Interview: Philippe Nahon (Acteur)

Comme à « La Pellicule Brûle » on a le cul bordé de nouilles (surtout Marc Shift pour le coup!!) on a réussi à attraper, un « monsieur » du cinéma français, mais ô combien présent, Philippe Nahon. Pour ceux qui ne connaissent pas l’acteur (honte sur vous!!) sachez qu’il a plus d’une cinquantaine de films au compteur (sans compter les courts métrages et ses rôles à la télévision!!) avec des seconds rôles souvent à forte personnalité et possédant une « gueule » (ce qui est loin d’être péjoratif dans le milieu du cinéma). Vous retrouverez sa filmographie en fin d’interview.

Philippe-Nahon

J’ai vu que vous aviez participé au tournage du prochain Spielberg (Dartmoor / War Horse, la première Guerre Mondiale vu à travers l’histoire d’un cheval), comment cela s’est il passé?

-Bien ! Je me suis retrouvé sur le tournage avec, entre autre, Niels Arestrup, sur un plateau avec beaucoup de figurants, une équipe anglaise et des prises de vues proche de Londres.

Comment se passe un tournage avec un réalisateur de cette stature?

-Très simplement, nous avions effectué 2 prises et j’avais surtout eu à faire au premier assistant, Steven étant derrière son combo. Puis celui ci, traverse le décor, vient vers moi……..et se présente « Hi Philippe, I’m Steven »!! En fait il est très simple, très professionnel et le tournage s’est déroulé dans une atmosphère générale de camaraderie. J’y joue le rôle d’un commissaire priseur, on verra ce qu’il reste de ma prestation (rires)!!

Philippe-Nahon

Et comment vous êtes vous retrouvé sur ce type de projet?

-Tout bonnement par mon agent, même si c’est un peu le genre de gag courant dans le milieu : « tu as quoi de prévu en ce moment? Cela te parles un Spielberg? Pourquoi pas on va voir…… ». On a un peu de mal à y croire au départ, et au final ce fut une belle expérience.

Et quels sont vos projets?

-Pour ce qui est de concret, c’est un projet télé. Je vais participer à la série Mafiosa, et ce sera un nouveau personnage. Pour l’heure je sais que je jouerai le patron d’un cercle de jeu en Corse avec un tournage prévu en Mai, là je n’ai pas encore reçu le script,et je ne peux donc pas en dire plus. Il y a d’autres projets, notamment avec Bernie Bonvoisin, mais comme rien n’est encore finalisé on va attendre un peu avant d’en dire plus.

Je vais revenir un peu sur votre carrière, et , chose que j’ ai apprise en préparation vous avez commencé votre carrière par un rôle dans un Melville!!

-Oui, le Doulos!! C’était en 1962, c’est un peu lointain maintenant (rire), mais j’ai démarré ma carrière en mourant dans les bras de serge Reggiani!! Un magnifique souvenir cette scène…..Le tournage s’est bien déroulé et j’ ai surtout gardé une grande amitié avec Serge Reggiani pour qui j’avais une sincère admiration.

Philippe-Nahon

Quelle a été votre activité après ce film?

-J’ai fais du théâtre itinérant, pendant plusieurs années. Je faisais partie d’une petite troupe et nous jouions les après midi devant essentiellement un public de collégiens et de lycéens puis devant des adultes le soir dans des salles des fêtes, des salles municipales……C’était des pièces du répertoire classique, du Racine, du Molière……Un public parfois difficile mais respectueux. Jouer Rodrigues dans le Cid parfois devant 800 personnes, dans un grand silence, ça a quelque chose de grisant. Cela a parfois été difficile, nous faisions tout, le montage du décor, l’éclairage et bien sur la représentation, mais ce fut vraiment une grande expérience, très enrichissante.

Après vous alternez film, télé et théâtre, plus par contrainte ou par choix?

-J’ai toujours essayé au maximum de faire des choix. J’ai déjà refusé des projets parce qu’ils ne me correspondaientt pas du tout, comme par exemple « L’emmerdeur » version Weber dont l’humour est assez éloigné du mien… De toutes façon quand je vois des films comme Camping je suis vraiment atterré, c’est un humour de bas étage, un gros budget, beaucoup de promotion….Mais fort heureusement, je reçois des scénarii bien plus intéressants…et il y en a tellement qui restent au fond des tiroirs et qui ne seront jamais montés!

Je connais surtout votre carrière par le côté personnage marginal, vous n’en avez pas marre qu’on vous parle de votre prestation dans « Seul contre tous »?

-Oh non pas du tout (rire)! Il y a même encore des jeunes qui m’abordent pour ce film! C’est quand même assez gratifiant que les gens se rappellent de vous pour tel ou tel rôle! Parfois il est vrai que ma réputation me précède, même auprès des professionnels, mais il suffit de me côtoyer un peu pour se rendre compte que je suis bien loin de tout ça! Et puis je ne reste pas enfermé dans mon rôle, dès qu’on dit « coupé », je redeviens Philippe Nahon. Et heureusement, rendez vous compte, le tournage de « Seul contre tous » s’est déroulé sur 2 ans!!

