Fitzcarraldo de Werner Herzog (1982) par Marc Shift

Brian Sweeney Fitzgerrald n’a qu’une passion, l’opéra, et veut lui dédier un autel à sa mesure à Iquitos au coeur de la jungle amazonienne. Pour réussir son projet il tente un pari fou : faire traverser une colline entre deux fleuves à son bateau.

Fitzcarraldo-poster-affiche

OH MON BATEAU!!!

Troisième collaboration cinématographique du tandem Herzog/Kinski, relation entrée dans la légende du cinéma par son côté amour/haine qui trouvera un étrange écho dans ce film, où il y aura un face à face très tendu entre les deux hommes. La légende voudrait qu’Herzog ait menacé Kinski avec une arme factice et que les indiens (ce sont de vrais indiens, avec les flèches qui vont bien) aient  « gentiment » proposé à Herzog de réellement l’en débarrasser. La scène tournée après cet énième confrontation sera étrangement tendue…Fitzcarraldo-Klaus-Kinski

Une fois de plus ce film ce déroule dans la forêt amazonienne (à croire qu’ils sont maso) et à ce sujet, j’aime beaucoup entendre la langue de Goëthe dans cet environnement, ça crée un bon décalage (même si on n’atteint pas les dialogues d’ »Aguirre » parce que des conquistadores espagnols qui parlent allemand c’est pas mal!!).

Fitzcarraldo-Claudia-Cardinal

Brian Sweeney Fitzgerrald, dit Fitzcarraldo (Kinski donc) est un entrepreneur dont le but est de faire fortune pour réaliser un rêve grandiose : bâtir un opéra et le faire inaugurer par Caruso qu’il idolâtre. Il est soutenu dans son entreprise par Molly (la sublime Claudia Cardinale) tenancière de bordel qui lui finance ses derniers projets et l’accompagne dans son extravagance, comme voir Caruso, après 2000 km de jungle, et sa troupe dont Sarah Bernhardt (Jean Claude Dreyfus!?!?), scène qui constitue l’ introduction au film (et à la folie?).

Fitzcarraldo-Klaus-Kinski

Pour son projet Fitz doit faire fortune mais il passe pour être un original auprès des riches entrepreneurs d’Iquitos et au cours d’une soirée mémorable (où Kinski est lui-même, donc complètement fou) se met à dos tous les argentiers sauf un….amusé par sa personnalité qui lui propose de se lancer dans le commerce du caoutchouc.

Fitzcarraldo-Klaus-Kinski

Mais il y a un problème de taille : le fleuve qui y mène est impraticable. Fitz trouve une solution, faire une partie du voyage sur un fleuve navigable puis…franchir une colline avec son bateau. Juste une petite précision, on ne parle pas d’une petite barque mais plutôt d’un bateau à double ponts qui doit bien faire dans les 40 à 50 mètres (à vu de nez et je suis pas du tout spécialiste…)!!!

Fitzcarraldo-Herzog

Et comme Herzog aime faire les choses simplement, tout sera en situation réelle avec juste ce qu’il faut d’astuce, de force, d’hommes et…. des inévitables galères de ce projet dantesque. En résulte des images à couper le souffle, un récit littéralement prométhéen, d’une écriture on ne peut plus limpide. C’est le film de la démesure, où l’homme se mesure à la nature, d’un rêve quasi inaccessible : l’art dans sa forme la plus absolue.

Entre culte et chef d'oeuvre
Entre culte et chef d’oeuvre
Publicités

11 commentaires

  1. Ho lui, comment y s’la pète. Moi messiuer j’ ai un I-phone tatata….mais il sait où il va finir son I-phone? Et ça sera pas virtuel

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s