Interview de Jacques Richard (réalisateur)

Voilà un réalisateur français qui ne manque pas de métier et avouons que de l’avoir sur notre blog est une grande fierté, comme pour chacun des artistes passés ici. A la veille de la sortie de son nouveau film, L’orpheline avec en plus un bras en moins, notre chroniqueur le plus brutal, Marc Shift, s’est vu confié une interview avec un homme à qui on ne l’a fait pas…

*Votre film m’a fait découvrir votre univers intrigant et décalé, et m’a aussi fait découvrir l’histoire de la Cinémathèque Française et votre mentor Henri Langlois. Pouvez vous raconter votre parcours et ce qui vous a mené au cinéma?

*Peut être avez vous vu mon film « Le fantôme d’Henri Langlois » (malheureusement non) qui explique beaucoup de chose à ce sujet….. Langlois a été le mentor de beaucoup de réalisateurs, de Pasolini à Godard, de Fassbinder à Chabrol, de Schlondorf à Rivette, de Herzog à Garrel, de Bertolucci à Truffaut, la liste serait très longue….. Je suis allé à la Cinémathèque comme de jeunes peintres vont au Louvre pour apprendre la peinture à travers les maîtres. C’est la meilleure école, je devrais dire c’était, car la Cinémathèque d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec celle d’Henri Langlois, mais bon, c’est une autre histoire…. Il faut voir mon film sur Langlois pour comprendre 😉 .

*Votre documentaire justement a été très remarqué et apprécié dans le monde (dont par Martin Scorcèse, excusez du peu!!). Vous êtes aussi reconnu pour vos productions sortant régulièrement des sentiers battus, que ce soit vos courts et longs métrages, allant parfois jusqu’ a créer de forte polémique (comme pour le film « Avé Maria » et son affiche interdite en 1984). C’ est par convictions, goût de la provocation?

*Mes films sont heureusement trouvable en DVD (Avé Maria, 100 Francs l’ amour, Le Vivarium…), je dirais que la provocation est une chose normale et souhaitable en principe chez un artiste quel qu’ il soit. Le but de l’art n’ est – il pas de déranger?

*Cela nous amène à la genèse de votre film à sortir « L’orpheline avec un plus un bras en moins », qui a pris 14 ans pour se faire!! Durant ce laps de temps vous avec réalisé une bonne dizaine de courts et 6 documentaires, mais pourquoi ce projet a – t – il été si difficile à monter?

*Il n’ est pas rare dans le cinéma que certains projets soient difficiles à faire exister. Malheureusement souvent beaucoup renonce en route, ce n’est pas mon cas, quand un film est une nécessité personnelle, un imaginaire à exprimer. Ce fut le cas de cette Orpheline (la bien nommée) qui n’arrivait pas à convaincre les décideurs du cinéma….

C’est pourquoi j’ai fini par le produire moi même comme beaucoup de mes autres films. Nous sommes hélas dans une période où l’originalité, la provocation artistique sont mal vues par les financiers du cinéma, ce qui donne un cinéma en général formaté sous forme de distraction ou de comédie sociétale, et il y a tellement d’ exemple…(comme le film de Valérie Donzelli, la guerre est déclarée qui me vient en tête). Il y a des périodes d’ obscurantisme dans tous les arts durant lesquelles il est important de résister. C’ est une position difficile à tenir, mais essentielle pour les vrais artistes, toute modestie mise à part 😉 .

*De quel genre de budget disposiez vous pour le tournage?

*Le film est tourné uniquement grâce à l’argent de la région Bourgogne et à la conviction de mon équipe technique et artistique, mais une fois le film terminé on retombe fatalement dans les pattes des marchands du cinéma. Ce qui explique à nouveau la difficulté à faire sortir un film, puisque ça fait plus d’ un an et demis qu’ il est terminé et toujours pas sortie en salles (au moment de la réalisation de cette interview).

*J’avoue (honteusement) ne pas être entré dans votre film immédiatement, mais au final j’ai vraiment été conquis par votre univers visuel, par les situations et les personnages. Comment s’est passé le choix des acteurs, et est ce facile de les convaincre de participer à ce type de projet?

