Alice au pays des merveilles 3D de Tim Burton (2010) par Bruce Kraft

Alice a 19 ans et fait des rêves étranges sur un monde imaginaire depuis son enfance. Alors qu’elle essaie de fuir une demande en mariage devant témoins, elle se met à poursuivre un lapin bizarre qui l’entraîne dans le creux d’un tronc d’arbre…..
Alice-au-pays-des-merveilles-Tim-Burton-Johnny-Depp-poster-affiche
QU’ON LUI COUPE LA TETE.

Tim Burton a toujours été un de mes réalisateurs préféré, non pas pour ses techniques mais pour ses idées et son univers des plus délirant. « Alice au pays des merveilles » est un livre dont je n’ai lu que quelques pages au cours de mes études et c’est sa version dessin animé (de Disney!!!) qui a toujours été pour moi la référence en la matière. Référence qui ne m’a jamais quitté puisque j’ai toujours trouvé que cette version était très hallucinogène et vraiment en marge de ce que Disney pouvait proposer jusqu’alors.Alice-au-pays-des-merveilles-Tim-Burton-Johnny-Depp-4

Savoir que Burton était donc sur le coup d’une version personnelle me donnait donc envie, sachant qu’en plus il allait de nouveau faire appel à son compère de toujours, Johnny Depp (depuis « Edward aux mains d’argent » en 1991 ils ne se sont jamais quittés!!). Le fin du fin étant que le réalisateur allait proposer au monde entier son film en 3D…Et j’entends déjà des voix s’élever et dire: »alors monsieur Kraft c’était comment dis? ».

Alice-au-pays-des-merveilles-Tim-Burton-Johnny-Depp-2

Et bien franchement c’est un plantage complet, une histoire sans saveur, sans rebondissement où la quête d’Alice ressemble plus à du sous « Narnia » mais version plus nulle…Et plus le film avance et plus c’est plat. En plus, Burton nous gratifie d’une fin vraiment dispensable et hors propos. Aurait-il perdu toute imagination? Les scénaristes seraient-ils les mêmes que pour tous les films d’heroïc-fantasy du pauvre qu’on nous sert depuis vingt ans? Au bout de quinze minutes on sait déjà comment le film va se terminer!!!

Alice-au-pays-des-merveilles-Tim-Burton-Johnny-Depp-1

Mais s’il n’y avait que ça…Esthétiquement on se demande comment, avec les progrès faits, on arrive à avoir des paysages aussi vides et mornes que ceux proposés dans ce « Alice au pays des merveilles »? Rien, si ce n’est dans ce fameux premier quart d’heure avec une végétation assez riche comme pour dire: »vous avez vu? C’est génial la 3D!! »…et puis plus grand chose..enfin si…des bugs dans la 3D par moment!! Aouch!!. Un soufflet au fromage qui retombe mollement sur vos espoirs de gastronome.

Au niveau du casting c’est aussi plat…ou presque: Helena Bonhan Carter (la Reine Rouge) et Anne Hattaway (La reine Blanche) sont vraiment habitées par leur personnage et sont irréprochables….ce qui n’est pas le cas de Depp (Le chapelier fou) qui semble sortir d’une grippe intestine lui ayant pompé toute envie de délirer. Mia Wasikowska, quant à elle, est une Alice bien insipide qui ne convainc jamais le spectateur en jeune femme rêveuse et innocente….

Alice-au-pays-des-merveilles-Tim-Burton-Johnny-Depp-6

Le bestiaire y est bien aussi mais relégué en second plan et on regrette de ne pas avoir un peu plus le chat du Cheshire ainsi que Tweedledee et Tweedledum pour leurs joutes verbales burlesques. Dommage car avec tout ce beau monde le film aurait gagné en profondeur. Pour finir le tableau, la bande originale est tellement passe-partout qu’on en oublie qu’il y en a une…et c’est impardonnable de la part du réalisateur de « Sweeney Todd » d’avoir négliger ce point. Après avoir foiré le remake de « La planète des singes », Burton nous livre là un deuxième boulet dans sa filmo…à éviter donc.

