Des Hommes Sans Loi de John Hillcoat (2012) par Tootsif

TROIS FRERES CONTRE LE MONDE

1931. Au cœur de l’Amérique en pleine Prohibition, dans le comté de Franklin en Virginie, état célèbre pour sa production d’alcool de contrebande, les trois frères Bondurant sont des trafiquants notoires : Jack, le plus jeune, ambitieux et impulsif, veut transformer la petite affaire familiale en trafic d’envergure. Il rêve de beaux costumes, d’armes, et espère impressionner la sublime Bertha… Howard, le cadet, est le bagarreur de la famille. Loyal, son bon sens se dissout régulièrement dans l’alcool qu’il ne sait pas refuser… Forrest, l’aîné, fait figure de chef et reste déterminé à protéger sa famille des nouvelles règles qu’impose un nouveau monde économique. Lorsque Maggie débarque fuyant Chicago, il la prend aussi sous sa protection. Seuls contre une police corrompue, une justice arbitraire et des gangsters rivaux, les trois frères écrivent leur légende : une lutte pour rester sur leur propre chemin, au cours de la première grande ruée vers l’or du crime.

Des-hommes-sans-loi-Shia-Labeouf-Tom-Hardy-Gary-Oldman-Guy-Pearce-Jessica-Chastain-poster-affiche

La prohibition est une période phare des Etats Unis qui commence en 1920 avec le vote du 18eme amendement de la Constitution américaine, amendement qui interdit la production, la vente et le transport de boissons alcoolisées. Cette période prend fin en 1933 avec l’abrogation du 18eme amendement (la seule de l’histoire américaine) en 1933.

Entre les 2 ? une période de crise économique où plus d’un tiers de l’Amérique se retrouve au chômage et où les citoyens cherchent donc à oublier l’enfer de leur quotidien. C’est donc le temps des distilleries clandestines qui sont gérées par des réseaux criminels et s’engagent alors une véritable guerre entre eux et la police : courses poursuites, fusillades, c’est le temps des grands noms du crime comme Al Capone.

Des-hommes-sans-loi-Shia-Labeouf-Tom-Hardy-Gary-Oldman-Guy-Pearce-Jessica-Chastain-5

Bref, une époque bénie pour Hollywood qui tient là une fantastique matière à films.

Et Hollywood ne s’en est pas privé mais en se focalisant globalement sur la face « glamour » de cette période : les gangsters tels des rockstars avec leurs costards et leurs trench coat, les femmes fatales, l’ambiance des villes comme L-A ou Chicago avec leurs clubs, les fusillades, les courses poursuites…..

Donc oui c’est un putain d’univers super cool mais les films avaient tendance à un peu trop tirer sur la même corde.

Des-hommes-sans-loi-Shia-Labeouf-Tom-Hardy-Gary-Oldman-Guy-Pearce-Jessica-Chastain-3

Et, voilà que débarque Des Hommes sans Loi, énième film sur la période. Alors que peut il apporter de plus à un genre déjà bien fourni ?

Et bien, pas mal de choses car le film de John Hillcoat prend des risques pour se démarquer de ses confrères abordant la même période.

En effet, alors que ces derniers se focalisent et se localisent dans les grandes villes comme Chicago et sur les grandes figures du banditisme de l’époque et leurs faits d’armes, Des Hommes sans Loi nous propulse en pleine campagne américaine, dans un comté reculé de Virginie, pour nous faire suivre les traces de trois frères, les Bondurant,  qui vivotent de leur trafic d’alcool fait maison.

Des-hommes-sans-loi-Shia-Labeouf-Tom-Hardy-Gary-Oldman-Guy-Pearce-Jessica-Chastain-6

On est ici bien loin de l’univers des mitrailleuses Thompson, des gangsters en costards et des courses-poursuites.

Mais, c’est de cet univers que rêve Jack Bondurant, le plus jeune des 3 frères, personnage sur lequel le film va se centrer. Et là est l’autre prise de risque du film puisque ce personnage est hautement détestable. Oui, le personnage central, celui qui nous narre son histoire et celle de ses frères est une putain de tête à claque dont chacune des décisions le rend encore plus détestable. Manquant de burnes, se prenant pour plus haut et plus beau que ce qu’il est, il est vraiment difficile de s’y attacher et il fallait oser en faire le personnage principal du film.

Des-hommes-sans-loi-Shia-Labeouf-Tom-Hardy-Gary-Oldman-Guy-Pearce-Jessica-Chastain-1

C’est une décision courageuse mais qui hélas ne fonctionne pas à cause du choix malheureux de son interprète : le navrant Shia LaBeouf dont la pauvreté du jeu contribue certes à rendre ce personnage détestable, mais ne donne pas ce côté humain, faible qui ferait que l’on s’y attache. On est donc très loin de la prestation d’un Casey Affleck dans L’Assassinat de Jesse James par le Lâche Robert Ford dont la richesse du jeu rendait son personnage profondément humain.

Là, on a juste l’impression d’avoir un abruti de base, qui lors qu’enfin il se rend compte de sa connerie (scène d’une dramaturgie lamentable du fait de la pauvreté du jeu de LaBeouf) part en faire une encore plus grosse.

Ainsi la prise de risque de ne pas faire de son personnage principal un héros est louable mais hélas réduite à néant du fait de la pauvreté du jeu de Shia LaBeouf, faisant ainsi que l’on a du mal à rentrer totalement dans le film.

Dommage car le reste du casting c’est du 5 étoiles avec en tête de liste l’impressionnant Tom Hardy dont la présence, animale, vampirise chaque scène où il apparaît. Mais le reste du casting n’est pas en reste même si hélas un peu trop effacé à côté des frères Bondurant :  Guy Pearce est savoureux en méchant de service aussi maniéré que sadique, Gary Oldman se la joue classieux l’histoire des quelques plans où il apparaît, et surtout Dane DeHaan (Chronicles) qui, dans le personnage attachant de Crickett, impose sa fragilité et sa discrétion.

Des-hommes-sans-loi-Shia-Labeouf-Tom-Hardy-Gary-Oldman-Guy-Pearce-Jessica-Chastain-1

A ceci s’ajoute la réalisation exemplaire de John Hillcoat, dont la sobriété, voire l’académisme, ajoutée à une direction artistique impeccable (tant niveau des décors que des costumes) donne une classe indéniable au métrage.

Classe accentuée par le rythme, plutôt lent, donné à la narration qui en faisant l’économie de dialogues donne un côté fascinant, hypnotique au film.

Rythme lent mais jamais chiant car Hillcoat a l’intelligence de ponctuer son film d’accès de violence fulgurants accentuant la fascination, peut être un peu morbide, que l’on a pour les frères Bondurant.

Des Hommes Sans Loi est donc un bon film hélas gâche par la performance (ou plutôt l’absence) de son interprète central faisant que l’on ne rentre hélas jamais totalement dans le film. Une erreur de casting qui se révèle regrettable vue toutes les autres qualités du film.

Film sympa
Film sympa

« Des Hommes sans Loi » de John Hillcoat (2012). Avec : Shia LaBeouf, Tom Hardy, Guy Pearce, Gary Oldman, Jessica Chastain. Distribué par Metropolitan FilmExport. Durée : 01 H 55.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s