georges Clooney dans le rôle, c’est l’assurance de le voir s’en sortir de toutes les escarmouches sans égratignure, alors qu’ici tous sans exception sont dans la ligne de mire).

Le perso incarné par un Jérémy Renner impeccable, est une sorte de croisement entre Martin Riggs de « l’arme fatale 1 » (et j’insiste sur le 1, parce qu’après c’est du n’importe quoi!!) et le « Body » de « Point Break », un gars qui vit bombe, dort bombe et chie bombe 24 heures sur 24. Ce qui perturbe ses collègues au point d’en avoir plus que marre de lui et de penser sérieusement à s’en débarrasser dans une séquence surréaliste voire glaçante (un comble pour une action supposée se dérouler en Moyen Orient).

Demineur-Kathryn-Bigelow-Guy-Pearce-Jeremy-Renner-2

Bigelow installe une atmosphère vraiment étouffante pendant prés de 45 grosses minutes où les moments de tension laissent peu de place à l’accalmie (voir la reconnaissance nocturne dans un quartier aussi dangereux qu’une favela brésilienne). La mise en scène très documentaire à l’épaule (merci « The Shield » et « Battle star Galactica ») y est pour beaucoup car nous nous retrouvons au choeur du chaos et la créatrice de « Near Dark » enchaîne les scènes de flippe à vitesse grand V (la scène avec le taxi ou celle où le héros est encerclé par des explosifs à « tirettes »…).

Demineur-Kathryn-Bigelow-Guy-Pearce-Jeremy-Renner-3

Chorégraphiée comme un « mano à mano westernien » la scène où s’affrontent les deux snipers est aussi tendu qu’un string aussi ( avec une apparition éclaire et assez sympa de Ralf « Lenny » Fiennes). Quand le danger retombe, et que l’alcool coule à flot, on essaye alors de percer à jour le mystère James et le pourquoi du comment de ses motivations et ses réponses sont pour le moins que l’on puisse dire assez surprenantes face à ses potes soldats.

Demineur-Kathryn-Bigelow-Guy-Pearce-Jeremy-Renner-4

Ayant un sang froid redoutable et inhumain, il se retrouve néanmoins complètement décontenancé par les questions de ses collègues sur le but de sa vie. C’est encore plus parlant quand James voit sa femme Evangeline « Lost » Lilly, (décidément c’est la fête aux caméos ce film!) pour une perm’ et comprends très très vite que sa vocation est ailleurs et tout autre (Devant un Irakien qui le supplie de lui enlever de la TNT, pas de soucis mais quand sa moitié lui demande de faire une course, il se retrouve totalement désemparé devant la simplicité de la situation).

Demineur-Kathryn-Bigelow-Guy-Pearce-Jeremy-Renner-6

Une constante chez Bigelow qui nous brosse toujours des persos qui ont besoin d’un carburant qui stimule leur existence morne (Lenny dans « Strange Days » avec ses drogues virtuelles, Body et sa « recherche de la vague parfaite », ou bien le sang forcément pour les vampires de « Aux frontières de l’aube »). Qu’importe le contexte, c’est toujours le psyché ou la mentalité qui prime dans le cinéma de l’ex à « Big Jim » Cameron (bien illustrée par la scène de la douche où on se demande si le « maverick » décompresse ou s’il a des remords suite à un pseudo décès d’une connaissance).

Demineur-Kathryn-Bigelow-Guy-Pearce-Jeremy-Renner-5

Un film de guerre qui n’oublie pas la psychologie de ses « Boys » en route, c’est toujours plus qu’appréciable en ces temps de « pop corn movie » décérébré. Quel grand plaisir de retrouver une Kathryn Bigelow dans un film d’action digne de ce nom. Assurer, par exemple, le suspense malgré des scènes finalement assez statiques ( le paradoxe c’est que pour un film portant sur le déminage cela ne pétarade pas plus que ça malgré quelques « boosts » assez efficaces) devient un des nombreux points forts du métrage. Un petit bémol quand même au niveau du scénar’ quelque peu faiblard parce qu’on a l’ impression d’assister à plusieurs saynètes collées entre elles plutôt qu’à un récit qui coule de source tout naturellement et à des seconds rôles assez creux.

