Alien, le 8ème passager de Ridley Scott (1979) par Tootsif

Le vaisseau commercial Nostromo et son équipage, sept hommes et femmes, rentrent sur Terre avec une importante cargaison de minerai. Mais lors d’un arrêt forcé sur une planète déserte, l’officier Kane se fait agresser par une forme de vie inconnue, une arachnide qui étouffe son visage. Après que le docteur de bord lui retire le spécimen, l’équipage retrouve le sourire et dîne ensemble. Jusqu’à ce que Kane, pris de convulsions, voit son abdomen perforé par un corps étranger vivant, qui s’échappe dans les couloirs du vaisseau…

Alien-huitieme-passager-Ridley-Scotts-Sigourney-Weaver-poster-affiche

I AM THE PASSENGER

Dans l’espace personne ne vous entendra crier. Quasiment 30 après, ce jingle a toujours la même force. Alien est toujours une référence (et à mes yeux La référence) du huis clos et du film de science fiction.

Porté par la touche graphique de H.G Giger (concepteur du « berceau » Alien et de la créature elle-même) et par l’efficacité de la mise en scène de Ridley Scott, qui fait encore preuve à cette époque de sobriété (tout comme dans Duellistes et Blade Runner) afin de mettre sa caméra au service de l’histoire et des émotions qu’elle véhicule.

Alien-huitieme-passager-Ridley-Scotts-Sigourney-Weaver-4

Ici le sentiment qui prime est la peur, l’angoisse d’une menace invisible mais pourtant tellement présente et mortelle. Ridley Scott a fait de la coursive métallique la phobie de bon nombre de spectateurs.

Alien a imposé un nouveau standard de l’angoisse : pas besoin d’être visible, présent pour faire peur, la crainte de la possibilité de la présence Alien pas très loin suffit à élever la tension cinématographique jamais atteint. Et cette formule va inspirer bon nombre de films, ce qui est d’autant plus étonnant lorsque l’on sait que la faible présence de l’Alien à l’écran est le fait des difficultés d’animations de la créature : filmée en pleine lumière et en mouvement celle-ci apparaissait plus risible que dangereuse.

Alien-huitieme-passager-Ridley-Scotts-Sigourney-Weaver-7

Et c’est ainsi d’une faiblesse qu’Alien tire sa force : on sursaute au moindre bruit, on se dit que cette coursive recèle forcément un danger puisque la musique a gagné en intensité et pourtant non ! On se dit que ce recoin sombre cache forcément quelque chose….chaque coins et recoins du Nostromo nous fait sursauter, la paranoïa nous guette.

Alien-huitieme-passager-Ridley-Scotts-Sigourney-Weaver-3

En plus de poser les codes des films d’angoisse, Alien pose aussi celle du film de science fiction tout du moins d’un de ses principaux éléments : l’équipage. Ce dernier se doit d’être composé de membres aux facultés, aux personnalités et aspirations différentes (le fourbe, le chef qui fait passer ses hommes d’abord, le bourrin…). Alien nous passionne aussi grâce à ceux-ci : les interactions  entre ces dernier y sont poussés, on se prend d’affection pour certains, on en déteste d’autres mais aucun ne laisse indifférent car tous sont travaillés.

Et parmi ces personnages, il y a Ripley. Pour la première fois un personnage féminin est le héros d’un film habituellement typiquement masculin ! Et Sigourney Weaver impose sa force, sa détermination à tous, tant aux autres membres d’équipage que de l’Alien.

Alien-huitieme-passager-Ridley-Scotts-Sigourney-Weaver-5

Alien, créature magnifique et pourtant mortelle. Giger a créé plus qu’une des créatures les plus célèbres du 7ème art au design classieux, il a donné vie à une créature mythique, prédateur redoutable qui hante les nuits des cinéphiles.

Alien fondateur du huis clos spatial reste aujourd’hui encore le maître incontesté du genre, son atmosphère oppressante n’ayant à ce jour aucun égal (ses coursives maintes fois imitées n’ont jamais été égalées, les autres équipages sont bien fades à côté de celui du Nostromo…) et l’Alien demeurant toujours cette magnifique créature mortelle.

Alien-huitieme-passager-Ridley-Scotts-Sigourney-Weaver-1

Les 30 années presque passées n’ont donc nullement altérées ses qualités : une réalisation au service d’une ambiance prenante, des personnages charismatiques, des scènes cultes (la scène du repas, la mort du commandant…)..

Un film maintes fois imité, jamais égalé.

“Alien, le 8ème passager” de Ridley Scott. Avec : Sigourney Weaver, John Hurt, Ian Holm, Tom Skerrit. Producteur : 20th century fox. Durée : 01 H 56.

Culte, n'hésitez pas!!!
Culte, n’hésitez pas!!!
Publicités

10 commentaires

  1. Je suis tout à fait d’accord sur les nombreuses qualités de ce film qui appartient sans conteste aux vrais chefs d’œuvre de la SF et qui est notamment très supérieur à ses suites (inégales).
    Il ne me semble toutefois pas qu’il fonde complètement le huis-clos spatial. C’est un élément qu’on retrouve déjà, par exemple, dans la partie centrale de 2001, L’Odyssée de l’espace où si la menace est identifiée (HAL), elle n’est pas physiquement incarnée. Il y a aussi d’autres films d’angoisse antérieurs (par exemple, Rendez-vous avec la peur de Tourneur en 1957) qui jouent avec cette idée d’un mal que l’on ne voit pas. Aussi, plus qu’il n’invente, Scott réutilise avec génie des éléments qui ont déjà été utilisés au cinéma. Mais, il crée, c’est sûr, un véritable classique.

