Conan le barbare de John Milius (1982) par Tootsif

CROM!

Encore enfant, Conan assiste impuissant au massacre de ses parents par le cruel Thulsa Doom, et est réduit en esclavage. Enchaîné à la roue de douleur, il y acquiert une musculature peu commune qui lui permet, adulte, de gagner sa liberté comme lutteur. Désireux d’assouvir sa soif de vengeance, il part accompagné de deux voleurs, Subotai et Valeria, à la recherche de Thulsa Doom…
conan-the-barbarian-1982-le-barbare-Arnold-Schwarzenegger-John-Milius-Basile-Poulderis-poster-affiche

Et dire que pour beaucoup, la fantasy au cinéma a commencé par Le Seigneur des Anneaux…Qu’on soit bien clair, je n’enlève rien aux qualités de la saga de Peter Jackson, loin de là ! Juste que moi, quand on me parle d’héroic fantasy au cinéma, je ne pense pas tout de suite aux nabots aux pieds poilus, mais plutôt au colosse cimmérien, à Conan !

 conan-the-barbarian-1982-le-barbare-Arnold-Schwarzenegger-John-Milius-Basile-Poulderis-4

Parce que Conan, c’est plus qu’un film, plus qu’une histoire racontée, Conan, c’est une baffe dans la gueule ! Et violente en plus. Hé oui, quel film peut se targuer d’avoir influencé l’intégralité du genre, donner la définition même du caractère épique ?

Un nom, un film : Conan. Pourtant, ça partait mal, le film s’est monté dans la douleur, que dis-je, à la sueur d’un seul homme, celle de John Milius. Allez, un peu d’histoire, il le mérite !

Voulant au départ faire un film se basant uniquement sur le physique du bodybuildé Arnold Schwarzenegger, les producteurs, en l’occurrence ce bon vieux Dino De Laurentis, pourfendeur des plus grandes licences, se sont dits que rien ne pouvait mieux lui correspondre que le géant cimmérien raconté par Robert E. Howard.

conan-the-barbarian-1982-le-barbare-Arnold-Schwarzenegger-John-Milius-Basile-Poulderis-7

D’écriture en réécriture, et après être passé entre les mains d’Oliver Stone (qui cosigne la mouture finale), le projet a finalement échoué entre les mains de John Milius (scénariste d’Apocalypse Now, excusez du peu) et à partir de là, pris forme et  s’est détaché du simple film à la gloire de l’Autrichien (y a last Action Hero pour ça).

Bon, passé ce petit récapitulatif historique, le film dans tout ça? Et bien, John Milius est passionné d’armes, par la guerre en général, on peut condamner ou apprécier mais quoi qu’il arrive, cette passion est totale, absolue, sans limite et ça se voit à l’écran. La position du guerrier est glorifiée, seule la force règne en ce monde et chaque minute rappelle cet état de fait.

conan-the-barbarian-1982-le-barbare-Arnold-Schwarzenegger-John-Milius-Basile-Poulderis-6

Cependant, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, le film ne tombe jamais dans le bête culte des armes ni dans l’action décérébrée, car ce n’est pas le seul cheval de bataille du bonhomme dans Conan. Oui, car quelque chose d’autre intéresse Milius dans le cas de Conan : la religion, le mysticisme et toute la civilisation qui peut en découler.

De la croisade d’un jeune guerrier  voulant se venger, récit ô combien classique, l’histoire se transforme, ou plutôt se révèle être la quête initiatique d’un homme au sein d’un monde sur le déclin, en pleine décadence. La gestion du pouvoir est ainsi abordée à travers le rôle de la religion et fait définitivement du script un des plus intelligents jamais faits, dépassant allègrement son statut de divertissement de fantasy et de combats de musculeux, laissons ça à Maciste.

conan-the-barbarian-1982-le-barbare-Arnold-Schwarzenegger-John-Milius-Basile-Poulderis-8

Thulsa Doom est d’ailleurs la parfaite incarnation de toute la richesse du script, de toute la symbolique religieuse et politique dont le film est parsemée. D’abord présenté comme un simple chef de guerre capturant des esclaves, on le retrouve quelques années plus tard en chef religieux d’un culte étrange, puis on découvre que ce culte est étonnamment puissant et même omnipotent. L’icônisation de ce simple chef de guerre devient totale, apparaissant même tel un Dieu vivant dont l’affrontement face au simple mortel qu’est Conan et sa chute prennent alors un sens capital au sein de l’histoire.

