All the boys love Mandy Lane de Jonathan Levine (2007) par Mat Castle

Mandy Lane est la convoitise de tout le monde au lycée: Les hommes la désirent plus que tout, les femmes la jalousent en secret pour son incroyable beauté. Invitée dans une teuf étudiante au milieu de nulle part, elle et ses amis vont avoir à faire à une terrible menace extérieure qui va en laisser plus d’un sur le carreau…

All-the-boy-love-Mandy-Lane-Amber-Heard-poster-affiche

AUX ORIGINES DU MÂLE.

Après des années de faux départs (le film devait sortir en salle au mois de Juin de l’année dernière et n’est, à l’heure actuelle pas visible dans les « theatres » ricains) débarque enfin (et en dvd/Blu-ray) le second long métrage de Jonathan Levine qui pouvait, selon les dire des uns et des autres, révolutionner le sous genre qu’ est le « slasher movie ».

All-the-boy-love-Mandy-Lane-Amber-Heard-1

Sans atteindre le statut de chef d’oeuvre annoncé, « All the boys love Mandy Lane » tire malgré tout son épingle du jeu en de maintes reprises. Mis en avant sur de nombreux blogs du monde entier, le coté « auteurisant » emprunté à Gus van Sant ou au sulfureux Larry Clarck, est effectivement bien présent et au bout de quelques instants on se rend vite compte du coté un peu hors normes du propos (l’influence « Donnie Darko » est aussi palpable, surtout dans l’intro). Levine ne casse pas les poncifs utra codifiés du « film de tueur masqué » mais préfère tordre les conventions un max pour vraiment nous déstabiliser et nous surprendre.

L’expression « Les apparences sont souvent trompeuses » prend vraiment son sens ici. Sans « spoiler » le dénouement ( ce qui serait purement criminel, je vous l’accorde) on sent que quelque chose cloche dans cette description d’adolescents a priori imbus d’eux même.

All-the-boy-love-Mandy-Lane-Amber-Heard-4

De vraies têtes à claques dans un premier temps qui ne pensent qu’à: Soit culbuter le premier la plantureuse Mandy, soit s’envoyer des « scuds » de méchanceté par rapport aux physique (les nanas et leur humour blessant) mais au fil de l’intrigue se révèlent et, en grattant la surface, un peu plus profond, traînant leur mal être terriblement entamé au quotidien. « All the boys.. » n’est certes pas le premier film d’adolescents décrivant leur malaise (« Elephant », « Bully » ou bien encore « Alpha Dog » sont déjà passés par là) mais pour un genre aussi classique et commercial que le film d’ horreur cela fait son petit effet.

Les vannes balancées à droite et à gauche sur des persos « soit disant » superficiels, en réalité, les détruits psychologiquement de la pire des façons (la scène sur la toison pubienne dans les toilettes est parlante) et on en arriverait (chose impensable au début du film) à presque les plaindre.

All-the-boy-love-Mandy-Lane-Amber-Heard-5

Tous les seconds rôles sont traités équitablement et aucun n’est lésé (sauf un mais…) Levine bouleverse son récit en explosant un cliché du « slasher »: Le « Whodunit » (découvrir qui est le tueur façon « Scooby Doo). Le réalisateur de « The Wackness » montre le visage de son assassin à la moitié du récit et dès lors, on croit connaître ses motivations mais comme je vous l’ai dit précédemment, il ne faut pas juger les choses à chaud, Mandy (très juste Amber Heard qui a vraiment compris toutes les subtilités de son perso, voir les bonus du dvd) en est la parfaite preuve.

All-the-boy-love-Mandy-Lane-Amber-Heard-3

La mise en scène est certes bien fluide voire très « stylisée » ( à la Sofia Coppola) mais le film reste à la base un produit de divertissement en respectant ses quotas en termes de suspense et de tripailles pour satisfaire les « afficionados » du genre.

Les meurtres sont, sans être totalement craspecs, bruts et sans artifice (un coup de chevrotine, un couteau qui lacère les orbites…). Quelques plans équivoques et bien pensés font penser au plus classique des classiques horrifiques, je vous le donne en mille: « Massacre à la tronçonneuse » de Tobe Hopper (le combat dans la fosse remplie de cadavres de vaches est un sacré clin d’oeil), le fait d’avoir tourné au Texas contribue aisément à cette affiliation et au capital sympathie de l’oeuvre.

All-the-boy-love-Mandy-Lane-Amber-Heard-6

B.O magique et qui offre une autre perception quand on la colle aux situations du métrage, interprétation dans l’ensemble très correcte, « twist » qui se savoure encore un peu plus à la second vision, belle photographie et ambiance immersive, « All the boys love Mandy Lane » s’apprécie comme du bon vin, le seul reproche que l’on peut lui faire c’est peut être de ne jamais dépasser son statut de base (le film d’épouvante) mais en l’état le bébé de Jonathan Levine reste un sacré moment d’émotions qui aurait dû se délecter dans les salles obscures pour un plaisir encore plus grand.

Bon film
Bon film
Publicités

17 commentaires

  1. Rob Gordon en parlait sur son blog y a qq jours et j’ai failli faire un blind buy… heureusement pour moi, je l’ai trouvé chez un pote.

