Fight Club de David Fincher (1999) par Tootsif

RÈGLE N°1 DE LA PELLICULE BRULE : ON LIT LA CRITIQUE DE FIGHT CLUB !

            Jack est un employé ce qu’il ya de plus banal. Il a un bon salaire, un bel appart’, voyage beaucoup. Mais le souci c’est qu’il est seul. Son seul moyen de rencontrer du monde et de sentir bien c’est de squatter les groupes de thérapie (cancéreux, personnes en fin de vie…).

            Mais son existence va prendre une tournure à 180° après sa rencontre avec Tyler Durden, anarchiste, philosophe vivant totalement en marge.

            Avec ce dernier, il va fonder le fight club, club de lutte clandestin où il peut enfin se libérer des chaînes de la société. Mais Jack va bientôt être dépassé par sa nouvelle existence.

Fight-club-Edward-Norton-Brad-Pitt-David-Fincher-film-movie-poster-affiche

            Je vais peut être vous étonner mais jusqu’à aujourd’hui je n’avais jamais regardé Fight Club. Assez bizarrement j’étais passé à côté lors de sa sortie au ciné pour je ne sais quelles obscures raisons et je l’avais jusqu’à présent boycotté en dvd et lors de ses passages télé. En effet, tout le monde autour de moi en faisais un tel battage comme le film à voir absolument que, par pur esprit de contradiction (une de mes qualités principale), je m’étais interdit de le regarder.

            Et là j’ai craqué, me demandez pas pourquoi car je ne le sais pas moi-même, mais j’ai enfourné (en tout bien tout honneur) Fight Club dans mon lecteur dvd et je l’ai maté du début à la fin !

Fight-club-Edward-Norton-Brad-Pitt-David-Fincher-film-movie-5

            Et au moment de me mettre à l’écriture de cette critique se pose alors à moi une question. Est-ce que je vais pouvoir le juger en toute objectivité ou alors mes années de rejet pur et dure ainsi que ma mauvaise foi légendaire (élevée au rang de qualité exceptionnelle chez moi) vont me faire le descendre quelque soient ses qualités ?

            Bon, au final ça donne quoi Fight Club ? Un film culte ? Un film coup de poing ? Un film homo ? Un film couillu ? Un film facho ? Un film à la violence gratuite ? Un putain de défouloir face à une société oppressante ? Un film libertaire ? Un film pessimiste ? Un film optimiste ?

            Fight Club c’est tout ça et rien de tout cela à la fois, formule facile, je le reconnais, mais qui à mes yeux résume bien le film.

Fight-club-Edward-Norton-Brad-Pitt-David-Fincher-film-movie-3

Fight Club a-t-il pour but de renvoyer à la gueule le misérabilisme et le consumérisme à deux balles dans lequel nous vivons ? Où alors se fout-il ouvertement de toutes les interprétations intellectuallo-branleuses qu’une partie de la critique a faite pour n’être qu’un film fun ?

            C’est sûr qu’en faisant au départ d’Edward Norton la figure du rêve d’une grande majorité d’individu (cadre avec appart’ sympa, la collection complète Ikéa, d’ailleurs combien de vos potes ont de ses putains de meubles aux noms à la con) mais qui n’en apprécie pas la vie, on se dit que Fincher nous fait là une critique acerbe de notre société. Et quand en plus le « Héros « (cette dénomination est elle vraiment appropriée pour ce film…?) semble prendre en fin son pied dans l’existence c’est en vivant dans un squat, en adoptant un comportement masochiste (se faire latter la gueule par ses potes, y a mieux comme petit plaisir de la vie, non ?) et en faisant du terrorisme sur les symboles de notre société.

Fight-club-Edward-Norton-Brad-Pitt-David-Fincher-film-movie-2

            Fight Club est donc un hymne à une contre culture.

            Et bien là aussi je répondrai que j’en sais rien !

            Pourquoi ? A cause du twist final du film.