Seul-contre-tous-Gaspard-Noe-Philippe-Nahon3

Vous n’ avez pas peur?

-Peur de quoi? De ma réputation?

Je pensais plutôt à un enfermement professionnel, vous cantonnant à ce type de rôle.

-(visiblement soulagé) Pas vraiment, je n’ai pas toute ma filmographie sous les yeux, et c’est sans doute un peu vrai que dans les faits il y a eu durant un temps ce phénomène. Je ne regrette pas mes choix artistique, et puis avec des films comme « Vous êtes de la police? », « Michou d’Auber », « Mammuth », « Les petits ruisseaux » dernièrement on peut voir que c’est bel et bien terminé.

Les petits Ruisseaux?

-Oui, un film plutôt léger mais qui malheureusement n’a pas eu le succès mérité….

Et que pensez vous du cinéma français, et de l’industrie qui tourne autour?

-Je trouve qu’il y a une prise de risque globale assez faible, les comédies franchouillardes ne me correspondent pas, et puis c’est une industrie dont les acteurs et même les réalisateurs ne sont pas les maîtres et cela m’a plusieurs fois affecté à des degrés divers durant ma carrière….Philippe-Nahon-Haute-tension

J’ai vu que plusieurs fois au cours de votre carrière que vous aviez accordé votre confiance à de jeunes réalisateurs (Gaspard Noé, Alexandre Aja, Fabrice Du Welz entre autre) souvent avec des rôles exigeants, qu’est ce qui vous attire?

-Le projet, l’univers du film….qui nous font sortir de l’ordinaire, ça aiguise ma curiosité,on découvre de nouveaux horizons, je fais ce métier aussi pour ça.

Et ces dernières années vous avez travaillé avec Alain Corneau, Olivier Marshal, Luc Besson, et donc Steven Spielberg, c’est une consécration, une reconnaissance?

-…….Je ne sais pas, je ne vois pas ça comme ça, faire des films qui ont de bons résultats, comme avec « Les aventures extraordinaire d’Adèle Blanc-sec » de Luc Besson c’est toujours plaisant…..

Luc Besson reste un cinéaste assez décrié, par les critiques et assez régulièrement sur le net, comment se passe le travail sous sa direction?

-Il est assez indéfinissable, tous compte fait assez étrange…..C’est presque un ordinateur humain, il est précis, il sait très bien ce qu’il veut, et surtout il loge tout le monde à la même enseigne, que ce soit la p’tite Bourgoin, J.P. Rouve, moi ou les autres et c’est très appréciable. Et cela reste toujours intéressant de participer à un film dont le suivi (promotion, distribution) et la réception publique sont bons.

Philippe-Nahon7

Et y a t il à l’heure actuelle des réalisateurs avec qui vous aimeriez travailler?

-Je ne sais pas faire ça (rire), je suis un mauvais vendeur, allez voir un réalisateur et dire « je voudrais travailler avec vous » ce n’est pas mon truc…..Mais c’est vrai que faire un film avec Philippe Lioret (« Mademoiselle », « Welcome » que l’auteur de ces lignes a bien apprécié) m’intéresserait.

Pour finir, j’ai eu la possibilité de vous contacter grâce à Loïc Bugnon, le président du Bloody week-end, dont vous étiez l’invité d’honneur en 2010, vous aimez ce type d’événement?

-J’avouerais qu’au départ ce n’était pas ma tasse de thé. C’est avec « Haute Tension », le film le plus gore auquel j’ai participé qu’on m’a raccroché à ce genre. Et j’ai découvert un public très important, sympa et très ouvert. Finalement c’est très amusant, et je vais d’ailleurs bientôt participer à un festival à la Réunion (dont l’auteur de ces lignes a perdu les références, honte à lui) et je reviendrais avec plaisir pour la seconde édition du Bloody week-end!

PS: Je remercie M. Nahon pour sa disponibilité (entretien réalisé à même pas 10 heures sans contact préalable de ma part), sa gentillesse et sa spontanéité. Je remercie aussi Loïc Bugnon sans qui cet entretien n’ aurait pu avoir lieu. Pour finir, je remercie particulièrement le contact presse de M. Nahon, A. Hermeline, pour sa disponibilité, et son aide pour la forme finale.

NDLR: L’équipe de La Pellicule Brûle remercie tout le monde pour cet entretien. Bah ouai, c’est plus court….