*Les bons comédiens ne sont pas tous obnubilés par le box office et les supers-productions. Heureusement nous en avons beaucoup en France qui rêvent de participer à des aventures ambitieuses sur le plan artistique et sont donc prêts à prendre des risques pour y participer. Ils sont trop souvent obligés d’accepter des téléfilms ou des films grand public pour des raisons financières évidentes.

*Comment travaillez vous sur le plateau de tournage?

*En prenant à la fois mon temps tout en allant vite. Le fait d’être mon propre producteur m’offre le luxe de gérer ce temps de tournage comme je le souhaite, ce qui va dans le sens de la qualité d’un film.

*Avez vous rencontré des difficultés lors du tournage?

*Heureusement ce film-ci s’est déroulé dans une certaine grâce, et tous les acteurs m’ont confié que c’était un de leur tournage préféré. Les anecdotes se partageaient entre le plaisir de tourner dans une région viticole de prestige et des techniciens parfois épuisés nerveusement de toutes les responsabilités qu’ils leur revenaient du fait d’une équipe relativement réduite.

*Pour la sortie de votre film disposez vous d’ une bonne distribution en salle, et des rumeurs courent quand à un éventuel passage en couleur, qu’ en est–il?

*La distribution est pour le moment entre les mains d’Albany Films, cela m’échappe donc un peu. Ce distributeur a souhaité en effet faire réaliser une version couleurs du film pour en faciliter la distribution dans de plus grands circuits de salles éventuels, ainsi que les ventes en télévision. La version couleur est très belle également (les photos glanées ici et là le confirme), un peu bunuelienne, mais donne à voir un film assez différent, sans doute plus comique qu’effrayant….faire deux films avec un seul, c’est un certain luxe non? 😉

Je remercie Jacques Richard pour sa disponibilité et souhaite bonne chance à son film.

Marc Shift.

FILMOGRAPHIE

Longs métrages

  • 1975 : Né-
  • 1977 : Le Rouge de Chine
  • 1982 : Rebelote, avec Jean-Pierre Léaud
  • 1984 : Ave Maria, avec Anna Karina
  • 1986 : Cent francs l’amour, avec Richard Bohringer
  • 2007 : Le Vivarium, avec Catherine Ribeiro, Fabrice Luchini, Michael Lonsdale (film réalisé en 1975, sorti en 2007)
  • 2010 : L’Orpheline avec en plus un bras en moins, avec Noémie Merlant, Jean-Claude Dreyfus, Pasquale D’Inca, d’après un scénario original co-écrit avec Roland Topor

Courts métrages

  • 1976 : Les Écrans déchirés
  • 1978 : Nature morte
  • 1979 : Frankenstein (Pfalz)
  • 1979 : Le Catch du samedi soir
  • 1979 : La Maison qui pleure, co-réalisé (non crédité) avec Jacques Robiolles
  • 1980 : Stars à quatre pattes
  • 1981 : Docteur Rock et Mister Roll
  • 1983 : Kiss me, Kill me
  • 1986 : Les Paris du cœur
  • 1991 : Langlois monumental
  • 1998 : Le Musée du cinéma Henri Langlois
  • 1998 : Le Bon Coin, avec Luis Rego et Sullivan Richard
  • 1999 : Le Dix-huitième Sexe, avec Luis Rego
  • 2000 : La Dame pipi, avec Jackie Berroyer, Géraldine Danon, Catherine Ringer et Brigitte Lahaie
  • 2001 : 24 clips musicaux
  • 2004 : Des mensonges plus vrais que la réalité, portrait avec Jean Rouch
  • 2008 : Le Nerf trijumeau, avec Pauline Delpech
  • 2010 : Maria Dolorès, 75 ans, stripteaseuse
  • 2010 : Plains les yeux, segment du film collectif Outrage et rébellion en hommage à Joachim Gatti

Documentaires

  • 1995 : L’Arche de Néné
  • 2004 : Le Fantôme d’Henri Langlois
  • 2004 : Léaud de Hurle-dents, avec Jean-Pierre Léaud
  • 2005 : Les Suppléments d’âme, avec Guy Gilbert
  • 2007 : Cinéma, ma belle intrigue, avec Claude Lelouch
  • 2009 : D/s, co-réalisé avec Maîtresse Léïa.
  • 2011 : Qui a peur d’Élizabeth Herrgott ?, avec Élizabeth Herrgott
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s