Breaking News de Johnnie To (2004) par Tootsif

Lorsqu’une chaîne de télévision locale diffuse les images de la défaite cinglante d’une escouade de policiers face à cinq cambrioleurs, la crédibilité des forces de l’ordre est d’un coup sérieusement remise en question. Puis les malfaiteurs sont localisés et les policiers investissent l’immeuble où ils se sont réfugiés, l’inspecteur Rebecca décide de transformer l’assaut en show télévisé en équipant le casque des membres du commando d’une caméra sans fil. A la surprise générale, les bandits ont eux aussi, décidé de se servir de la télévision contre la police, et une guerre des médias se greffe à la bataille sanglante qui commence….

Breaking-news-Johnnie-To-film-movie-poster-affiche

DEMAIN A LA UNE.

« Breaking News » est un énième film du prolifique et génial Johnnie To. Si celui-ci a souvent réalisé de vrais petits chefs d’œuvre du polar asiatique (« P.T.U », « The Mission », « Exilé », « Election 1 et 2 »), « Breaking news » se situe un cran en dessous de ces derniers. La faute à quoi ? D’abord à l’ingéniosité de l’idée de départ qui se retourne au final contre elle-même.

Breaking-news-Johnnie-To-film-movie-6

Avec « Breaking News » Johnnie To attaque le polar sous un angle différent en mélangeant polar et manipulation des médias et réaction du public. Ici ridiculisée aux yeux de la population locale par des gangsters, la police hongkongaise décide d’orchestrer devant les médias leur arrestation pour répondre aux critiques d’inefficacité qui lui sont adressées. Pour cela tout les moyens sont bons : détournement d’images, discours rodés, témoignages larmoyants de victimes du banditisme….

Tout est fait pour faire passer les criminels pour les pires salauds et lâches que la Terre ait porté tandis que les policiers doivent être des héros. A ce détournement des médias à des fins politiques, les criminels répondent avec les mêmes armes : utilisation d’Internet pour envoyer leur version des faits.

S’ensuit une guerre du contrôle des médias pour passer pour le camp le plus sympathique et que l’autre soit le plus pourri. Hélas, cette bonne idée est très sous exploitée car utilisée pendant un court moment du film avant que celui-ci ne retourne dans le face à face classique entre police et gangsters. En outre, un humour un poil trop présent limite le ton critique du film. Il faut rajouter à cela, une critique assez rare pour un film de Johnnie To : le manque de charisme des interprètes. A part le père de famille otage et un flic tenace, ces derniers se révèlent assez fades et effacés, ce qui est d’autant plus ennuyeux pour les protagonistes principaux (une fliquette  qui se croit plus intelligente que les gangsters, et le chef des gangsters).

Breaking-news-Johnnie-To-film-movie-1

Mais attention n’allez pas croire pour autant que le film est mauvais ! C’est juste qu’il se situe un cran en dessous des standards de qualité du père To et des meilleurs polars asiatiques. A son crédit, on peut noter, outre une idée certes un peu sous exploitée mais nouvelle dans le genre du polar, une réalisation virtuose. La forme permet donc de rattraper le fond.

Breaking-news-Johnnie-To-film-movie-8

On retrouve ici avec plaisir les gunfights (si tant est qu’on peut les appeler comme ça avec Johnnie To) si particuliers de Johnnie To (réalistes, sobres, conçus comme des parties d’échecs) et surtout un énorme plan séquence qui ouvre le film nous plaçant directement dans l’intrigue (on sait directement qui est qui, dans quelle direction va aller l’histoire…) et surtout nous en mettant plein la vue.

breaking-news-johnnie-to-film-movie

A ceci s’ajoutent des personnages sympathiques (la famille d’otages) et quelques situations hallucinantes au milieu de la tension générale (des bandits qui cuisinent pour les otages en papotant de leurs rêves et échangeant leurs expériences dans le crime, ces mêmes bandits conseillant à un môme de finir policier). Alors ce film n’est peut être pas l’un des tous meilleurs polars asiatiques, mais il n’en reste pas moins un bon film grâce à une réalisation époustouflante et quelques bons moments.

Sympa, sans plus
Sympa, sans plus

« Breaking news » de Johnnie To. Distribué par Pathé distribution. Avec Richie Jen, Kelly Chen, Nick Cheung. Durée: 1h31.

Breaking news – Bande annonce Vost FR
envoyé par _Caprice_. – Les dernières bandes annonces en ligne.

Advertisements

Un commentaire

  1. Je suis pas un amateur de To et celui-ci m’a pas mal saoulé. La séquence d’intro, enfin, le putain de plan séquence, est assez epoustouflant et ensuite, on se tape des gunfights où des types
    soient disant surentrainés n’arrivent pas à coller la moindre balle dans le mille à 4 mètres de distance, ce qui devient très frustrant à la longue. Tu résumes bien les tares dont souffre le film
    également.

    Trois toasters pour ma part.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s