Looper de Rian Johnson (2012) par Bruce Kraft (Sortie le 31 Octobre)

Dans le futur tuer est presque impossible à cause des progrès de la police scientifique, cependant la Mafia a mis au point un système infaillible pour faire disparaître tous les témoins gênants. Elle expédie ses victimes dans un passé, en 2044, où des tueurs d’un genre nouveau, les « Loopers », les éliminent. Joe, le plus jeune des « Loopers », se retrouve un jour face à son « lui » du futur…

NE LOOPE PAS TA CIBLE.

Beaucoup de choses pouvaient faire peur quand les premières bandes annonces de Looper sont sorties sur le net : Joseph Gordon Lewitt maquillé à l’ancienne, et par le numérique, pour ressembler à Bruce Willis en plus jeune, des gunfights avec des armes presque burlesques tellement elles sont grandes, le naturel cabotin de Bruce Willis et son charisme envahissant pour un film de SF….

…et la désagréable sensation d’avoir un énième film de SF lorgnant vers une action abrutissante, balançant d’un uppercut l’aspect sérieux d’une SF réaliste, pour n’aboutir qu’à un film ramassant assez de dollars pour ses investisseurs.

Mais ça c’était ce que je pouvais en penser sans connaître Rian Johnson. Et bien je me suis trompé (ça arrive!!) car le réalisateur américain arrive à convaincre le spectateur en 1h50 que sa démarche dégouline de sincérité et prouve qu’il n’est pas homme à tomber dans les filets d’un Hollywood ne produisant plus que du mainstrean.

D’emblée pour prendre à contre-pied son public Johnson n’hésite pas à malmener ses « héros » quitte à montrer leur côté sombres et leur donner une profondeur que ne possèdent pas souvent les « action men » habituels. En fait Johnson ne fait qu’appliquer une règle que suivaient les réalisateurs de « westerns spaghetti »: Bannir le côté lisse et chiant du héros. Cool!!

Le jeune Joe (Joseph Gordon Levitt) et le vieux Joe (Bruce Willis) se retrouvent donc dans un face à face temporel unique où il est parfois bien difficile de dire qui remportera la sympathie du public puisque leur but, bien que diamétralement opposés, trouvent une vraie légitimité où une femme (Emily Blunt) et son enfant (Un Pierce Gagnon déjà impressionnant dans The Crazies) deviennent le point d’orgue de leur confrontation.

En plus de ses personnages, l’univers futuriste de Looper n’est pas à négliger tant il est riche même si il n’est jamais « surdosé » en matière de technologie. Ainsi le spectateur n’est pas noyé dans un milliard d’objets, et de lumières à la con, destinés à en foutre plein la vue au spectateur.

En fait Johnson préfère un futur réaliste et sombre qu’il puise, sans piller, dans le regard désabusé d’un Verhoeven (Robocop pour la violence et la drogue, Total Recall pour les mutations de la population).

Le rapprochement avec le hollandais est d’autant plus évident lorsque l’on évoque la société et la violence car, et ça tranche avec le cinéma Hollywoodien actuel, les scènes de gunfights ne se font pas sans hémoglobine et on a même le droit à des explosions de corps. Johnson nous offre même, sur un plateau d’argent, une des scènes les plus horrifiques de ces dernières années…sans la moindre goutte de sang.

Vous l’aurez compris il est difficile de faire la fine bouche, même avec quelques défauts, devant ce surprenant et jouissif Looper où les genres se mélangent pour se transcender. Sans conteste un des meilleurs films de SF de cette année.

Excellent, encore!!

Looper (U.S.A) de Rian Johnson (2012). Avec Bruce Willis, Joseph Gordon-Levitt, Emily Blunt. Durée: 1h50.

Publicités

12 commentaires

  1. Ah bah ça. Je m’attendais à un enième navet de SF (après être sorti désabusé du Total recall…), et surtout la bande annonce moisie (mais bon celle de DRIVE était naze également!). Sur les excellents conseils de la peloche je vais tenter l’aventure LOOPER. Tootsif t’as pas un créneau?

    J'aime

  2. Mouais la bande annonce me donnait tout sauf envie en laissant penser à un truc bourrin. Mais bon le précédent Drive et sa bande annonce foireuse ainsi que la critique ditirambique me laissaient penser qu’il fallait que je fasse l’effort d’aller le voir.
    CVe que je fis et bon c’est sympa mais pour moi pas aussi excellent que ce que Bruce annonce.