Même un dieu peut mourir (en résumé, « 300 » lui a tout piqué). Mais tous ces propos et thématiques riches, passionnants, distillés avec un rythme, non pas lent mais posé (largement inspiré de Kurosawa), ne serait rien sans une interprétation au niveau, et là, on est servi. Je ne reviens pas sur Schwarzenegger, qui ne joue pas Conan mais est Conan tel que l’a immortalisé Frazetta, mais sachez juste qu’il est plus que parfait. Quant au reste du casting, que du bonheur !

conan-the-barbarian-1982-le-barbare-Arnold-Schwarzenegger-John-Milius-Basile-Poulderis-5

James Earl Jones incarne pour la deuxième fois de sa vie le méchant ultime de l’histoire du cinéma, en l’occurrence Thulsa Doom. Froid, magnétique et pourtant s’enflammant bestialement parfois, il incarne toute l’ambigüité de son culte et par la même occasion du pouvoir.

Vous rajoutez à ça Max Von Sydow (bon, dans un petit rôle), Mako et Sandhal Bergman qui parvient à éviter les pièges de la compagne du héros cruche mais guerrière, chose que Brigitte Nielsen ne retiendra pas quelques années plus tard.

Enfin, je tiens à préciser quand même que, pour profiter de cet excellent casting, il faut obligatoirement passer par la VO, la version française étant loin d’être exemplaire, mais ce choix est d’autant plus évident si on veut profiter de la voix de notre bon vieux James Earl Jones, de toute la musicalité de son organe (arf) ! Et la musique justement ! Magistrale, cultissime, orgasmique, … je manque de superlatifs ! Basil Poledouris compose une partition qui reste profondément ancrée en nous, des morceaux magistraux dont on ne sort pas indemne. Présentant plusieurs thèmes cultes, que ce soit Anvil of Crom, Riddle of steel (monstrueux, s’il ne devait en rester qu’un), Theology Civilisation, et j’en passe tellement !

conan-the-barbarian-1982-le-barbare-Arnold-Schwarzenegger-John-Milius-Basile-Poulderis-2

Poledouris a réussi à faire un score à la fois mystique sans être religieux, représentant à merveille ce monde sur le déclin, comme narrant l’histoire d’une vieille civilisation perdue. Alors, Conan est-il un chef d’œuvre absolu ? Un film sans aucun défaut ?

Là, je suis censé vous faire le listing des problèmes, vous dire que certaines choses ont mal vieilli, que le rythme peut être considéré comme lent, que la VF est vraiment risible. Non. Je peux pas, c’est impossible, pas pour Conan. Conan est l’œuvre divine de l’héroic fantasy, plus précisément de la dark fantasy.

conan-the-barbarian-1982-le-barbare-Arnold-Schwarzenegger-John-Milius-Basile-Poulderis-3

Multipliant les scènes cultes comme l’attaque dès le début du film du village cimmérien, l’infiltration au sein de la Tour du culte de Thulsa Doom (très inspiré du récit « la Tour de l’Elephant »), ou encore la séquence finale magistrale, Conan distille le bonheur du 7e art à la mitrailleuse. Il est le maître étalon d’un genre sous représenté, que les œuvres postérieures ont essayé de copier mais n’ont jamais réussi à égaler. « 300 » manque de propos, le « 13e guerrier » ne parvient pas à se tenir du début à la fin, quant au « Seigneur des Anneaux, » il n’est pas dans la même catégorie. Conan est cette œuvre parfaite, cette perle définitivement noire qui parvient à irradier un genre bien souvent maudit ou au moins inexploité. Et pour ça Monsieur Milius, merci.

Culte!!!
Culte!!!

Tootsif.

PS : Quant à Conan le Destructeur, il n’a jamais existé, tout comme Kalidor.

 

 

Publicités

16 commentaires

  1. Belle critique. J’avoue que je lui préfère Le SDA dans le genre, mais ce film est immanquable. Il manque juste pour moi de « fantasy » à savoir de grosses bestioles un peu fantastiques. Sinon oui
    la BO est culte. 

