Eternal Sunshine of the Spotless Mind (2004) de Michel Gondry par Bruce Kraft

A TRUE LOVE STORY.

 

Joel tombe de haut quand il découvre que sa compagne, Clémentine, a effacé de sa mémoire leur relation tumultueuse. Désespéré, il prend contact avec l’inventeur du procédé, le Dr Howard Mierzwiak, pour subir le même traitement. Mais tandis que ses souvenirs s’évanouissent, Joel se rend soudain compte qu’il aime toujours Clémentine.

Eternal-Sunshine-of-the-Spotless-Mind-Michel-Gondry-Jim-Carrey-Kate-Winslet-Kirsten-Dunst-Mark-Ruffalo-Elijah-Wood-poster-affiche

Rares sont les films d’amour reconnus pour leur scénar’ et forcément quant on tombe sur un pitch comme celui d’Eternal sunshine of the spotless mind on ne peut rester de marbre. De plus, le fait de retrouver Jim Carrey à l’affiche en compagnie de Kate Winslet d’un film réalisé par un français, Michel Gondry, a de quoi vraiment surprendre le spectateur qui s’attend à voir une comédie romantique classique. Grosse erreur.

Eternal-Sunshine-of-the-Spotless-Mind-Michel-Gondry-Jim-Carrey-Kate-Winslet-Kirsten-Dunst-Mark-Ruffalo-Elijah-Wood-2

Michel Gondry, qui s’est inspiré de deux romans de Boris Vian pour scénariser son film (L’herbe Rouge et L’arrache-coeur), s’était déjà fait remarqué pour ses clips (Björk, les Rolling Stones) mais avait quelque peu déçu avec son premier long métrage Human Nature malgré ses grandes qualités esthétiques. Avec Eternal sunshine of the spotless mind Gondry va débuter réellement sa carrière de réalisateur de films avec certainement un des meilleurs films d’amour jamais réalisé. Quoi? J’exagère?

Eternal-Sunshine-of-the-Spotless-Mind-Michel-Gondry-Jim-Carrey-Kate-Winslet-Kirsten-Dunst-Mark-Ruffalo-Elijah-Wood-5

Imaginez. Un casting extraordinaire avec un Jim Carrey plus touchant que jamais dans le rôle de Joël, un homme timide, négatif et mal à l’aise avec les femmes, et Kate Winslet plus vraie que nature dans le rôle de Clémentine, une jeune femme extravertie, positive et rentre-dedans. Prenez ces deux là, faites les s’aimer puis se déchirer rajoutez-y un soupçon de science-fiction en les mettant en scène dans l’esprit de Joël et vous obtenez une histoire magique et paradoxalement tellement réaliste.

Eternal-Sunshine-of-the-Spotless-Mind-Michel-Gondry-Jim-Carrey-Kate-Winslet-Kirsten-Dunst-Mark-Ruffalo-Elijah-Wood-7

En effet, difficile de ne pas réagir devant l’histoire de ce couple tellement proche de nous dans ses meilleurs moments comme dans les plus mauvais de leur rencontre à leur rupture. Là où Gondry marque les esprits c’est dans les choix esthétiques avec une prise de vue très réaliste (pas de post-production) mais délivrant des tableaux magnifiques (et même parfois burlesques) et la narration du film qui bénéficie d’un montage racontant l’histoire de manière non linéaire et obligeant le spectateur à remettre dans l’ordre les moments marquants du couple avec l’aide d’indices visuels.

Eternal-Sunshine-of-the-Spotless-Mind-Michel-Gondry-Jim-Carrey-Kate-Winslet-Kirsten-Dunst-Mark-Ruffalo-Elijah-Wood-4

En parallèle de l’histoire d’amour de Joël et Clémentine c’est aussi une certaine réflexion sur le thème de la destinée avec l’effacement des souvenirs et de ses conséquences avec une question existentielle à la clef: peut-on échapper à son destin? Une réflexion soutenue par l’apparition de personnages moins secondaires qu’il n’y paraît et c’est ainsi que les membres de la société qui efface les souvenirs interviennent. On retrouve alors Elijah Wood, Kirsten Dunst, Mark Ruffalo et Tom Wilkinson qui finalisent avec brio et sobriété le casting.

Eternal-Sunshine-of-the-Spotless-Mind-Michel-Gondry-Jim-Carrey-Kate-Winslet-Kirsten-Dunst-Mark-Ruffalo-Elijah-Wood-1

On peut rajouter à ce tableau presque parfait une B.O. aussi touchante et modeste qu’inoubliable composée par Jon Brion (Magnolia, La rupture) avec en bonus une reprise magnifique du titre Everybody’s got to learn sometime (le tube du groupe The Korgis dans les années 80) par un Beck déroutant.

Eternal-Sunshine-of-the-Spotless-Mind-Michel-Gondry-Jim-Carrey-Kate-Winslet-Kirsten-Dunst-Mark-Ruffalo-Elijah-Wood-6

Un film touchant et profond qui happe le spectateur du début à la fin en jouant avec ses émotions en le balançant entre peine et joie dans un climat nostalgique inoubliable. Un film tellement perturbant qu’il vous obligera peut-être à repenser votre histoire d’amour et vous concentrer sur l’essentiel….à vous de voir.

Excellent, encore!!!
Excellent, encore!!!

« Eternal sunshine of the spotless mind » (2004) de Michel Gondry. Distribué par United international picture. Avec Jim Carrey, Kate Winslet, Elijah Wood, Kirsten Dunst. Durée: 1h48.

Publicités

4 commentaires

  1. C’est probablement (non, c’est sûr !) le meilleur film de Gondry. Totalement d’accord. Je ne suis pas dingue des films dits « romantiques » ou « sentimentaux », mais celui-ci fait partie de mon top 5 avec Lost in Translation, Bagdad Café et puis… ben, deux autres…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s