Le doulos de Jean-Pierre Melville (1963) par Marc Shift

A sa sortie de prison Maurice Faugel, usé par sa détention, n’aspire qu’à peu de chose : se retirer après un dernier coup, et oublier la mort de sa femme durant sa détention.

le-doulos-poster-affiche-Melville-Belmondo-Reggiani

On n’échappe pas à son destin….

 Un temps de retard, le spectateur a toujours un temps de retard devant ce film. L’histoire se passe dans un milieux où tout le monde se connait déjà, avec des trajectoires plus ou moins complexes faites de trahisons, de meurtres, de casses.

le-doulos-Melville-Belmondo-Reggiani2

On navigue donc dans les bas-fonds, et c’est logiquement que le film s’ouvre dans une chambre de bonne où un receleur manipule des bijoux (forcément volés, il n’y a aucun mystère là dessous), et reçoit un vieil ami tout juste sorti de prison, qui expose son plan pour se retirer. Après avoir exprimé ses motivations et les effets de la prison, qui l’a physiquement affaibli, il abat le receleur. Les explications seront pour bien plus tard dans le film.

Et le plus important, c’est que rien n’est gratuit dans l’histoire, la construction du film permet de comprendre tous les actes et motivations des protagonistes. Comme souvent, chez Melville, l’histoire (tirée du livre de Pierre Lesou) tourne autour des truands, la police ne « servant » que de ressort. Les scènes où la police est personnifiée ne sont pas très nombreuses (mais traitées avec une réelle maestria), mais l’ombre de l’institution plane tout au long du film comme un danger vital.

le-doulos-Melville-Belmondo-Reggiani5

Parce qu’ici on ne sait pas vraiment à qui se fier, qui joue double jeu? Car le film d’emblée s’ouvre sur cette explication : le doulos, en argot, désigne le chapeau généralement arboré par les gangsters (style imper avec de la classe) mais aussi l’indic, le traitre, la balance….

Donc le jeu est de trouver qui est le traitre. Et sans connaître le roman ou avoir trop lu de révélations sur le film, sans nul doute vous vous engagerez sur une mauvaise piste. On peut définir le film comme un classique du genre. L’ histoire en elle même possède un carcan assez classique (un univers très typé, un code moral fort, de la trahison, le remord….), même si au final il y a deux récit s’entremêlant (le parcours quasi simultané de deux truands) pour au final se rejoindre.

le-doulos-Melville-Belmondo-Reggiani3

Classique aussi et surtout par son interprétation et sa réalisation. Quand sur une affiche on a comme noms Serge Reggiani, Jean-Paul Belmondo, Michel Piccoli, Jean Desailly et même Philippe Nahon dans son premier rôle (c’est d’ ailleurs lui même qui m’a donné envie de voir ce film, donc merci à lui), on peut être certain que les acteurs vont être bons. Et bien c’est même mieux que ça, tous les acteurs sont bons (c’est à dire tous les rôles), et les premiers rôles sont simplement fabuleux. On a trop tendance à réduire Belmondo à ses cascades alors qu’il possédait une palette de jeu vraiment impressionnante (tour à tour charmeur, suave, salop de la pire espèce….). Et puis Serge Reggiani très bon aussi dans son rôle de truand désabusé…..

Et la réalisation, où l’on se rend compte que ce qui pourrait être une banale scène de dialogue devient un bijoux de tension, de pression grâce à la caméra de Melville qui magnifie le jeu des acteurs (le boulot de tout bon réal!!) et transcendant un récit à priori classique pour le faire évoluer en un récit shakespearien.

le-doulos-Melville-Belmondo-Reggiani4

Un vrai classique de cinéma, où les acteurs , le réalisateur, la technique (les éclairage sont sublimes), la musique (très jazzy, dans les tons de l’ époque) transcendent le récit originel. A voir absolument.

excellent, au dessus de la mêlée
excellent, au dessus de la mêlée

Le doulos (1963) de Jean-Pierre Melville. Distribué par Canal + image International. Avec Jean-Paul Belmondo, Serge Reggiani, Michel Piccoli, Philippe March, Fabienne Dali, Monique Hennessy….durée 1h43.

Le Doulos par gotti57

Publicités

5 commentaires

  1. Effectivement à voir absolument. Cela fait partie des grands classiques policiers de Melville. Avec cette réalisation qui commence à se faire millimétrique.
    Quant à Belmondo, immense, comme il l’est au début sa carrière, personnifiant ce renouveau des acteurs dans le cinéma français (concomitant de celui des auteurs). Bon, la suite, ça a été plus difficile.

    J'aime

  2. Il a quand même encore fait des bons films après, mais il a choisit des réal et des scripts pas vraiment en adéquation avec ses talents.
    Le problème est là, il a choisit le succès (mais je peux le comprendre) au détriment de la qualité (même si pas mal de ses films sont quand même très corrects).

    J'aime

  3. Au début, il a une évolution intéressante avec De Broca en faisant une sorte de caricature de ses premiers rôles. Le problème, c’est que, ensuite, il fait la caricature de la caricature et là ça devient plus douloureux. Et je ne reviens pas sur le gâtisme des dernières années…

    J'aime

    • Ces dernières années il a clairement été utilisé par son entourage, ou il n’ a plus les capacités de bien choisir, mais ça c’ est un autre débat….
      Moi j’ aime bien sa première carrière, y a aussi des merdes, mais des merdes avec Bébel c’ est toujours mieux que sans 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s