Amer béton de Michael Arias (2006) par Tootsif

Blanc et Noir sont deux orphelins dont les rues de Takara sont le terrain de jeu. Surnommés « les chats » ils défendent le quartier des Yakuzas et petites frappes qui tentent d’y pénétrer.Malheureusement pour eux un puissant Yakuza va tenter de transformer leur quartier en parc d’attraction et pour cela va tout faire pour les éliminer. Pour protéger son univers et le lunaire Blanc, Noir va s’endurcir au point de peut être perdre son âme.

Amer-béton-manga-poster-affiche

CE CINEMA C’EST DU BETON.

Il est des traditions, des habitudes qu’il est difficile de changer. Ceux qui me connaissent ici savent que ma tradition à moi c’est de ne pas forcément aimer ce que tout le monde aime. Je n’en fait pas une ligne de conduite de « rebelle attitude » à 2 balles mais quand je fais le point avec nombre de blogueurs je me rend compte qu’au final je ne suis pas souvent d’accord avec eux et très extrême (voire un peu trop) dans mes avis.

Amer-béton-manga-2

Et là je vais être fidèle à ma (petite) réputation. Personnellement, je ne suis pas fan des productions d’animation actuelle.

Tout du moins de l’animation américaine coincée entre parodies, humour gras (« Shrek », « Madagascar », « L’âge de Glace », etc…etc..) et prise de risque pas totalement assumée (les Pixar sont certes sympathiques avec un bon compromis humour/émotion mais à mes yeux ils ne s’assument pas totalement en n’allant pas au bout de leur démarche, le meilleur exemple étant « Wall-E » qui n’a pas le courage d’être un film muet jusqu’au bout).

Amer-béton-manga-6

Mais bon, du côté de l’animation japonaise ce n’était pas foncièrement mieux : entre de l’animation très grand public (l’adaptation ciné de tous les mangas à la mode) et le Myazaki qu’il faut impérativement voir pour être hype (ben désolé j’aime bien Myazaki mais depuis « Le voyage de Chihiro » c’est quand même moins bon). Bref, entre tout ça l’animation se morfondait un peu.

Bon heureusement de temps en temps un film secouait le cocotier endormi (« Renaissance » pour la France, « Paprika » de Satoshi Kon pour le Japon) mais aucun ne me foutait de véritable claque. Puis « Amer Béton » a débarqué……Un choc à tous les niveaux : visuel, émotionnel. La première claque est tout naturellement visuelle. Mélangeant à merveille animation traditionnelle et animation 3D.

Amer-béton-manga-7

En mélangeant habilement les 2 techniques (décors en 3D et personnages en 2D) le résultat obtenu par Michael Arias (et ouais c’est un non japonais qui est aux commandes ! Au Japon, c’est très fort de faire ça !) est tout simplement flamboyant ! Oui, flamboyant car la mise en scène est puissante, les angles de caméra (obtenus grâce aux décors 3D) inédits pour un film d’animation dynamisent l’action et subliment l’émotion.

Ce mélange entre tradition et modernité est pour moi le thème central d’Amer Béton. En effet, le quartier de nos 2 héros est ainsi en pleine mutation. Les rues étroites avec leurs petites échoppes résolument tournées vers le passé (les bains publics et la boîte de striptease) ne sont plus adaptées à la nouvelle économie. Mais les habitants de ce quartier ne s’en rendent pas compte par eux-mêmes (ainsi le changement va intervenir par quelqu’un d’extérieur à ce dernier).

Amer-béton-manga-4

 Il y a donc cette confrontation entre tradition et modernité, entre réalisme et fantaisie. Mais alors que pour la conception du film ces 2 visions s’unissent pour le meilleur, ici elles se livrent un affrontement sans merci. Et Noir qui veut défendre son quartier contre tous les changements semble vouer à l’échec car comme dit l’un des personnages « Si l’on s’arrête, le quartier continue d’avancer ».

« Amer Béton » est donc une fresque urbaine divisée entre tradition et modernité, entre réalisme dur et fantaisie ; et Noir et Blanc la traversent comme des météores et en sont le parfait reflet : poétiques, naïfs, violents voire cruels, sûrs d’eux, perdus….ils sont tous les contrastes de ce quartier et de ce film. Car l’on est touché par ces enfants des rues dépourvus de repères qui luttent pour trouver leur place et le bonheur dans un monde qui les a laissé de côté.

Amer-béton-manga-3

Ainsi ces 2 orphelins perdus à la relation quasi-fusionnelle se débattent dans ce monde et cette histoire faite de plongées vertigineuses et d’envols hallucinants. « Amer Béton » est donc une fusion absolue. Fusion d’influences (américaines et japonaises), de techniques (2D et 3D), d’univers (tradition et modernité), d’émotions (cruauté et poésie), bref un maelström qui vous emporte, vous touche au plus profond de votre être, un conte moderne violent et touchant.

excellent, encore!!!
excellent, encore!!!

 

Publicités

5 commentaires

  1. La B.A. fait rudement envie, ça fais longtemps que j’ avais pas eu une claque visuelle comme ça!!

    Sinon Myazaki, après Chihiro a eu juste envie de raconter des histoires pour sa petite fille (enfin une gamine de sa famille), c’ est du coup un poil moins ambitieux, mais de toutes façons il n’
    a plus rien à prouver. Mais ça reste bon.

    J'aime

  2. Très bon film, faussement complexe sur la fin hélas (grand travers japonais), mais diablement bon.

    Actuellement blasé de l’animation japonaise, il est un des seuls à encore m’émerveiller.

    J'aime

  3. « Amer Béton » est culte. Si le manga était déjà intéressant par son originalité (au niveau du thème et du dessin, à la limite de l’expérimental à la « FLCL »), le film lui nous en met plein la vue.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s