    Le scénar part dans bien trop de direction sans vraiment en choisir une (tiens comme l’autre film que j’ai été voir le même jour : Skyfall, le final avec les pouvoirs psy un peu too much et mal mis en scène, Bruce Willis est définitivement dépassé et cabotine franchement et on lui sert des scènes à l’intérêt discutable (la fusillade, inutile) pour lui faire plaisir, la question du voyage dans le temps est un poil sous exploité (la mafia devrait réagir dans le futur en voyant les changement que provoquent les interventions des 2 Joe, le Joe du futur devrait pouvoir réagir plus vite et mieux sentir ce que le Joe du présent fait), des personnages sont inutiles (le Kid).

    Reste que c’est plein de bonne volonté et de bonnes idées, que j’adore toujours autant Joseph Gordon Levitt, le futur fait pas too much, quelques scènes sont bien senties.

    Sympa en somme mais pas plus

    Moi je lui mets 4/7

    J'aime

    • Comme tout film pop corn il y a forcément des petites incohérences sinon on fait un film hyper sérieux et on se fait chier, en plus Johnson, conscient de ces défauts, utilise certains petits trucs pour que la question des souvenirs de Willis ne lui servent pas: sa mémoire est floue puisqu’en perpétuelle changement (voir la scène dans le bar!!).

      Par contre le final avec des pouvoirs psy, excuses moi, est franchement excellent avec une tension vraiment palpable.

      Le fait de ne pas trop exploiter le voyage dans le temps en lui même ne veut pas dire que le concept est sous exploité loin de là: les enjeux de cet affrontement découlent du voyage dans le temps directement donc pas besoin qu’ils se baladent dans le temps tout le long du film….

      Bruce Willis cabotine ok mais c’est un peu normal dans ce genre de film. De même je trouve justifiée sa fusillade afin de montrer la progression de la détermination du personnage à changer le futur…après les truands il est donc normal qu’il cherche à flinguer des gosses…

      J'aime

  3. Très sincèrement, je ne serais pas allé voir ce film (bande annonce à chier). Mais vu la note attribuée, j’ai cru à un grand film… Hélas la déception est à la hauteur de mes attentes.
    Je ne suis pas d’accord pour ranger ce film dans la catégorie « pop-corn »: il y a plein de bonnes idées (le voyage dans le temps va forcément impliquer de se triturer les méninges), qui malheureusement sont abandonnées au fur et à mesure, on est en droit de se poser quelques questions (par exemple: le futur est-il modifié ou a-t’on plusieurs futurs qui sont créés, en effet le heros se suicide: comment peut-il faire le voyage dans le temps alors qu’il n’existe plus dans ce présent…).
    Bref, on passe en revue le thriller, les questionnements propres au films de SF, le supernaturel (pouvoirs psy), le petit melo-romantique, gros gun-fight …
    Pour moi il y a 2 parties distinctes dans ce film: 1ère partie SF/anticipation centrée sur le perso principal avec intrigue à dérouler sur le concept de « boucle », vraiment excellent (hélas concept abandonné).
    Puis 2e partie mélo/pouvoir psy/gunfight, et là je dois dire: au secours (trop bordélique).
    Bref: bon film, mais pas 6 péloches (j’en attendais peut-être trop?).

    J'aime

    • Comme on dit: » les goûts et les goûts et les goûts et l’égout, ça ne se discute pas!! ». Lol! Je ris mais bon j’ai, pour ma part, très beaucoup aimé car pour une fois qu’Hollywood est un peu plus burné que d’habitude ça fait du bien. J’ai eu l’impression de retrouver ces vieilles années 90 où on se permettait de mélanger les genres sans que personne s’offusque. Ce Looper c’est un couteau suisse: il y a pleins de choses dedans mais pas forcément au bon endroit et assez développé mais c’est quand même génial d’en avoir un dans la poche!!

      J'aime

  4. Tu oses le comparer à Robocop !!! 🙂
    Je me suis fait chier devant ce film. Sous-X-men (c’est pour dire), sous-Terminator (la fusillade avec Willis ahah), seule l’idée de base est à sauver. Et puis l’esbroufe dont fait preuve Rian Johnson (qui rappelle les mauvais Nolan: Inception et surtout Memento) ne cache pas la vacuité de l’ensemble. Je suis vraiment déçu.

    J'aime

    • qui a dit que je le comparais à Robocop? J’ai dis qu’il y avait des références dans certaines thématiques!! Nuance!! C’est du cinéma type 90’s donc j’arrive à comprendre que tu n’aimes pas.

      Il faut toujours prendre du recul avec les références et ne pas chercher à comparer Johnson avec Nolan: un fait du mainstream (Nolan) l’autre, du genre (Johnson).

      J'aime

      • Pourtant, je trouve l’analogie assez intéressante. Tous les deux mettent en scène des petits mondes roublards et un peu trop explicatifs qui tournent souvent à vide.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s