Les infiltrés de Martin Scorcese (2006) par Marc Shift.

La trajectoire d’un mafieux infiltrant la police et celle d’un policier infiltrant la mafia. Ils ont les mêmes objectifs : faire triompher leur camp tout en préservant leur identité.

Les-infiltrés-Scorsese-Dicaprio-Damon-Nicholson-poster-affiche

INSIDE MAN.

Attention regardez plutôt Infernal affairs bien meilleur, cette chronique sera réécrite tantôt…..En fait non, j’ai la flemme, je préfère l’original à ce film, changez donc vous même le nom des acteurs et du réal….

Concept assez casse-gueule que ce film, remake d’un film hong-kongais (« Infernal Affairs » que je n’ai pas vu donc je ne ferais aucun commentaire), où deux trajectoires au départ différentes sont racontées en même temps. Mais là le conteur n’est pas le premier venu, vu que c’est Martin Scorcese et que là il signe un film sur la mafia, un genre auquel il est intimement lié.

Les-infiltrés-Scorsese-Dicaprio-Damon-Nicholson-3

Alors un de plus? Oui, mais là c’est celui de la consécration, car il lui a quand même permis, et il était temps, d’obtenir un oscar (enfin quatre, mais le premier en temps que réalisateur). A mon humble niveau je ne dirais pas que c’ est son meilleur film, ni son meilleur sur la mafia (« Casino », « Les affranchis » c’est quand même pas de la merde!) alors pourquoi ici oscar et pas pour les autres? Ils sont donnés à l’usure? Peut être, mais ce film est loin d’ être dénué de qualités.

Les-infiltrés-Scorsese-Dicaprio-Damon-Nicholson-4

Le scénario tout d’abord. Il nous montre en quelques minutes comment Colin Sullivan (Matt Damon), un enfant innocent devient un mafieux confirmé, allant jusqu’à infiltrer l’unité spéciale d’investigation de Boston. En parallèle, on suit le parcours de William « Billy » Costignan (Léonardo Di Caprio), issu d’un milieu mafieux, qui entre dans la police pour y combattre la pègre.

Les-infiltrés-Scorsese-Dicaprio-Damon-Nicholson-6

Tout tourne autour du personnage de Francis « Franck » Costello (Jack Nicholson), parrain local véritable mentor de Sullivan, auprès du quel « Billy » est infiltré. Nos deux « héros » font partis de la même unité, mais pas du même service, et ne se connaissent pas. La tension s’accroît au fur est à mesure du chassé / croisé entre les deux taupes rentrant même dans une rivalité sentimentale « par hasard » (mais quand même un peu trop cousu de fil blanc….) et sans savoir qui est le rival de l’autre! C’est là que le concept aurait pu être casse gueule car pour faire fonctionner ce type de script, l’équilibre entre les diverses parties est difficile à trouver. Et ici c’est une réussite pour film, ça fonctionne très bien! Je n’ai pas ressenti de temps mort, et sur un film de 2h25 c’est à souligner!

Les-infiltrés-Scorsese-Dicaprio-Damon-Nicholson-5

Le film est un crescendo jusqu’au moment où les deux infiltrés rentrent en conflit direct et où chacun comprend qui est son adversaire, le film ne ralentissant pas avec la sombre destinée du clan Costello, ni avec la rencontre entre les deux ennemis. La fin seule m’a laissé un peu perplexe et je ne sais toujours pas quoi en penser d’ailleurs, mais cela ne gâche en rien la qualité du
film.

Les-infiltrés-Scorsese-Dicaprio-Damon-Nicholson-1

J’ai trouvé tous les acteurs au meilleur de leur forme (oui, même Matt Damon ou Mark Wahlberg que d’habitude j’apprécie peu est ici énorme…..), un montage ciselé comme rarement (récompensé par un oscar dont j’ignorais l’attribution avant d’écrire cette chronique, et oui « LPB » rend intelligent ;-)), et une musique qui souligne bien le film….. Je ne sais pas ce que donne l’original (apparemment encore mieux), mais ce Scorcese là est un bon film.