(attention pour ceux qui n’ont pas encore vu ce film là je spoile jusqu’à la fin de ce paragraphe donc si vous l’avez pas vu passez à la suite)

D’ailleurs je vais faire là une vraie critique sur ce film c’est que ce twist est assez prévisible, au moins autant que celui de 6ème sens. A cause de la relation Edward Norton/Helena Bonham Carter, il est facile de se rendre compte de  l’inexistence (enfin seulement dans la tête d’Edward Norton) du personnage de Tyler Durden.

            Edward Norton n’est donc pas totalement conscient (actif) dans les actes qu’il commet ! C’est  donc son inconscient qui l’a poussé à ce comportement ! Alors on va zapper  les implications freudiennes (le Je, le Moi, le Surmoi et toutes ces merdes de psychologie à 2 balles) pour simplement dire que Fincher n’a pas les couilles d’aller au bout de son propos : l’individu ne va pas par lui-même foutre en l’air le système car il n’a pas le courage de le faire, de son propre chef.

Fight-club-Edward-Norton-Brad-Pitt-David-Fincher-film-movie-6

            Voilà là on vient d’analyser le thème du film et, putain, le film en lui-même il vaut quoi ?

            Et bien c’est un film sympathique même si de multiples petits défauts en atténuent l’impact.

            La mise en scène est nerveuse, effet accentué par la présence quasi-permanente d’une voix off interpellant le spectateur, et elle multiplie les effets de style, les séquences chocs, les répliques qui font mouche, bref c’est très rythmé. Le souci c’est que ça dure 2 H 15 et qu’au bout d’un moment ça m’a fatigué. A vouloir trop chercher la séquence/réplique choc j’ai décroché petit à petit, trouvant que ça tournait de plus en plus à vide.

Fight-club-Edward-Norton-Brad-Pitt-David-Fincher-film-movie-4

            Mais bon on se laisse quand même porter par ce film (je ne dirai pas par l’histoire car si au début on se demande où tout ça nous mène, on se rend assez vite compte que ce n’est qu’un enchainement de séquences et que l’histoire on s’en cogne un peu) et surtout par ses protagonistes. Les personnages décrits sont des freaks modernes superbement interprétés.

            Avec ce film je comprends enfin pourquoi les filles mouillent leurs culottes en voyant Brad Pitt ! Avec son corps de statue grecque, ses attitudes et moues provocantes il est le mâle dans toute sa splendeur. Il incarne Tyler Durden, un mec hors du système, qui suit ses propres règles, avec une maestria que jusqu’alors je ne lui connaissais pas. Il démontre qu’il est plus qu’un beau gosse à la façade lisse mais qu’il peut être carrément barge, flippant pouvant provoquer chez le spectateur aussi bien du rejet que de l’attirance en l’espace d’une fraction de seconde.

Fight-club-Edward-Norton-Brad-Pitt-David-Fincher-film-movie-1

            Edward Norton est lui aussi génial, tour à tour dépassé par les évènements puis en rébellion, schizophrène, lâche ou courageux.

            Fight Club est donc un film pétri de qualités (une réalisation nerveuse, un casting irréprochable, un humour noir plutôt corrosif) mais un twist final prévisible, une réalisation parfois nihiliste (Fincher se fait plaisir et rallonge artificiellement la durée d’un film qui aurait gagné en impact à être plus court) une volonté de choquer un poil too much amoindrissent à mes yeux sa portée, lui faisant rater ainsi la place de film majeur.

            Reste une expérience qui sort de l’ordinaire et qui vaut quand même le coup, la première heure étant de très grande qualité.

Pour les 4 médailles d'or...
Pour les 4 médailles d’or…

« Fight Club » de David Fincher (1999). Avec : Brad Pitt, Edward Norton, Helena Bonham Carter, Jared Leto. Distribué par HFD. Durée : 02 H 15.

