Rocky Balboa de Sylvester Stallone (2006) par Marc Shift

Rocky a depuis longtemps quitté le ring, il traîne sa mélancolie depuis la mort de sa femme Adrian à la suite d’un cancer. Devenu patron de restaurant il raconte sa gloire passée aux clients de passage.

 Rocky-Balboa-Sylvester-Stallone-poster-affiche

ULTIMATE FIGHTING..

Oui je sais, je fais encore la chronique d’un film qui vient de passer à la télé mais que voulez vous, ça me fais moins loin que d’ aller au cinéma. Et là j’ai une excuse, celui là je l’ai vu au cinéma. Enfin Bref. Autant le dire tout de suite, je ne suis pas un grand fan de boxe, par contre j’aime bien Stallone (même si Bruce me dit qu’il bat sa femme et son chien), même si je n’ai pas vu tous les « Rocky ».

Rocky Balboa 2007 Real : Sylvester Stallone Burt Young COLLECTION CHRISTOPHEL

Beaucoup de choses ont été dites sur cette saga, sur la résonance entre la carrière de Stallone et de Rocky, et même entre Rocky et les U.S.A, chacun à sa manière étant le reflet d’une mentalité, d’une vision de l’Amérique à une époque précise. Donc qu’en est-il de cet ultime volet? Déjà à la base je n’ attendais rien de ce nouveau Rocky, n’en voyant même pas l’intérêt, mais j’avais été le voir sur un coup de tête, un peu par nostalgie.

 Rocky-Balboa-Sylvester-Stallone-1

Rocky a 50 ans, il tient un restaurant italien, ne se remet pas vraiment de la mort de sa femme et n’entretient que des rapports distants avec son fils (Milo Ventimiglia) qui fait tout pour l’éviter. Il passe ses soirées à raconter ses exploits à ses clients, et entraîne l’éternel Paulie (Burt Young) dans un pèlerinage en mémoire d’Adrian. En bref il vit dans le passé.

Puis il rencontre la « petite » Marie (Géraldine Hugues), qu’il a vu pour la première fois quand elle était gamine, maintenant adulte. Le rythme du film navigue entre mélancolie et une certaine torpeur, dans laquelle se complet dans un premier temps Rocky. Suite à un « buzz médiatique » (comme on dit) sur un combat du siècle virtuel entre le champion du moment Mason Dixon (Antonio Tarver champion amateur 1995, médaille de bronze à Atlanta en 1996), invaincu mais impopulaire, et Rocky. Ce dernier finira par reprendre le chemin du ring.

 Rocky-Balboa-Sylvester-Stallone-2jpg

 

Là, le rythme du film s’accélère au fur et à mesure de l’entraînement pour atteindre son paroxysme lors du combat final, entrecoupé par des scènes plus intimistes avec juste ce qu’ il faut de sentimentalisme. Cette accélération,qui suit l’entraînement (avec les carcasses de bœufs et la  montée des marches sur la musique mythique) est entrecoupé par des séquences où Balboa remet sa vie en ordre, avec des leçons de vie certes un brin simplifiées (c’est pas du Nietzsche alors du coup j’ai tout compris 😉 mais écrit dans la droite ligne du personnage.

 Rocky-Balboa-Sylvester-Stallone-6jpg

Et si on aime Stallone, ou les films héroïques (avec une vraie humanité), voire même ce qu’il reste du rêve américain alors ce film est à voir. Et rien parce que ma douce et tendre a apprécié, ça mérite une bonne note.

un bon film
un bon film

PS de Bruce Kraft: Je bats peut-être ma femme mais j’ai trop de respect pour mon chien pour le frapper!!
PS2 de Bruce Kraft: Quand tu dis « ma douce et tendre » ça me fait froid dans le dos…Arrêtes ça!!!

Publicités

10 commentaires

  1. Salut les garçons, ai vu le film et j’ai plutôt bien aimé. La musique mythique, la gueule cassée de Stallone, les célèbres marches de Philadelphie… tous les ingrédients étaient présents pour
    pousser à regarder l’ultime épisode de la légende Rocky (ai fait comme toi, ai regardé la télé, allais quand même pas dépenser 10 euros pour ça…).
    Et – surprise, surprise – je n’ai pas été déçue. Au départ, je m’attendais un peu à un film de bourrin avec un soixantenaire super fort comme seuls les américains savent les pondre, et j’ai été
    agréablement surprise en voyant Stallone opter pour une certaine forme de modestie (et de réalisme aussi, soyons sérieux).
    En revanche, j’ai trouvé la scène de combat un peu bâclée (et totalement irréaliste pour le coup), tout comme la fin du film. Pourquoi est-ce qu’il décide d’arrêter de se battre? A quoi rimait ce
    dernier combat? sont des questions qui restent en suspens.

    Mais bon… Stallone a bien fait vivre (et mourir) cette franchise qui – même si elle n’a rien de philosophique – n’en aura pas été moins plaisante à suivre… 

    J'aime

  2. Je suis assez fanboy de Rocky, je préfère le dire avant de commenter.
    Le film m’a beaucoup plu, même si il est assez irréaliste (sérieusement, vous mettriez un ancien champion du monde presque soixantenaire face au tenant du titre ???), les clins d’oeil aux
    anciens Rocky, le côté mélancolique, tout ça, ben c’est une belle conclusion à la série et ça rattrappe l’image laissée par le 5…

    J'aime

  3. le robot patissier qui fait aussi stereo quand rocky laves sa caisse avec son fils, gros fan des rocky (le 4 c’est une » merveille » parsque over the top dans touts les domaines) j’ai vraiment
    apprécié cet opus, melancolique et parfois assez touchant, stallone a bien bouclé la boucle comme il l’a fait avec son john rambo bien brutal (sly voyait rocky comme son « ying » et rambo comme son »
    yang » c’est trés juste je trouve). Enfin pour rambo pas sur, un cinquiéme volet est parait il en gestation..

    J'aime

  4. Bruce regarde la note, j’ ai mis 5/7, je pense que c’ est la note juste du film, qui il est vrai est irréaliste, mais c’ est du ciné…..
    Y a tous les ingrédients d’ un bons Rocky et pas de réel défaut en regard de la cohérence de l’ oeuvre, et je pense que c’ est u élément très important.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s