    J'aime

  2. Je paries que t’as chroniqué le film avec le Cimmerien (non ce n’est pas sale!) juste parsqu’il y avait la voix de Dark vador dedans!?! non je plaisante,bon taf’ mec, le film le méritait, tu sais Snyder (« 300 ») est aussi un féru d’armes, la boucle est bouclée
    donc.., la derniére photo iconique de l’article sera ptét la premiére image du « king Conan » de Nispel…

    J'aime

  3. Là, je suis bien d’accord. Ce film a marqué le cinéma au fer rouge. Aucun ne parviendra à atteindre son statut, en tout cas, c’est pas demain la veille quand on voit l’intérêt principal de la
    plupart des spectateurs : bastons, explosions, effets spéciaux… Oui, je dis spectateurs et non pas producteurs, car c’est bien pour le spectateur qu’on fait des films pop-corn. C’est bien
    aussi, mais on oublie souvent de raconter une histoire et d’y mettre un peu de consistance…

    J'aime

  4. J’adore ce film. Du coup, je suis à peu près aussi partisan que Tootsif (copain !). Cette oeuvre magistrale est sublimée par une partition si grandiose que nombreux ont été les compositeurs à
    s’en inspirer plus ou moins ouvertement (j’avais lu sur un site pro qu’elle était la partition la plus copiée). Le Conan de Milius est une synthèse très intelligente entre ceux de Barry
    Windsor-Smith et de John Buscema, sur d’excellents scenarii de Roy Thomas. Il a même su tempérer certaines ardeurs machistes de l’auteur tout en conservant la qualité majeure du Cimmérien :
    indépendant, solitaire, il respecte et craint la religion (même celle des autres) mais parvient à demeurer lucide sur ses effets.

    J'aime

  5. Merci Vance pour cette sublime défense du Cimmerien (copain ) (et à mes 3 confrères mais avec eux je savais que ça
    allait leur plaire).

     

    Je trouve quand même que y a un paquet de monde qui sous estime ce film pour n’y voir qu’un truc bête. Putain Conan est tout sauf bête comme film !

    J'aime

  6. @Tootsif: Là t’as quand même du culot je trouve. Un paquet de monde qui sous-estime ce film???? Si tu vas regarder dans mes commentaires, tu ne trouveras que des personnes pour le défendre. Sur
    ce coup-là, c »est plutôt moi qui me sens seule et, encore une fois, l’imbécile de service qui ne sait pas voir les choses à leur juste valeur…

    J'aime

  7. Cachou excuse moi mes dans tes posts entre les faciles connard le barbant et autres veuves poignées devant les demoiselles dévêtues les critiques négatives pleuvent.

    Faire passer Conan pour un film pour ados en pleine découvertes de leurs corps c’est pour moi zapper l’essence même du film. Perso quand je pense à Conan c’est pas les demoiselles courtes vêtues
    qui me viennent en premier à l’esprit.

    J'aime

  8. Merde Tootsif, là je dois dire que tu m’énerves. Cette partie-là (et je l’ai bien précisé plusieurs fois par mail en plus), était une tentative d’humour, qui apparemment est passée au-dessus de
    la tête de tout le monde. Et je signale aussi, et pas aimablement, que le Connard le barbant provient apparemment d’une personne qui aime le film, ce qui ne l’empêche pas pour autant de faire de
    l’humour à son sujet. Ah mais oui, pardon, on ne peut PAS faire de l’humour à propos de ce film, au risque de voir tout le monde prendre ça au premier degré.

    Je n’ai PAS aimé ce film. Non. Oui, j’ai vu le message politique. Non, il ne m’a pas parlé. Et alors? Je suis une imbécile pour autant? Parce que, désolé, encore une fois, c’est l’impression que
    j’ai en vous lisant, et en te lisant.

    J'aime

  9. Bon je stoppe là parce qu’à chaque fois que l’on n’est en désaccord avec toi tu sors l’argument que t’as l’impression que l’on te prend pour une imbécile.

     

    Mais personne ne te prend pour une imbécile bordel !!!!! (je ne reviendrai pas sur notre conversation précédente où je te disais que cette défense peut donner à ton interlocuteur le sentiment
    d’être pris pour un imbécile)

    Ta critique appuyant sur le côté déshabillé (avec humour je ne dis pas le contraire) du film plutôt longuement et zappant rapidement le fond (genre y en a 1 mais c’est naze) et bien on a le droit
    de dire que Conan, désolé mais ce n’est pas que des filles se baladant les seins à l’air, que y a quelque chose d’autre que moi j’estime profond (après toi tu ne le penses pas et c’est
    parfaitement ton droit)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s