    J’ai trouvé le début très prometteur et puis, au fils du temps qui passe, tout retombe. Ok, la psychologie de ces ados est pas trop mal bossé, mais y a presque aucune situation crédible : ils
    sont tous dans une léthargie impensable, ils semblent toujours à côté de la plaque, surtout face au danger. 

    Quant au twist, je l’ai trouvé risible.

    Vraiment je comprends pourquoi le film s’est plus fait démonter qu’autre chose…Heureusement que je suis aussi secrètement amoureux de Mandy/Amber Heard/Lane, sinon, j’aurais craqué !

    Bref, un « Vraiment pas top » à mes yeux.

    J'aime

  2. hey, cool ! tu rappelles ce merveilleux film à mon bon souvenir… je l’ai découvert il y a plus d’un an et demi lors d’une soirée cinéma bis à la cinémathèque française (je crois que madmovie
    était de la partie 🙂

    dommage en effet qu’il ne sorte pas en salles du coup, en tout cas ça me donne furieusement envie de le revoir ! (mais les dvd c’est cher…)

    J'aime

  3. @Dom:le film avait une reputation de chef d’oeuvre Dom, bcp d’attente et de buzz (putain je parles comme Morandini!) c’est sur quand tu découvre  le produit fini quelque soit ses qualités il ne pouvait que decevoir, faut le prendre pour ce qu’il est: un film d’horreur et pour un genre que
    le public (lambda) prend de haut, « Mandy Lane » a de serieux arguments pour réévaluer ce type de films commerciaux.

    @Phil: trés honnetement me suis calmé sur les dvd, ils sont encore trop chers surtout avec l’avénement du blu ray, mais pour « Mandy lane » j’ai craqué ça fait au moins 2ans que je voulais voir ce
    film, bien sur je pouvais le mater selon des moyens détournés mais j’ai préféré le regarder dans des conditions optimales et en vost, bonne pioche le film est bon et les bonus aussi bien qu’
    assez courts (l’itw de Amber Heard est étonnante loin de la bimbo que l’on pourrait croire au premier abord)

    J'aime

  4. @Mat, en fait, j’avais entendu des « film pourri » et des « film très bien ». Donc, j’étais assez neutre. Disons que je trouve qu’il y a de bonnes idées mais aussi énormément de lacunes et
    d’égarements, donc au final je suis assez mitigé…

    Et oui, il ne faut pas confondre Amber Heard avec Megan Fox 😉

    J'aime

  5. J’ai beaucoup aimé ce film, mais je ne serais pas allé au-delà des 4 toasteurs. Je lui ai trouvé une ambiance très mélancolique. Certains personnages ne cherchent pas vraiment à sauver leur vie.
    On sent qu’elle n’a pas tant d’importance à leurs yeux. Ça m’a touché, d’autant plus qu’un certain cynisme vient couronner le tout.

    J'aime

  6. Je n’avais pas entendu parler de ce film et tu me donnes sacrément envie, même si Dom m’a un peu refroidie (chapeau Dom… ^_^)

     

    Par contre, là, t’en dis trop ou pas assez:

    « (la scène sur la toison pubienne dans les toilettes est parlante) »

    O_O

    J'aime

  7. L’atmosphère adolescente désespérée qui parcourt ce film lui confère une originalité indéniable, et en fait un slasher mélancolique de haute volée. Une grosse claque que ce film, qui a mis trop
    de temps à sortir, et qui méritait largement une exploitation en salles.

    J'aime

  8. @Cachou: a dés qu’il y a des poils pubiens ça t’interresse toi?! cette scene part d’une discussion presque anodine
    quand les nanas changent de vétements, une d’entre d’elles remarque que chez sa « copine » c’est vraiment le « bush » en bas de son anatomie, elle lui fait une remarque, l’autre fait mine de rien
    mais plus tard se retrouve en pleurs sur la cuvette des chiottes avec des cisceaux e train de couper son « trop plein » le moment nous  offre un autre point de vue du perso et j’avais jamais
    vu une telle scéne dans un « slasher »…

    J'aime

  9. C’est bizarre, des trucs comme ça, j’en ai déjà entendu (les adolescents et leur cruauté). M’intruigue encore plus ce film s’il arrive à parler de ce genre de choses.

    J'aime

  10. je suis complétement passé à côté de ce phénomène. Je le découvre avec taé chronique et celle de Rob Gordon. En dépit de défauts que tu soulignes, je suis du coup très intrigué. j’aimerai bien le
    voir. Etrange qu’il ne soit pas sorti en salle… Surtout quand tu vios certaines daubes débarquer! 

    J'aime

  11. @Alex:c’est exactement ce qu’on dit les journalistes a Lebine le réal! le gars semble étre passé à autre chose et s’est fait une raison son film ne sortira sans doute  jamais en salle dans
    son pays natal, pour nous c’est pareil (enfin pas tout a fait on peut s’estimer chanceux d’avoir le dividi) pas de sortie hexagonale mais des « Fatal », « le Mac » Camping2″ mis en avant, pour
    ça, il est bien beau notre Pays, je vous dit ….

    J'aime

  12. Complétement! Pas de sortie salle alors qu’un des pires « slashers » (ou assimilé) de l’année « Freddy, les griffes de la nuit » (de l’ennui, oui!) fut programmé dans les salles obscures, il y a vraiment de quoi se la mordre

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s