 

moyen mais sympa
moyen mais sympa
Publicités

14 commentaires

  1. Ah celui-là il me pose problème… objectivement et pris seul c’est un bon film, pas de doute là-dessus. Enfin, jusqu’à la fin qui m’a vraiment gonflé en venant rétablir cette saloperie de morale
    ricaine selon laquelle le bad guy ne peut pas s’en sortir impuni…
    Par contre, ayant vu Infernal Affairs (que je considère comme un des meilleurs polars des 10 dernières années tous pays confondus) ben la comparaison fait mal au film de Scorsese. Il est mieux
    réalisé certes mais le film original possède bien plus de charme que ce remake trop calibré.

    J'aime

  2. film  bien meilleur que l’original (dialogues,mise en scéne,jeu d’acteurs) pas le meilleur scorcese mais indéniablement un trés grand film,nicholson bien cabotin comme il faut, et marty a le
    talent de rendre juste des acteurs d’ habitude assez fadasses (de caprio, wahlberg-qui a pété un cable sur le set- et surtout damon qui est trés surprenant dans le role d’une belle
    pourriture) la fin ne m’a absolument pas déçu surtout que la rédemption in extremis de l’infiltré dans l’original (qui est quand méme un bon film) arrivait un peu comme un cheveu sur la soupe.
    En tout cas le  cinéaste sexagenaire met à l’amende tout le monde à hollywood, pour moi c’est le plus grand tout simplement..

    J'aime

  3. Salut Marc,
    Rien de plus à dire que Niko et Mat sur le film. Je me rappelle plus trop de l’original mais je me souviens avoir pensé que Scorsese n’avait pas à rougir de son adaptation. Par contre, ta petite
    question sur les Oscars me donne envie de répondre: Oui, ils sont donnés à l’usure. Scorsese aurait mérité au moins trois fois de gagner dans le passé (Taxi Driver, Raging Bull, ou Goodfellas sont
    des films mille fois supérieurs à ce remake). Y’a plein d’exemples de ce genre d’Oscars « de rattrapage »: Al Pacino, Sean Connery,… Les Oscars sont une vaste blague. Ils se sont rendus compte que
    c’était pas normal que des mecs comme Hitchcock, Chaplin ou Kubrick n’ait jamais gagné de statuette de meilleur réalisateur. Donc, ils essaient de se rattraper avec les grands artistes toujours en
    vie avant qu’ils meurent…

    J'aime

  4. comme toi youto j’accorde aucuns crédits aux oscars (alors les césars j’en parles méme pas) c’a m’a fait la méme sensation pour scorcsece, vite on lui file l’ oscar parsqu’on va nous
    torpiller de ne lui pas avoir donné de son vivant quand il cassera sa pipe, mais bon comme tu dis il aurait du l’avoir depuis lgts,alors ya pas scandale…

    J'aime

  5. Moi je mettrais même cet oscar sur la dernière tentation du Christ,  mais bon de toutes façons ce truc c’ est un show d’ autocongratulation, autant qu’ une bataille entre les différents
    studios.
    Mais bon là pour une fois en France c’ est pas passé à côté vu que c’ est le Pophète qui a été récompensé. Ce qui permet de refiler encore un oscar à Adjani pour (encore) un film qui ce passe
    dans une école…..

    J'aime

  6. les césar me font penser à un épisode de south park ou la famille brosloswki déménages à san francisco et la ils découvrent  que pour s’autogratuler les habitants font des prouts dans un verre
    de vin vide et humment le tout, sa m’a fait tout de suite penser a cette cérémonie française coincée du cul, youto c’est gagné d’avance pour le « dude » à mon avis, et bruce: « les garçons ont un
    pénis et les filles ont un vagin » (un flic a la maternelle ou quand le t800joues du banjo dans une classe de morveux)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s