Publicités

41 commentaires

  1. film (plus les recettes mitigées au box office yankee) qui a fait virer le président de la Fox de l’époque,et qui a fait changer de mode de fonctionnement du studio (avec l’adoubement du pg13 à toutes les sauces) reste un film prenant (vu deux fois au ciné avec Shift) un Brad Pitt qui prenait des risques dans sa carrière, un Norton au diapason, une réal nerveuse et un coté « American Psycho » plus Brett Easton Ellis que le film éponyme.

    J'aime

    • Assez d’accord avec Mat sur le ressenti du film et franchement je lui aurait bien mis un 5 voir un 6. C’est con à dire mais je dirais même que c’est presque un film générationnel de par l’ambiance générale….

      C’est d’ailleurs le cas pour le film American Psycho même si cet aspect est moins abordé que dans le livre (bien chiant d’ailleurs!!).

      J'aime

      • Mouais je sais pas si dans 10 ans le film aura le même impact. En plus je trouve que la surenchère et le twist final amoindrissent le côté politiquement incorrect du film comme si Fincher avait pas les couilles d’assumer le message qu’il fait passer au départ

        J'aime

  2. A mes yeux, c’est un film culte, même si je rejoins tout à fait la description qui en est faite au début « Un film culte ? Un film coup de poing ? Un film homo ? Un film couillu ? Un film facho ? Un film à la violence gratuite ? Un putain de défouloir face à une société oppressante ? Un film libertaire ? Un film pessimiste ? Un film optimiste ? »

    J'aime

    • Je l’ai trouvé divertissant (souvent), politiquement incorrect (pendant une grosse moitié) mais la réalisation pétaradante de Fincher m’a fatigué et le côté pas assez assumé du message (c’est ptet aussi le cas du bouquin je sais pas) m’ont fait le trouvé sympathique mais pas culte

      J'aime

  3. Ahhh! le hasard fait bien les choses. Mon handicap (3 semaines d’arrêt de travail…épaule luxée) m’a permis de revoir ce chef d’oeuvre.
    Honte sur toi ami tootsif: seulement 4 pelloches?
    Franchement ce genre de film coup de poing, avec un message pas barbant (parce que c difficile de faire un film avec fond de réflexion sans tomber dans l’ennnui). Des acteurs au top (très sincèrement qui peut se targuer d’avoir un semblant de virilité après avoir enfilé un peignoir ROSE!)
    Mon avis perso: je me suis pas ennuyé une seconde, j’aime cet aspect technique noir/crado qui donne le ton chaotique. Je me suis permis le luxe d’une réflexion perso quand à l’évolution de la société.
    Je crois que alamissamoun a tout résumé: film culte.

    J'aime

    • Cher ami des mauvais films je vous chie dans la bouche ^^

      Ptet parce que je le découvre sur le tard et que l’on en a fait un boucan de tous les diables j’en attendais beaucoup (trop ?) ou ptet parce que les films de poseur m’interessent moins, j’ai bien aimé mais pas plus que ça.

      Quand au message je le trouve pas assumé donc voilà quoi

      J'aime

      • Bien sur que si il est assumé, t’ en connais beaucoup qui sont anarchiste à 20 ans et qui le sont encore à 30? Bin là c’ est la même chose, y en a tellement qui n’ assume pas ce qu’ ils étaient dans leur jeunesse, qu’ils tournent le dos à leur propre personnalité. Le renvoyer à la gueule de certain spectateur c’ est couillu

        J'aime

      • Je parle du point de vue du réal : avec le twist final Fincher se dédouane de tous les propos anti-consummériste, anarchiste qu’il avait développé jusque là

        J'aime

  4. Bah…
    Il est un peu ronchon, suite à une défaite lors d’un draft Magic (joke).
    Comme quoi le ressenti d’un film est très subjectif.
    Maintenant je dois t’avouer que beaucoup de navets sont des coups de coeurs parce que vu à une époque donnée avec les yeux naifs d’un gosse (genre COMMANDO quand j’étais mome qui est devenu culte pour moi).
    Donc, il est vrai que 10 ans plus tard le film (FIGHT CLUB) n’a pas la même pêche que dans son contexte original (moi je l’ai vu au cinéma à l’époque). Donc ami Tootsif tu n’as pas tort dans ta critique.
    ….

