Chronicle (2012) de Josh Trank par Flow (Tootsif: oui Akira est un somnifère! :))

Souffrance ordinaire

Belle surprise que ce blockbuster déguisé en « petit film ». Sans révolutionner la transposition des troubles adolescents au cinéma, il en offre certainement la plus belle variation de ces dernières années.

Chronicle-film-movie-poster-affiche

Après avoir été en contact avec une mystérieuse substance, trois lycéens se découvrent des super-pouvoirs. D’abord tentés d’utiliser leur don pour jouer des tours à leurs proches, ils vont vite prendre la mesure de ce qui leur est possible. C’est là que tout dérape…

Le trailer, sorti il y a de ça quelques mois, m’avait donné envie de voir ce projet intriguant. Je n’ai pas été déçu par le résultat. Sorte de remake non officiel du Carrie de Brian de Palma, le film suit les mésaventures d’un adolescent ordinaire, perdu entre les troubles propres à son âge et ses problèmes familiaux -père alcoolique, mère malade- que certains trouveront, à n’en pas douter, surfaits. Pourtant, si on peut sourire face à la facilité de la situation qui le pousse à passer du côté obscur, elle permet une vraie réflexion sur le sujet.

Chronicle-film-movie-5

Être adolescent de nos jours, lorsqu’on est renfermé et taciturne, c’est encore plus difficile que ça l’était pour les générations précédentes. A l’ère de Facebook et de la notoriété éphémère, les laissés pour compte d’un tel système se comptent par milliers. Cette souffrance sociale ordinaire (dans le sens où on la côtoie tous les jours sans y prêter attention) et latente n’intéresse les gens qu’à partir du moment où elle devient inacceptable pour celui qui la subit. C’est alors l’explosion. Et ces actes de violences qui étonnent tant les médias sont devenus fréquents et auraient pu certainement être évités.

Chronicle-film-movie-4

Attention, je ne tiens pas à schématiser, ce serait une erreur de réduire de tels phénomènes sociaux à ce simple mal-être adolescent. Le film peut le laisser penser mais je doute qu’il veuille clairement établir ce fait. Il y a des causes et des facteurs plus enfouis, moins évidents que je laisse aux psys le soin de déterrer. On ne peut cautionner de tels actes mais on se doit de les comprendre, pour éviter leur reproduction. Il est tant que la société accepte sa part de responsabilité dans ces comportements déviants.

Bref, j’ai un peu dérivé du sujet initial mais ce questionnement s’accouple bien avec le propos du film. On suit le parcours d’Andrew à travers la caméra qui le suit partout. Le found footage (procédé qui ne me plaît guère) est utilisé ici de manière intelligente. La caméra représente un mur entre le personnage et le spectateur. Une barrière infranchissable. On ressent de l’empathie pour cet être à la dérive mais on ne peut lui venir en aide. On subit la montée en puissance de sa colère, puis l’explosion de celle-ci d’un regard extérieur. Le réalisateur nous donne à voir cette douleur et nous met dans la position qu’on occupe tous les jours lorsque ça arrive dans la vie: celle de spectateur qui laisse faire et réagit lorsque c’est déjà trop tard (le cousin). Le montage se justifie et sert de mise en garde.

Chronicle-film-movie-3

Un bon film, au sujet social dans lequel on sent le réalisateur engagé. Un avertissement pour le public, un brin caricatural peut-être mais qui appuie là où ça fait mal. A voir malgré la durée, trop courte, qui ne permet pas de développer les personnages secondaires. Il y aurait d’autres façons de lire le long-métrage (j’ai lu des analyses qui mettent en avant les super-pouvoirs) mais je trouve que c’est là le point d’orgue d’un film aux différents niveaux de lecture.

Bon film
Bon film

Chronicle (U.S.A) de Josh Trank (2012). Avec Dane DeHaan, Alex Russell, Michael B. Jordan. Durée:1h27.

Publicités

9 commentaires

  1. Putain un film sur les « trop dur la life » bourrés de technologie (et donc socialement pas les plus bas), t’en fait un film profond sur les tourments de l’adolescence!!!
    C’est quand même plus profond dans Akira, rien à foutre des ces ado égocentriques!!!!

    J'aime

    • Non mais sérieux comment tu peux être crédible Flow ???? Tu t’endors devant Akira et tu adules Avatar, c’est pas possible ^^

      Plus sérieux toute la première partie m’a royalement gonflée en étant ultra caricatural sur ce que tu qualifies de mal être adolescent. Le personnage d’Andrew est vraiment too much dans les épreuves qu’il traverse et son basculement dans une folie destructrice, une haine des autres est mal expliqué et a du mal à lier les 2 parties.

      J'aime

      • ROUND 1!!! FIGHT!!! YOGA FLAAAAME!!

        Akira ne devrait jamais être vu par n’importe qui et ça….je le répète depuis des années!! Flow c’est la jeune génération Tootsif, faut pas t’inquiéter, un jour ses propres enfants cracheront sur Avatar!! mdr!!

        J'aime

      • Vous êtes une bande de gros naze! Même pas admettre que Cameron est un Dieu capable de transformer tout ce qu’il touche en grand film. Et aduler un pseudo film d’animation nippon où il ne se passe rien. Ce n’est même plus un manque de goût…

        J'aime

      • Il ne se passe « rien » pour toi car peut-être simplement que le propos du film n’est pas « qu’un simple gamin qui a des pouvoirs »…..

        Cameron un dieu? Il a simplement une bonne grosse dose de culot en vendant des histoires d’amour ultra spectaculaires mais finalement dénuées de fond.

        Cameron c’est un cuisinier qui fait de la soupe mais dedans il met du caviar….alors du coup ça épate alors que finalement ça ne reste que de la soupe.

        Je le dis franchement ça c’est son énorme point fort.

        J'aime

      • Il ne se passe rien dans Akira ? Voilà un putain de film contestataire qui dépasse largement tous les pseudo pamphlets intellectuallo-chiant du 7eme art !
        Film qui remet les politiques à leur place, qui est le reflet d’une jeunesse laissée en dehors de la société et surtout qui nous raconte une putain d’histoire d’amitié entre 2 potes.
        Akira est un putain de coup de poing dans la gueule !

        Quand à Cameron si le gugusse était un putain de faiseur dans les années 90 (Terminator, Abyss, Aliens, True Lies) il a depuis sa bleuette chiante (Titanic) a choppé une putain de grosse tête et se croit le roi du monde avec sa « formidable » création d’univers dans Avatar.
        Désolé mais si tu veux des univers créés de toute pièce avec système politique, faune, flore qui se tiennent faut allez voir ailleurs (Mass effect pour le jeux vidéo, Star Wars en cross média, nombre de romans d’H-F ou SF…)

        J'aime

  2. Il est dommage que la ligne directrice ne soit pas suivie jusqu’au bout ; passer de la télékinésie à des super-pouvoirs classiques (traverser les murs, force) qui font de la dernière partie un truc hyper classique et facile. Dommage car la première heure est réussie… 2/4

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s