Le survivant de Boris Sagal (1971) par Marc Shift

Un homme se balade avec sa voiture au grès des rues désertiques d’une ville tentaculaire. Soudain il s’arrête et mitraille la façade d’un immeuble…..

The-omega-man-le-survivant-Charlton-Heston-poster-affiche

Je marche seul…

Ce film fait partie de ceux dont moins on en dit mieux c’est.

Ah!? Il faut quand même que je développe un minimum, c’est pour ça qu’on ne paye pas ici…..Bon déjà avec le titre français on se doute d’un p’tit truc du genre c’est le dernier homme sur terre, y s’est passé un truc genre catastrophe etc…. Dommage le titre d’origine était un peu plus énigmatique: The omega man. Vous allez me dire « mais c’est la même chose », ce qui n’est pas faux. Mais tout le monde ne le sait pas et surtout le titre fait quand même plus classe.

The-omega-man-le-survivant-Charlton-Heston-1

Je remercie donc Captain Calva de m’avoir prêté ce film et d’avoir eu la flemme de le chroniquer (il le regrette déjà….) . Et comment refuser un film avec le grand Charlton Heston? Oh bien sur certaines de ses opinions ne l’ont pas rendu très sympathique de ce côté ci de l’Atlantique, bien aidé par le pseudo brûlot de Michaël Moore. Mais un film avec un acteur de cette envergure ça ne se refuse pas. Surtout quand on vous le prête.

Difficile de ne pas connaître Charlton Heston quand on s’intéresse un minimum au cinéma (il a joué Moïse, Ben-hur, dans la planète des singes, bordel c’est pas de la merde !!!!). Par contre Boris Sagal moins. Voir pas du tout, et c’est normal vu que sa carrière il la doit essentiellement à la télé, que ce soit avant et après ce film.

The-omega-man-le-survivant-Charlton-Heston-2

Alors sur le plan technique le film n’en souffre pas trop, et on peut même dire que le premier tiers du film est tout simplement énorme. En fait il est énorme tant que le docteur Robert Neville est seul (Charlton Heston donc) et tant que la « famille » n’est qu’une menace muette. Le tournage, comme tant d’autres, s’est déroulé à Los Angeles. Mais un Los Angeles complètement exempt de toute vie, de la vraie science fiction donc. « Mais comment ont-ils fait?» allez vous me dire, et bien c’est très simple : Los Angeles ville qui ne jamais s’arrête,  s’arrête quand même les….dimanches (bon les jours fériés aussi).

The-omega-man-le-survivant-Charlton-Heston-6

Et cela donne un côté très puissant au film, surtout dans le premier tiers où le héros part à la recherche de cette mystérieuse « famille »  qui veut sa mort car il est le symbole de l’ancien monde. Le film est aussi très bon quand Heston déambule dans son appartement retranché à jouer aux échecs contre lui même, dialoguant seul pour ne pas perdre son humanité.

C’est bien beau tout ça mais les deux autres tiers me demandez vous? Et bien si le film a un statut culte (la SF n’est pas forcément très populaire à l’époque) on doit quand même dire qu’il a un peu vieilli. Pas forcément mal mais les membres de la « famille », sorte de secte encapuchonnée (donc sataniste) touchés par le fléau ayant éradiqué l’humanité (au contraire du docteur Neville), sont joués de manière tellement théâtrale que ça en devient risible. Le genre de concept qui gagnerait à être dynamisé dans un remake par exemple…..Excusez moi y a Bruce qui m’appelle….

The-omega-man-le-survivant-Charlton-Heston-3

« Oui boss vénéré ? »… « Marc t’es vraiment qu’un gros navet y a déjà eu un remake »…. « Ah merde! J’ai pas vu, ça donne quoi ? »…. « Déjà y a Will Smith dedans »…. « Excuse moi, y a pas un chien dedans ?? »…. « Bin oui comme dans tous les films avec Will Smith je pense »…. « Alors je l’ai vu….c’est une daube »…. « Oui, l’ambiance est complètement foireuse»…. « Bon je vais faire comme s’il existait pas, pas la peine de m’appeler pour me dire ça »…. « Pour une fois t’as pas tort ».

The-omega-man-le-survivant-Charlton-Heston-4

J’en étais où….donc le film souffre surtout à cause des personnages secondaires pas super bien joués (à l’exception de Rosalind Cash, jolie p’tit bout, qui sera séduite par Neville….) et aussi de quelques incohérences. Les fruits frais on s’en fout un peu (l’humanité a disparu depuis 2 ans, mais le doc trouve du raisin frais dans les magasins), c’est surtout au niveau narratif que le dernier acte souffre franchement (mais ça à vous de le découvrir).

Reste que le survivant vaut largement le détour, car il possède une vraie ambiance, un immense acteur et que ce n’est vraiment pas grave s’il ne respecte pas le livre de Richard Matheson à la lettre….

moyen mais sympa
moyen mais sympa

Le survivant  » -The omega man- » de Boris Sagal (1971, USA) avec Charlton Heston, Rosalind Cash, Anthony Zerbe, Eric Laneuville….durée 1h34

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s