Cadavres à la pelle de John Landis (2010) par tootsif

Pauvres et vivant d’arnaques, deux compères William Burke et William Hare découvrent par hasard qu’un cadavre frais peut leur rapporter beaucoup d’argent. A cette époque, Édimbourg est un haut lieu de la médecine en Europe et les chirurgiens cherchent désespérément des cadavres humains pour pratiquer leurs dissections et faire ainsi avancer leur science. La demande en produits frais ne manque pas ! Elle augmente. Appâtés par l’argent et désireux avant tout d’assouvir les envies matérielles de leur bien aimées, Burke et Hare ne vont pas tarder à orchestrer des « accidents » pour obtenir toujours plus de cadavres frais pour la Science.

Cadavre-à-la-pelle-John-Landis-Simon-Pegg-Andy-Serkis-Isla-Fisher-poster-affiche

LA PELLE DE LA SCIENCE

Faire un bonne comédie n’est pas chose aisée. En effet, faire rire n’est déjà pas en soi une chose facile car chacun réagissant différemment à des soi-disant gags (n’est ce pas Ninnin ?) et cela ne suffit pas à faire une bonne comédie, le film risquant alors de tourner à la succession de gags sans véritable liens ou histoire.

Mais cette obligation, ce devoir d’aller plus loin que la juxtaposition de blagues est elle aussi difficile car le développement d’une véritable intrigue se fait souvent au détriment du potentiel comique de film, ce dernier étant « oublié » au détriment d’une histoire pas forcément réussi.

Cadavre-à-la-pelle-John-Landis-Simon-Pegg-Andy-Serkis-Isla-Fisher-3

Et Cadavres à la pelle n’échappe hélas pas à ces écueils pour n’être au final qu’une bonne petite comédie, certes sympathique, mais dont le potentiel comique s’effondre pour laisser place à des développements romantico-policiers pas forcément réussis.

Le début s’annonçait pourtant sous les meilleurs auspices. En effet, le pitch était prometteur : dans l’Ecosse du début du 19eme siècle, la ville d’Edimbourg est devenu le centre européen de la médecine moderne et pour que cette dernière les illustres professeurs ont besoin de cadavres pour mener leurs recherches. Deux escrocs patentés et pas très doués vont alors se livrer à un trafic de cadavres pour essayer de se remplir les poches.

Ajoutez à cela un casting des plus savoureux avec la nouvelle coqueluche de l’humour british, Simon Pegg (Shaun of the Dead, Hot Fuzz), l’habituellement performance-capturé Andy Serkis (Le Seigneur des Anneaux, La planète des singes : les origines, King Kong) en personnages principaux entourés de seconds rôles épatants comme les grands Cristopher Lee et Tim Curry ainsi que la charmante Isla Fisher.

Cadavre-à-la-pelle-John-Landis-Simon-Pegg-Andy-Serkis-Isla-Fisher-1

Et au début la mayonnaise prend, le pitch tient toute ses promesses avec la mise en place du macabre business de nos 2 pieds nickelés qui accélèrent grandement le passage de vie à trépas de pauvres malheureux afin de vendre, après moultes péripéties leur cadavre à une université en manque de « marchandise ».

C’est rythmé, plutôt drôle avec des situations assez crétines, le personnages ont de vrais trognes (et le duo Pegg/Serkis est royal) et en prime la reconstitution du début du XIXème siècle et les costumes sont plutôt bien foutus.

Malheureusement ce début en fanfare ne va pas durer et le soufflet va vite retomber car le film va peu à peu dévier de ce qui faisait sa force.

Cadavre-à-la-pelle-John-Landis-Simon-Pegg-Andy-Serkis-Isla-Fisher-6

Et oui les aventures rocambolesques de nos 2 « entrepreneurs » peu ordinaires pour récupérer et transporter du macchabée ne vont plus être au centre de celui-ci, préférant se focaliser sur la partie romance du personnage de Simon Pegg et le financement d’une pièce de théâtre par ce dernier pour plaire à sa dulcinée.

Donc oui, le rythme baisse rapidement pour ne jamais remonter et nous plonger dans un léger ennui qui fait que l’on suit le film alors d’un œil morne. Et comme la réalisation d’un classicisme absolu et sans imagination du revenant John Landis (culte il y a quasiment 30 ans avec les Blues Brothers et Le Loup Garou de Londres) ne dynamise pas l’ensemble l’œil morne est à deux doigts de se fermer (n’est ce pas Ninnin bis ?).

Cadavre-à-la-pelle-John-Landis-Simon-Pegg-Andy-Serkis-Isla-Fisher-5

Et c’est vraiment dommage car s’il est certain que faire tout un film sur la chasse aux futurs cadavres de notre duo aurait pu être lassant, il y avait à côté largement de quoi renouveler l’intrigue : la compétition entre les 2 facultés de médecine aurait pu nous offrir des moments à la Terry Pratchett (comme entre les différents courants de l’école de magie) avec des crasses toutes plus basses les unes que les autres, la recherche par l’incompétente police d’Édimbourg aurait pu elle nous offrir une enquête loufoque et macabre à la Sleepy Hollow (d’autant que la mise en scène des cadavres ne lésine par sur quelques jolis effets gores plutôt savoureux) et le personnage du caïd offrant sa « protection » est sous exploité.

Cadavre-à-la-pelle-John-Landis-Simon-Pegg-Andy-Serkis-Isla-Fisher-2

Les autres éléments qui auraient pu renouveler le récit à l’aide de nouveaux ressorts comiques sont donc sous-exploités (à part la femme d’Andy Serkis dont les apparitions raniment un peu le film) et c’est donc tout mollement que l’on se dirige vers la filn du film.

Dommage le début prometteur ne transforme pas l’essai et la comédie jubilatoire qui s’annonçait devient juste sympathique. Et être sympathique maintenant ça ne suffit plus.

Bof, pas terrible
Bof, pas terrible

« Cadavres à la pelle » deJohn Landis (2010. Avec : Simon Pegg, Andy Serkis, Isla Fisher, Tim Curry, Christopher Lee. Distribué par La Fabrique 2. Durée : 01 H 31.

Publicités

5 commentaires

  1. Entièrement d’accord avec ta critique. Ca résume exactement le film. Il y avait tout pour faire une comédie/macabre d’enfer dont on parlerait encore des années après…. Malheureusement la réal et la direction prise par le scénario passé la moité du film n’en font qu’une comédie sympatoche… Cela dit, je pense que je le revisionnerait quand même dans quelques mois 🙂

    J'aime

  2. N’y allons pas par 4 chemins: je suis imperméable à cet humour anglais. C’est tellement poussif que c’est pas drôle du tout. pourtant la matière est bonne, il y avait moyen de bien exploiter. j’ai même quitté la salle quelques secondes pour vider ma vessie de mécontentement (l’amertume c comme la bière, ça donne envie de se vider).
    Vous voulez une vraie comédie anglaise? Cet humour so british: de la classe, avec des répliques décalées ( la réplique graveleuse enveloppée dans de la broderie ).
    N’hésitez pas: jetez vous sur « joyeuses funérailles ».

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s