Philippe-Nahon3

FILMOGRAPHIE SELECTIVE

  • 1962 : Le Doulos de Jean-Pierre Melville
  • 1972 : Les Camisards de René Allio
  • 1974 : Les Doigts dans la tête de Jacques Doillon
  • 1979 : Le Pull-over rouge de Michel Drach
  • 1981 : Clara et les Chics Types de Jacques Monnet
  • 1988 : Ne réveillez pas un flic qui dort de José Pinheiro
  • 1991 : Carne de Gaspar Noé
  • 1994 : Carences de David Rozenberg
  • 1994 : Pigalle de Karim Dridi
  • 1995 : La Haine de Mathieu Kassovitz
  • 1995 : Les Anges gardiens de Jean-Marie Poiré
  • 1995 : Faut pas rire du bonheur de Guillaume Nicloux
  • 1996 : Un héros très discret de Jacques Audiard
  • 1998 : Les Couloirs du temps: Les visiteurs 2 de Jean-Marie Poiré
  • 1998 : Seul contre tous de Gaspar Noé
  • 1998 : Le monde à l’envers de Rolando Colla
  • 1998 : Le Poulpe de Guillaume Nicloux
  • 1999 : Les Convoyeurs attendent de Benoît Mariage
  • 2000 : Les Rivières pourpres de Mathieu Kassovitz
  • 2001 : Les Aliénés d’Yvan Gauthier
  • 2001 : The Château de Jesse Peretz
  • 2001 : Le Pacte des loups de Christophe Gans
  • 2002 : Une affaire privée de Guillaume Nicloux
  • 2002 : Irréversible de Gaspar Noé
  • 2003 : À la petite semaine de Sam Karmann
  • 2003 : Haute Tension d’Alexandre Aja
  • 2003 : L’Enfant du pays de René Féret
  • 2004 : Calvaire de Fabrice Du Welz
  • 2004 : Doo Wop de David Lanzmann
  • 2005 : Ennemis publics de Karim Abbou et Kader Ayd
  • 2005 : Virgil de Mabrouk El Mechri
  • 2005 : Vendredi ou un autre jour de Yvan Le Moine
  • 2007 : Michou d’Auber de Thomas Gilou
  • 2007 : Cowboy de Benoît Mariage
  • 2007 : Le Deuxième Souffle d’Alain Corneau
  • 2008 : MR 73 d’Olivier Marchal
  • 2008 : Lady Blood de Jean-Marc Vincent
  • 2009 : Humains de Jacques-Olivier Molon
  • 2010 : Les Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec de Luc Besson
  • 2010 : Mammuth de Benoît Delépine et Gustave Kervern
  • 2010 : Comme les cinq doigts de la main d’ Alexandre Arcady
  • 2010 : Les Petits ruisseaux de Pascal Rabaté
  • 2010 : La Meute de Franck Richard
  • 2010 : Une femme attend de Elise Girard
  • 2010 : Kill Me Please de Olias Barco
  • 2010 : Cannibal de Benjamin Viré
Publicités

21 commentaires

  1. Wouah ! Le GRAND Philippe Nahon en « vraie » interview de la mort qui tue ??? Je croyais que c’était une blague, au début, surtout quand tu as parlé d’un projet avec Spielberg… mais non, c’est une vraie. Z’êtes des stars à la pellicule brûle !

    J'aime

    • Le plus dur a été d’ appeler tous les Philippe Nahon de lFrance et de trouver le bon…..;-)
      En fait on commence à avoir des contacts, et Philippe Nahon s’ est mint(ré très sympa et disponible,k et à titre perso j’ aime beaucoup l’ acteur, donc ça a été un vrai bonheur, du boulot, mais un vrai bonheur

      J'aime

    • T’as vu ça un peu!? Vitesse supérieure et on espère en faire d’autres en plus!! C’est surtout parce que Marc harcèle les stars que ça marche!!mdr!!

      J'aime

  2. Je suis comme Tootsif. Je ne connaissais que de nom pourtant, il y a des films que j’ai vu. Je me le rappelle surtout dans Irréversible et Adèle Blanc-sec.
    Mais il a l’air abordable et son regard sur les comédies franchouillardes me correspond bien.
    Petite question. Il parle de Mafiosa. Tu sais si c’était pour la saison 3 (que je n’ai pas encore vu) ou pour la suivante? En fait, la date de l’interview me suffirait pour savoir 🙂
    En tout cas bravo à toi! (je t’envie un peu :))

    J'aime

  3. Argh ! je ne vois pas sa petite (mais immense) participation à Eldorado de Bouli Lanners ! Pourtant, précédée de sa mauvaise réputation on craint le pire pour les deux zozos, jusqu’à ce que Nahon essaie de leur vendre sa collec’ de voitures accidentées. Il y est à hurler de rire. D’ailleurs, j’ai crié.
    Quoiqu’il en soit, bravo à vous tous !

    J'aime

    • Je devrais pas le dire, mais son attaché de presse a demandé quelques aménagements que j’ai fais pour raison de première interview (vive le manque d’expérience), il y avait quelques passages assez mordant…..

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s