    J'aime

    • Bon je sens que sur on ne va pas être d’accord car c’est pour moi une vaste fumisterie où seul l’ennui chez moi a pointé (bouh je sais c’est mal de dire des saloperies sur ce « chef d’oeuvre »).
      Si je vais jusqu’à dire que Alien fonde un genre : le huis-clos (et on va préciser horrifique) spatial c’est car il fait la synthèse parfaite de plusieurs genre : la SF, l’horreur, l’équipage où chaque membre a ses caractéristiques propres et il y ajoute un élément jusque là peu présent : une héroine comme figure de proue d’un genre jusque là très masculin.

      J'aime

  2. On peut tout à fait ne pas aimer 2001 ou n’importe quel classique. Cependant, il me semble certain que Scott quand il signe Alien a – comme n’importe quel cinéaste ou presque qui fait de la SF – à l’esprit ce film. Aussi, il est complètement conscient de ne pas inventer le huis-clos spatial ou un nouveau genre de SF (ne pas montrer le monstre et jouer sur sa présence/absence en mobilisant les ressources du hors-champ, de multiples cinéastes l’ont fait – avec plus ou moins de talent -, depuis les années 1920 au moins, et souvent pour des raisons de techniques et/ou de budgets).
    Ce qui, par contre, est tout à fait juste est qu’Alien transforme complètement l’image et la place de la femme dans le cinéma de science-fiction. C’est là le seul point où le film change quelque chose dans l’histoire du cinéma. Mais un grand film n’a nullement besoin d’être fondateur.

    J'aime

    • Que nombre de cinéastes ait utilisé avant Ridley Scott des techniques qu’il utilise dans Alien, je ne le nie pas mais ne pas être le premier d’un genre n’empêche pas d’en être le père spirituel.
      Si Alien est, à mes yeux, le père d’un genre c’est par la synthèse parfaite qu’il fait de plusieurs éléments préexistents jusque là séparément, faisant que nombre de films l’ont ensuite copié ou rendu hommage.

      Ainsi dans le jeux vidéo, le jeu de plateforme 3D existait avant Mario 64 mais c’est ce dernier que l’on retient comme père fondateur du genre car il fait la synthèse parfaite entre graphismes, jouabilité….ce qu’aucun autre n’avait réussi avant ce dernier

      Après sur l’apport de 2001, ce sujet m’insupporte un peu. On semble voir 2001 dans tout film se déroulant dans l’espace comme on voit du syndrome post 11 septembre dans tous les productions américaines depuis cette date.
      Oui 2001 a apporté bcp mais non il n’est pas partout et pour moi c’est tout sauf un huis-clos (même si le passage avec HAL s’en approche et que l’on peut faire une comparaison entre HAL et Mother d’Alien)
      Enfin c’est juste mon avis

      J'aime

  3. Large débat :).
    Je pense que 2001 a qu’on le veuille ou non influencé plus ou moins tous les films estampillés SF qui ont suivi. Mais Alien a suffisamment d’identité propre pour qu’on oublie ses influences.
    Ce qui me plaît le plus dans ce film? Tout le contexte mythologique autour des Dieux, des hommes qui pensent pouvoir s’en rapprocher, du Dédale avec sa créature, d’Icare avec ses ailes (ici la technologie). Pour tout ça, Alien est un classique.

    J'aime

  4. très bon film mais je trouve sa séquelle supérieure, moins horrifique mais plus » actioner » après c’est question de goûts. 2001 Moi je peux pas mais il faut reconnaître que cette oeuvre a influencé pas mal de prods de l’ époque (hal et mother sont assez proches je trouve aussi toots’)

    J'aime

    • Sur le lien entre 2001 et Alien, entre HAl et Mother il faut quand même dire que c’est très limité? Mother n’est qu’un ordi sans conscience. Oui, elle détourne le vaisseau vers le signal de détresse mais ce n’est que parce qu’elle est programmée pour ça, elle ne le fait pas d’elle même.
      Si elle avait une conscience propre elle n’aurait pas fait exploser le vaisseau pour éviter le risque de la mort de l’Alien, elle condamnerait les portes pour condamner l’équipage à une mort certaine….
      Mother ne fait que ce pour quoi elle est programmée.

      Quand à Aliens, si je l’aime aussi, j’ai du mal à le comparer au 1er car il est dans un genre totalement différent. On est ici dans l’actioner pur.
      Mais ceci est une autre histoire……

      J'aime

  5. entièrement d’accord ! un film culte et immortel… 😉
    faudrait vraiment que vous mettiez un calendrier quelque part sur votre site pour qu’on est la liste des derniers articles… mais s’ils pouvaient s’afficher dans l’ordre dès la page d’accueil ça serait top ! (je suis le seul à me plaindre ? 😉

    J'aime

    • Ouai parce que t’es une vieille raleuse!! Mdr!! Les derniers articles ont une petite case à eux sauf pour les news car c’est juste à côté!! hé hé!! Mais je planche sur une mise en page plus lisible!!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s