    J'aime

      • Putain on avait prévenu pourtant!! Il a le script complet du film écrit sur les murs de ses chiottes!! Quant on lui demande: »Mat, tu connais Socrate? » il répond: »Ce serait pas le frère de John Matrix!?? ». 🙂

        En tout cas moi je persiste à dire que Fight Club tout comme Commando est un film générationnel et que du coup ça explique l’engouement de certains à son propos. Tootsif est plus jeune et il a vu le film dix ans après…..normal que ça ne le touche pas.

        C’est un peu comme quand vous regardez un vieux film en noir et blanc: il n’aura jamais le même impact pour vous que pour les gens de l’époque!!

        J'aime

      • Ce qui pose problème n’est pas tant la technique datée que le contenu trop identifié à une époque. Genre un film comme Kick Ass n’aura aucun intérêt dans 10 ans car qui se souviendra de youtube and cie. Le film de Fincher fait trop film générationnel et comme je ne l’ai pas vu à SON moment ben il m’a pas marqué.

        Genre Matrix est maintenant bien foireux (bon il l’était déjà à l’époque pour moi ^^)

        J'aime

      • Pour Kick Ass je suis entièrement d’accord et Mat Castle avait soulevé le problème à l’époque de sa sortie. Je ne pense pas qu’un film au contenu générationnel devient forcément obsolète et puisse avoir moins d’impact. Mon exemple phare reste Trainspotting de Boyle. Ultra générationnel et pourtant toujours aussi choc pour les problèmes sociaux qu’il met en avant (drogue, chômage et une certaine critique de la société de consommation). Pour Fight Club les problèmes qu’il soulève restent d’actualité et même si le film passe plus ou moins bien les années je trouve qu’il reste un film choc.

        Les films générationnels qui perdent réellement de leur impact sont ceux qui mettent en avant le monde de l’informatique et la vidéo dans l’intrigue (à part Tron et je vous emmerde!!). Là c’est la cata!!

        J'aime

      • Fight Club est en partie générationel, mais en partie seulement. Ce qui te manque (sans doutes) et que tu n’ es sans doutes pas anarchiste (à la base) ou d’ idéologie révolutionnaire / contestataire. Alors forcément le film ne trouve pas échos en toi (mais le message n’ est pas universel). Bon c’ est sur il faudrait que je le revois, mais je pense que je l’ apprécierais encore….

        J'aime

      • Je ne te dis pas le contraire je te dis seulement que les spectateurs de l’époque ont dû certainement vivre le film différemment que toi. En regardant un film comme Le voyage dans la Lune les spectateurs ont dû être soufflés toi quand tu le regardes, avec les yeux d’un mec qui a vu des films comme Star Wars ou The thing, tu vas chercher le plaisir à partir d’autres facteurs.

        J'aime

  5. Hey Mat Castle: ça fait plaisir devoir qu’il y a encore des fans de COMMANDO (je parierai que t’as la trentaine toi :)).
    Je suis prêt à te prendre à un match sur les répliques de COMMANDO.
    ==>j’ai dépoilé la cassette VHS, je l’ai regardées dizaines de fois quand j’étais môme (donc devenu culte).
    Bref: « ne réveillez pas mon ami, il est mort de fatigue… »

    J'aime

  6. Lol au risque de passer pour un blaireau c’est quoi COMMANDO???
    Sinon je suis d’accord avec Tootsif. Je l’ai bien aimé mais bof quoi le message sonne faux et la surenchère visuelle de Fincher c’est juste impossible pour moi^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s