Alice-au-pays-des-merveilles-Tim-Burton-Johnny-Depp-7

Carroll écrivait, dans « Alice au pays des merveilles »: « Tout a une morale si l’on cherche bien ». J’en ai trouvé une pour Tim Burton: »Un réalisateur a beau avoir une des filmographies des plus originales et divertissantes,  il n’en reste pas moins à l’abri de faire dans la banalité et l’ennui le plus extrême ».

Pas terrible...
Pas terrible…

Bruce Kraft.

 

Publicités

20 commentaires

  1. ca fait des plombes que j’avais pas fait un commentaire tiens !

    On avait envie d’aller voir le film mais je crois que tu m’en as coupé l’envie !

    tu parles de décors vides mais ça n’a pas l’air d’être le cas sur les photos non ?

    et qu’en est il du bug 3D, on peut avoir des précisions ?

    J'aime

  2. outch ! tu vois tu peux être plus méchant que moi on a publié presque en même temps. Sauf que moi je l’ai vu en 2D (c’est moins cher, et j’ai pas mal au crane)
    Bon je suis d’accord sur l’histoire. ais tu es le deuxième à parler de sous-Narnia. Je vois la référence (Alice en armure à la fin, un petit coté prince Caspian. Mais sincèrement c’est une vacherie
    un peu biaisée. Car gravite tout de même beaucoup d’autres choses plutot interressante. Moi je l’aime bien le jeune Mia, sobre mais douée. Par contre Anne Hathaway, bof bof.
    bref il y a beaucoup de choses à dire ce film je m’arrete là. Un peu banal certes, mais que deux grilles pains, merde c’est pas ton genre.

    J'aime

  3. c’est plus mainsteam c’est pain-stream burton président du festival de Cannes si il est pas rentré dans le rang avec
    ça…En tout cas si sa peut faut réévaluer la Contribution de Sellick dans « Mr jack » parsque le réal de ste film c’était lui et y a que burton qui a eu les louanges alors qu’on se rende
    compte depuis 10ans que le réal de batman:le défi n’ est pas aussi génial que ça…

    J'aime

  4. Mat tu confonds tout là. présider cannes, c’est juste une occaz de voir pleins de films, souvent bons. Et les lauréats de cannes sont rarement ‘mainstream’. Altam, Tarantino, et tant d’autres.
    Sur Mr Jack, le scénariste c’est lui, l’idée originel, c’est lui, le créteurs de story-board, c’est lui. Je suis pour qu’on réévalue le boulot de Sellick (en témoigne Coraline) mais sur Mr Jack, il
    débutait. Il a eu le statut de réa car il animait, concevait les marionnettes. Mais c’est plus une réévaluation de son rôle que lui a offert Burton. Par exemple, Wes Anderson ne l’a pas fait avec
    ses animateurs et créateurs de marionnettes. Et Sellick en a tiré beaucoup de gloire.
    Et si, ce réa est génial malgré des hauts et des bas. J’en connais peut qui on autant de films de qualités dans leur filmo, en ayant créé un univers, en étant référenciel et pas imbuts. Bon là
    c’est un peu raté, mais nul doute que son cerveau bouillonant va encore nous surprendre.

    J'aime

  5. ouch ! 2 grilles-pains ?! ça se précise… les critiques sont impitoyables avec le nouveau burton ! bon j’ai encore un peu d’espoir, puique je suis sans doute le seul spectateur a avoir bien aimé
    « la planète des singes »… 😉

    je vais y aller lundi matin à la séance de 9h, histoire de trouver une salle pas trop sale ni trop remplie…

    J'aime

  6. Pour ma part, j’avais vraiment envie de la planter Hattaway et ses poses de midinette. Je voulais me pendre. Sinon, c’est sympa mais vraiment déçevant.
    P.S. T’as remarqué aussi les bugs 3d. Pour ma part, la 3d n’a rien apporté (mise à part une douleur au niveau du nez).

