Promotheus – Commando Stellaire de Sandy Collora (2011) par Tootsif

 QUAND T’ES DANS LE DÉSERT.

Suite à un incident d’origine inconnue, le vaisseau de transport militaire Promotheus a quitté sa trajectoire pour s’écraser sur une planète non répertoriée. Les membres du commando stellaire qui ont survécu, ont pour ordre de ramener vivant le détenu qu’ils escortaient.

Mais le prisonnier qu’ils traquent, dernier de son espèce, ne va leur laisser aucune chance…

            Le marché du DTV est un monde dur, impitoyable. Les sorties salles étant saturées par les films au budget à 3 chiffres ou les films « au minimum de spectateurs garanti » (genre les comédies pourraves française) il est impossible aux productions atypiques d’y exister et elles doivent donc se rabattre directement sur le marché où les sorties se sont démultipliées.

            Il faut donc pour ressortir du lot avoir un truc en plus, attirer l’œil du chaland pour qu’une personne prenne le DVD en main en se disant « tiens c’est quoi ce truc ? J’en ai pas entendu parler mais ça pourrait ptet être bien ! ».

            Et Promotheus – Commando Stellaire a réussi à provoquer cet effet chez moi.

Faut dire qu’il a des éléments qui jouent en sa faveur : une jaquette au crayonné très starwarsien nous montrant une sorte de stormtrooper période clone wars sur une planète à la Tatoine (ah ben tiens l’illustrateur de la jaquette a fait celles de Star Wars), un titre qui claque (mais qui n’a aucun lien avec le sûrement exceptionnel futur film de Ridley Scott. Et oui, que voulez vous, je suis comme une émo-goth de 15 ans mouillant sa petite culotte devant Edward quand on parle de Ridley Scott) et un pitch qui nous promet un survival/traque dans un univers S-F.

            Avec ça comment ne pouvais-je pas ne pas acheter le film ?????

            Et l’investissement (pas très important il faut l’avouer car en farfouillant correctement sur le net le film est trouvable pour environ 4 e) se révéla plutôt judicieux. Attention c’est pas le DTV de l’année (comme pu l’être un Black Death en 2011) ni même un grand film de SF ou de survival mais il en reste pas moins un film plus que regardable.

            Dès la première scène du film on voit aussi bien les qualités que les défauts. On note ainsi un design sympa du commando avec un style très Star Wars entre le Stormtrooper et Boba Fett et surtout un souci du détail prodigieux qui donne un cachet et une identité propre à chaque membre du commando : traces d’impacts de balles, rayures ou brulures.

            Ouais le commando avec ses armures de la gueule mais cela impacte sur le jeu des acteurs. Et ouais engoncer dans une armure rigide difficile de faire passer des émotions dans le jeu corporel et les séquences d’action font très pataudes tellement les personnages ont du mal à se déplacer.

            Pareil l’idée de placer l’action sur une planète désertique part d’une bonne idée quand on voit toutes les perspectives que cela ouvre sur le plan scénaristique et de la mise en scène. Malheureusement si Sandy Collora nous offre quelques jolis plans de dunes, il ne joue pas assez sur l’effet de chaleur (pas de filtre jaune, d’effets d’aveuglement) et de perte de repère.

            Le même constat de bonnes idées contrebalancées par des défauts peut se faire pour le scénario. Ca commence classiquement comme ces westerns des années 70 où une bande de cowboys part à la poursuite d’un fugitif.

            Pourquoi se sont ils crashés ? Qui est ce fugitif et qu’à t il fait ? On ‘en sait au départ rien et ça permet de susciter notre intérêt. Malheureusement cet intérêt tend vite à s’émousser car même si Sandy Collora développe ses personnages (il apparaît des divergences d’opinion dans le commando entre le commandant Karza, militaire intransigeant et autoritaire, et le lieutenant Centauri 7 qui remet en cause le bien fondé de cette traque), le rythme est assez mou.

            Et alors que l’on commence à se dire que le film risque de tirer en longueur, Collora rebooste notre intérêt en nous révélant le visage des personnages ! Et alors qu’au début l’on avait plus tendance à prendre fait et cause pour le commando (ben ouais son look était trop cool et le fugitif, comme on ne le voyait pas, devait forcément être une putain de saloperie) Collora change totalement notre perception du métrage : le fugitif est un humain ! Et le dernier puisque les enfoirés d’extra-terrestres dont sont originaires le commando ont exterminé toute sa race !

            Renversement total de situation !

            Malheureusement après ce coup d’éclat notre intérêt rebaisse à nouveau. Bonne idée que les 2 protagonistes, ennemis, se mettent à communiquer pendant leur course-poursuite mais si c’est pour nous servir des dialogues écrits 2 minutes avant le tournage des scènes ça a pas d’intérêt et rend le film inutilement bavard.

                        Ce qui est dommage. Tout comme le final qui nous laisse assez perplexe avec ses retournements de situation bien trop nombreux qui noient des enjeux plutôt habilement amenés jusqu’ici.

            Promotheus – Commando Stellaire est objectivement une série B bancale qui alterne idées lumineuses et aspects beaucoup plus brouillons. Reste que le ressent la passion derrière cette production faite de bric et de broc et, merde, un survival S-F c’est bien assez rare pour ne pas s’enthousiasmer.

Un film moyen

« Promotheus – Commando Stellaire » de Sandy Collora (2011). Avec : Isaac C Singleton Jr, Clark Bartram, Damion Poitier, Simon Potter. Distribué par Condor Entertainment. Durée : 01 H 24.

Advertisements

3 commentaires

    • Et bien n’hésite pas car malgré ses nombreux défauts il est pas mal fichu avec un chouette design et en plus en farfouillant sur le net il est trouvable pour pas cher

      J'aime

  1. Son, if you do drugs you’ll end up giving some guy a BJ in the bus tmanierl bathroom. If both had the ability to fight on land, and based solely on the fact that it can dislocate its jaw, I would say a Great White shark would totally kick a Woolly Mammoth’s ass in a fight Yes, I was a virgin when I got married. P.S.: I’ve actually had to use the stop pantsing our guests before. P.P.S. I missed your blog when I was vacation.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s