Les Aux’ de David Gunn (2007) par Lieut’nant Calva.

C’est l’histoire d’un mec… J’adore cette phrase. Merci Michel.

Extrait d’un synopsis:

« Sven Tveskoeg n’est humain qu’à 98.2%. C’est un vrai dur à cuire au tempérament explosif, plus revanchard que les pires soudards de la galaxie. Des qualités que toute bonne société condamnerait. Heureusement, Sven appartient à l’empire d’Octo V: le mal à l’état pur. L’empereur s’est personnellement penché sur son cas et l’a intégré aux Faucheurs, un corps d’élite qui a pour fonction de tuer et de mourir à sa propre gloire. »

Cette histoire est une trilogie: Le faucheur, Offensif et Le jour des damnés. Et pourquoi la lire?

Ceci est le récit réel d’un lecteur anonyme qui n’a laissé que son pseudo en guise de signature. Pour vous, lecteurs, je vous livre un condensé de notre entretien téléphonique.

Témoignage de « Calvamaiscestpasmoicestmarc »:

« Un matin, je vais dans une librairie avec un nom blanc sur fond jaune, le genre de boutique douteuse grande comme un porte-avions, qui pue la mort à cause de la concentration de millions de clients au centimètre carré. Indigeste. Une fois la passage mortel du rayon Apple submergé de geeks frénétiques à l’idée de claquer sept cent boules pour un bout de plastique avec une  pomme même pas entière dessus, j’atteins le rayon des livres, non sans dégâts puisque j’ai perdu mon pantalon sur le chemin. Un hystérique métro-sexuel,  cliché du jeune cadre dynamique qui n’en a que le nom et non la salaire, a cru que je lui piquais sa place à la caisse. Enfin, le rayon qui m’intéresse est beaucoup plus calme. Normal, ce n’est pas très « hype » un livre. Vous savez, ce truc qui pèse lourd dans un sac ou une besace. C’est fatiguant de le tenir, de le feuilleter. Et en plus, ca pue le papier!  Quant au contenu, ne m’en parlez pas! Des mots bizarres même pas écrits en sms. Et le pire avec les bouquins, c’est qu’on ne peut pas les pirater! La misère! Trop nazes ces trucs! Je veux mon Ipad ou mon kindle! Alors si je vous dis que le rayon SF est désertique, vous ne serez pas surpris. En général, parceque pas ce matin là. Et ça,ça ne me plait pas. Et non. Vous savez pourquoi?

Calva: Zzzzz. Non.

Calvamaiscestpasmoicestmarc: Vous n’avez jamais remarqué que les gens passent entre vous et les rayons? Vous regardez un truc mais y’a un gros sac pressé qui vous boule pour passer là, et non derrière!

Calva: Zzzz heu ok. Mais votre livre là, vous en parlez quand?

Calvamaiscestpasmoicestmarc: J’y arrive justement. Dans le rayon, y’a un mec en face de moi. Je le jauge. Il est petit, moche, brun, non ce n’est pas un miroir. Il existe et ses yeux divergent. Son droit regarde un livre broché qui trône sur une étagère. Son gauche me regarde sauvagement, prêt à en découdre. Je ne sais pas comment il fait çà mais il est fort, très fort. Alors je sors mon arme secrète: Un camembert!

Calva: Un camembert?? Vous vous foutez de moi? Et pourquoi pas un Livarot?!

Calvamaiscestpasmoicestmarc: Ah putain! J’y ai jamais pensé! C’est le top de l’horreur çà! Merci pour l’idée géniale!

Calva: Oui de rien. Bon écoutez, si vous ne parlez pas du livre, je raccroche maintenant. J’ai un métier moi!

Calvamaiscestpasmoicestmarc: Moi aussi , je suis fromager!

Calva: Bon j’en ai marre, je raccroche!

Comme quoi, faire la pige et s’entretenir avec des gens, ce n’est pas toujours marrant. Ce qu’il voulait dire, c’est que le livre que ces deux fanatiques se sont disputés, c’est le tome 3 de la série: Le jour des damnés. Victime de son succès, il est aujourd’hui épuisé en France. C’est sûrement pour ça qu’on a perdu notre triple A…

Allez, dans mon infinie mansuétude, je vous parler du livre à la place de Calvamaiscestpasmoicestmarc.

Tout d’abord, Sven Tvsekoekeukaki… Merde c’est quoi ce nom pourri?! Sven Tvsekoeg est le nom donné par une prisonnière à qui notre héros a prêté serment de sauver sa fille. Lorsque l’on fait sa connaissance, il est nu. Mais aussi attaché et lacéré de coups de fouets. De plus, détail important, il lui manque le bras gauche. Il fait partie de la légion depuis l’âge de douze ans; après avoir été adopté par le lieutenant Bonafont, responsable de la destruction de son village, en fait une décharge planétaire à ciel ouvert. Ce dernier en fait son protégé jusqu’à mort dans le désert. Enfin protégé…

Les événement suivants nous font découvrir un soldat né pour tuer. Nous suivons ainsi ses campagnes de guerre où, étrangement, on a toujours l’impression qu’il va y rester, au vu de ses équipements pourris. Mais, où qu’il aille, il se fait des potes et massacre tout le monde. Trop fort le Sven.