    J'aime

  7. A la base j’ attendais plus Alice qu’ Avatar, parce que Burton a un univers plus burlesque que Cameron,  et bien vu le sentiment général des blogs c’ est pas pourc cette fois que je vais
    faire une sortie ciné

    J'aime

  8. alex, cannes c’est pas mainstream c’est encore pire c’est bobo et ça priviligie l’élite alors que « l’ancien » burton mettait un point d’ honneur à défendre les « freaks » « outcasts » appélle
    ça comme tu veux, burton renie ses glorieuses années et veut plaire à tout le monde maintenant, le public lambda a l’air de découvrir un virtuose, la plupart des cinéphiles (et d’autant
    plus que je vénérai burton avant « la planéte des singes ») commencent plus qu’ a voir clair dans son jeu il a mis son audace au vestiaire en palpant bien son chéque (une erreur de parcours
    sa peut passer aux bout de la dexiéme, voire troisiéme il faut vraiment se poser des questions) remattez batman2; edward ou mars attack les gars!!

    J'aime

  9. Eh oui, les déçus sont légions (et j’ai envie de dire que c’est légitime).
    Burton devrait rester sur des projets plus personnels, car il a du mal à s’approprier d’autres univers, comme avec La Planète des Singes.

    PS : je ne connaissais pas les Golden Blogs du Cinéma, je vais m’y inscrire même si le mien est encore au stade d’ébauche (sans jeu de mot :p). Merci !

    J'aime

  10. J’attendais d’avoir pondu mon article pour lire le tien. En fait, j’aurais dû faire le fainéant, faire un copié/collé, et changer 2-3 trucs 😀

    Plus sérieusement, je te rejoins en de nombreux points, et je suis déçu surtout. Par contre, j’aime bien l’actrice d’Alice, même si le scénar’ lui donne un rôle qui ne lui permet pas de
    se mettre en valeur, puisque toutes les décisions sont prises à sa place, ce qui va à l’encontre de l’idée générale (et de la conclusion).

    J'aime

  11. Je viens de découvrir ce site, qui me plaît beaucoup ! Et on a l’air d’être du même avis pour le moment sur plusieurs films ! En tout cas, celui-ci nous a inspirés les « presque » même paroles
    !  

    J'aime

  12. Bonjour kraft, je cherchais à en savoir plus sur le cinéma japonais et leur box-office et je tombe sur ton site (merci pour tes lumières). Je te trouve sévère a propos de ce film, ce n’est pas un chef d’oeuvre, mais je trouve qu’il mérite un point de plus. Ne connaissant alice que de nom, il ne vaut pas charlie mais il n’y a pas non plus un faussé. (En esperant que tu n’as pas été trop sévère avec ce dernier).

    J'aime

    • Salut!! Tu me tire de mes congès pour pouvoir te répondre….pas grave ça me fait plaisir!! Hé hé!! Tout d’abord je suis ravi d’avoir pu t’aider en matière de cinéma japonais (je pense que c’est pour l’article sur la censure?). Pour Tim Burton je dois dire qu’il me déçoit de plus en plus ces dernières années. Celui que j’adorais est devenu un réalisateur fade et incapable de se renouveler (Frankenweenie est bien mais finalement c’est une reprise d’un ancien court, Charlie reste moyen mais avec un côté burlesque agréable).

      C’est une déception pour un réalisateur devenu l’ami des businessmen d’Hollywood. Je te conseille de regarder le Alice au pays des merveilles de Disney qui, en plus d’être un « simple » dessin animé, reflète parfaitement le côté « dingue » et « absurde » de l’œuvre de Lewis Carroll (pseudonyme de Charles Lutwidge Dodgson). Après avoir vu cela tu reviendras sur ce même et génial site et tu me diras : »finalement j’enlève la flamme de plus que j’avais mise au film ». 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s