Dragon Eyes de John Hyams (2012) par Bruce Kraft

DAISY TOWN.

Hong se donne pour mission de protéger la ville de Saint-Jude. Il est prêt à combattre pour la sauver des trafiquants de drogue et des corrompus qui la détruisent.

Dragon-eyes-Jean-Claude-Vandamme-film-movie-poster-affiche

Pour ceux qui avaient vu Universal Soldier: Regeneration (en 2009) le nom de John Hyams ne leur sera pas inconnu. Pour les autres tant pis car et puis finalement on s’en fout. Le réalisateur revient avec ce Dragon Eyes qui arrive chez nous en DVD (par le biais de Sony) sans passer par la case cinéma. « Pourquoi? » Me direz-vous. Et bien tout simplement car nous sommes ici sur le territoire obscure de la série B.

Dragon-eyes-Jean-Claude-Vandamme-film-movie-6

Je vois déjà vos yeux se fermer avec une énorme grimace se dessinant sur votre visage, habituellement si délicat et éclatant (si si!!), à l’évocation de ce genre de film porteur des pires immondices cinématographiques (hormis le Z bien sûr!!).

Et pourtant, tout n’est pas mauvais dans la série B. Et puis lorsqu’on m’annonce Jean-Claude Van Damme au générique je ne peux décemment pas refuser de voir un tel film car je sais que je vais, soit me marrer, soit je vais être surpris. C’est ça l’effet Van Damme.

Dragon-eyes-Jean-Claude-Vandamme-film-movie-5

Dans Dragon Eyes par exemple il y a des points positifs…mais il y a des points négatifs aussi. Ah bah ouai mais il vous faut toujours tout à vous aussi!! Bon, commençons par le négatif. Parfois mou, mal monté et cutté dans tous les sens Hyams oublie qu’un film a besoin de cohérence, de rythme et de ne pas copier ses petits camarades (le côté Pulp Fiction de Tarantino).

On passera aussi rapidement sur le jeu de certains acteurs (en plus y en a des persos différents, bon sang!!) qui laisse parfois à désirer y compris du côté des « stars » avec un Peter Weller (punaise c’était quand même Robocop ce type!!) à la limite de la mauvaise caricature de caïd.

Dragon-eyes-Jean-Claude-Vandamme-film-movie-4

Quoi? Les points positifs? Et bien même si on ne s’extasie pas devant leur jeu, il faut reconnaître que Cung Le (Pandorum, True Legend) et Jean-Claude Van Damme font leur boulot de mecs qui cognent plus qu’ils ne parlent (vaut mieux car quand ils parlent c’est….pfffiuuuu!!), même si notre belge préféré garde un rôle secondaire.

Hyams donne l’occasion à Cung Le, physiquement petit et presque pataud mais ultra balèze en Tae Kwon Doe, de briller dans des combats esthétiquement travaillés (ralentis à l’appui) et bénéficiant d’effets sonores appuyant réellement l’action. Les combats sont explosifs et puissants.

Dragon-eyes-Jean-Claude-Vandamme-film-movie-7

Visuellement bluffant Dragon Eyes offre une réelle satisfaction avec un gros boulot au niveau des couleurs et des contrastes. On en oublierait presque que l’on est dans une série B. Il en est de même pour la bande sonore respirant le bon gros rap U.S. (avec une mention spéciale pour le générique de début).

Dragon-eyes-Jean-Claude-Vandamme-film-movie-3

Dragon Eyes possède autant de défauts que de qualités mais vous le savez sûrement ce n’est jamais l’esthétisme d’un film qui le sauve. Du coup on se retrouve avec un DTV qui aurait sincèrement mérité plus de boulot en post-production pour capter un peu plus notre attention. Un petit western urbain aux forts relents de sauce nuoc-mâm.

Moyen, sans plus
Moyen, sans plus

Dragon Eyes (U.S.A) de John Hyams (2012). Distribué par Sony Picture Home Entertainment. Avec Jean-Claude Van Damme, Peter Weller, Cung Le. Durée: 1h31.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s