Ainsi donc lors de la campagne d’Ilseville paumée, sur une panète paumée, il atterrit sur un champ de bataille où il est accueilli par un déluge de feu. C’est à cet instant même qu’il rencontre sa future unité: Les Aux’. Dans le feu de l’action, ils apprennent vite à s’entraider et devenir ainsi des héros aux yeux des autres soldats et mercenaires. Ces personnages secondaires ont beaucoup de charme puisque bien que tous un peu cinglés, on ne peut pas les détester pour autant. Au contraire, ils apportent beaucoup d’humanité au récit. Ils sont un peu le para-tonnerre de leur chef, le Sven au bras mécanique, celui qui porte un SIG Diabolo intelligent et donc interdit; enfin celui qui guérit de tout, même de la mort.

D’un autre côté, comment en vouloir à un homme pareil? Lorsque l’on découvre l’univers dans lequel il évolue, il devient vite évident qu’un bobo se ferait déchirer de l’aine jusqu’à la gorge (Sven aime bien faire çà). Donc Sven, antithèse d’un bobo? Parfaitement madame! L’empereur de cette partie de l’univers n’apparait que sous la forme d’un adolescent de 13 ans, tue tout le monde (enfin il fait tout le temps la guerre), et a décidé un beau matin de prendre Sven sous son aile et d’en faire son tueur d’élite pour des missions impossibles.. Tada tadada da dadada… Non non stop. Même Tom Cruise se ferait violer par un férox en moins de 20 secondes.

Malgré tout çà, sous ses aspects de grosse brute sanguinaire, il se cache de temps à un autre un cœur qui s’attendrit pour aider les plus fragiles. On le voit ainsi reprendre un vieux tripot infâme afin d’aider deux cousines dans le besoin. Il y mettra la jeune fille qu’il devait tuer à l’abri, dans le plus grand secret. Enfin on le sent capable d’aimer. C’est pas si mal.

Mais que dire des ennemis? Pareils. Les exaltés. Un pan de l’humanité qui a décidé de s’injecter un virus cybernétique, transformant ainsi l’homme en « quelque chose » de différent. Ils semblent avoir tous été bercés trop près du mur. Mais au moins, on ne peut que les remercier de se faire démembrer par Sven. Au moins, il y a de l’action.

Peut-être devrais-je parler de l’U/libre? Cette faction regroupe en fait le reste de la galaxie, c’est à dire la quasi-totalité. Ces gens là se contentent d’envoyer des observateurs lors des conflits entres octoviens et exaltés. On n’en sait guère plus sur leurs intentions réelles. Dommage.

Pour en finir avec cette pige « pourrite », je vous donne mon humble avis sur les bons et mauvais points:

Bons points:

1: Les personnages principaux et secondaires sont tous intéressants. des apparences physiques parfaitement  faites, des personnalités très variées, on en prend vite un sous son aile de lecteur, impatient que l’on peut l’être de lire la suite de sa vie (Ah merde il est mort! Bon un autre alors…)

2: Les histoires sont géniales. Beaucoup de rebondissements, de passages bien stressants et au final une imagination de la part de l’auteur que je salue

3: Le background est très intéressant. Ah  oui tant que çà? oui! Hélas…

Mauvais points:

1: Le background n’est pas assez décrit. On apprend peu de l’univers qui entoure Sven. Dommage, vraiment dommage.

2: Le langage et le contenu peuvent choquer certains lecteurs. En effet, ce qui me plait beaucoup globalement dans ce livre, c’est le parti pris de parler, voir, penser crûment. La mort c’est moche, alors pas de fioritures, dirait Sven. Certes. Mais avertir les lecteurs me parait judicieux toutefois.

3: Je veux un quatrième épisode! Ah et aussi, S’ils pouvaient republier le troisième, épuisé depuis des éons, ce serait chouette aussi (j’ai perdu mon mien).

Conclusion: Ce n’est pas le top de la science-fiction. Mais à l’heure où ce registre commence à être envahi de romans adaptés des jeux vidéos, vite au secours, lisons de vraies histoires!!!! Lisez les AUX’!

 Votre dévoué Lieut’nant Calva (G. Lecoeur pour les intimes)

Un bon film

 

 

Publicités

5 commentaires

  1. Série bien sympa où je pointe les mêmes qualités et défauts que toi. Je regrette que le background de cet univers ne soit pas plus développé car il est bien interessant avec sa propre mythologie (je vois bien la création d’un jeu de rôle papier dessus) et l’histoire du 3eme tome m’a un poil moins emballé mais ça reste bien fun et le côté badass des persos est une vraie plus value (comme le putain de flingue de Sven)

    J'aime

  2. Très franchement: le 1er volume était extraordianaire.
    Le héros est le stéréotype d’un cobra (mais version bourrin/cynique, d’ailleurs vous remarquerez l’analogie: le bras artificiel, et le pétard simple et efficace! oui oui je sais: dans cobra ce n’est qu’un vulgaire colt python mais il y a armanoid: donc le SIG diabolo c’est la combinaison de armanoid et du colt).
    Mais après…On tourne un peu en rond, on a l’impresion de dérouler les mêmes scénars…Bref je garde mon premier tome mais je n’irai pas acheter la suite (merci Tootsif pour m’avoir prêté les suivants!).
    Je râle, mais quel plaisir: on s’ennuie très peu et le lanquage cru est un délice.

    J'aime

  3. Cher Ninnin, merci de pour ton commentaire constructif. J’avoue que comparer Sven à Cobra est bien vu. 🙂
    Quant à rester sur le 1er tome, c’est une façon de ne pas être déçu oui. Après, va savoir ce qui se passe chez les éditeurs et les auteurs. Je sais de source très proche que la pression exercée par un succès amène à pondre des séquelles plus ou moins chanceuses.
    Ainsi, tu as fait le choix de la qualité. Moi non. Je ne supporte pas de ne pas lire la suite!
    Cordialement.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s