Mais c’est une petite goutte dans l’océan en vue de la maestria de la mère Bigelow, en espérant ne pas attendre 10 ans pour qu’elle retourne un autre film surtout si c’est du même calibre que ce « Démineurs ». « Welcome home Kat! ».

Sympa, bon film
Sympa, bon film

Mat Castle.

 

Advertisements

12 commentaires

  1. J’ai adoré, j’ai adoré, j’ai adoré, j’ai adoré, j’ai adoré. Jeremy Renner est un excellent acteur qui a vraiment rendu justice à son personnage en n’en faisant pas des tonnes pour montrer qu’il est
    un brin (??) perché.
    Je suis également d’accord avec toi quand tu dis que les seconds rôles sont un peu mous du genou (sauf le toubib tête à claque dont la fin m’a fait péter de rire au ciné).
    Kathryn Bigelow maîtrise parfaitement les moments de tension sans en faire des tonnes. Un très très beau film d’action… avec tout plein de belles égratignures sur les visages des héros (ce qui,
    on est d’accord, aurait été inacceptable sur George Clooney!!) ;p.

    J'aime

  2. Un film que j’ai apprécié surtout avec le recul car à la sortie de la salle j’étais plus mitigé. Du coup je le reverrais peut être même si je suis loin d’avoir totalement accroché. Ca reste quand
    même un très bon film ^^

    Au fait, je t’ai emprunté ta bannière pour te rajouter dans mes liens sur mon blog j’espère que cela ne te dérange pas sinon n’hésite pas à me le faire savoir 😉

    Vlad

    J'aime

  3. j’étais ressorti de la scéance content mais pas plus emballé que ça. Mais après mure réflexion, c’est vrai que c’est un film de haute volée, très bien fichu. La scène d’intro est d’enfer. Par
    contre, de là à voir du The shield dans la réalisation, sous prétexte de caméra à l’épaule, quand même pas. Dans la série, tout l’art du montage du son avant l’image (ou inversement), le grain, les
    zoom énormes, les plans planqués façon voyeurismes rendent un effet global.
    Dans Démineur, Bigelow prefere mettre au centre des hommes en alternant plans proches, faisant sentir leur sueur, et plan large pour montrer leur aspect minuscule face à cette jungle explosive.
    en tout cas, bien belle chronique.

    J'aime

  4. Ce film a l’air très interessant et je retiens surtout ce que tu dis « le héro peut y rester à chaque instant ». Ca doit vraiment être bien a voir ça doit changer des scénario ou sait à l’avance qui
    va vivre et qui va mourir. 

    J'aime

  5. juste un « gros » 4 car le scénar suit pas trop et l’entourage de james (renner formidable que j’avais déja repéré dans 28weeks later) parait bien fade en effet audie sauf effectivement le
    docteur (c’est l’acteur qui joues le frére de Dexter!) et le petit « beckam » qui ont un petit peu de substance. pour répondre à alex, ce sont les gros plans impromptus qui m’ont fait penser au chef
    d’oeuvre de shawn ryan, la notion d’ urgence aussi,mais sur sur the shield c’était plus une contrainte par le manque de moyens, sur démineurs c’est plus une volonté et c’est nettement plus léché
    c’est vrai, genre…battle star galactica

    J'aime

  6. J’ai adoré le côté « tension », vraiment bien représenté dans le film, et le côté à la fois bien entouré, mais totalement seul et désarmé du démineur. Les acteurs, sans être extraordinaire, jouent
    juste et sont crédibles dans leurs rôles.

    Bon film.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s