Domino de Tony Scott (2005) par Tootsif

Jeune mannequin célèbre issu d’une famille en vue, Domino Harvey décide de tout quitter pour devenir chasseuse de primes. Fuyant les défilés et les mondanités, elle se jette dans l’univers de la traque et du danger…

Domino-Tony-Scott-Keira-Knightley-Mickey-Rourke-film-movie-poster-affiche

QUAND C’EST TROP C’EST DOMINO.

Si Tony Scott est loin d’avoir l’aura de son frère aîné dont une suis un fan absolu frôlant le fanboyisme (bon pas quand il réalise Une Grande Année, là je peux rien faire pour le soutenir), il n’en reste pas moins qu’il est un honnête faiseur dont les films d’action remplissaient correctement leur office de divertissement, même si les « tares » de réalisation de Tony Scott (absence totale de propos, impression de faire de belles images pour faire de belles images) pouvaient être gonflantes.

Domino-Tony-Scott-Keira-Knightley-Mickey-Rourke-film-movie-6

Et bien, avec Domino, Tony Scott nous fait un melting pot de toutes ses tares cinématographiques pour nous pondre un film où le mal de tête, et l’ennui, vous prennent à la vitesse de la lumière. Bref un film à faire bander dur ses détracteurs.

Faut dire que Tony Scott fait fort en alignant toutes les techniques possibles et imaginables de réalisation montrant qu’il sait bien se servir d’une caméra. Le soucis c’est que, si le chocolat, le foie gras, les frites, les yakitoris c’est super bon pris individuellement , quand on mélange le tout c’est juste dégueulasse.

Domino-Tony-Scott-Keira-Knightley-Mickey-Rourke-film-movie-4

Et bien, pour Domino c’est exactement pareil ! Le film aligne, enchaîne, mélange, filtres graphiques, colorimétrie saturée, shaky cam, cuts sur cuts, voix off, flashbacks, rembobinage, bad trip, jusqu’à provoquer la saturation et le dégoût chez le spectateur.

Et tous les aspects du film sont à cette image : la bande son ? Ouais y a des putains de morceaux mais ça part dans tous les sens entre hard rock (Eagles of Death Metal) et rap (Xzibit) en passant par les ballades (Tom Waits).

Tout comme les situations proposées où on passe sans crier gare d’une scène de lap dance à des fusillades en passant par un max de blabla inutile.

Domino-Tony-Scott-Keira-Knightley-Mickey-Rourke-film-movie-2

Domino est donc un putain de bordel qui se voudrait jouissif et irrévérencieux mais qui au final est tout sauf ça car malgré sa mise en scène pseudo nerveuse, et les efforts de Keira Knightley pour montrer qu’elle peut être badasse il ne se passe strictement rien dans ce film.

Ben ouais, c’est pas parce que t’agites ta caméra dans tous les sens, que t’enquilles scènes pseudo gore et faussement sexuelles que ton film est fun bordel !!

Domino-Tony-Scott-Keira-Knightley-Mickey-Rourke-film-movie-1

Car dans ce film il ne se passe rien, ça blablate pour que dalle, l’histoire pédale dans la choucroute à coup de machin qu’essaie d’embobiner truc mais en fait se fait embobiner par bidule qui est lui même embobiner par truc et donc au final tout le monde se fait embobiner sauf le spectateur qui se tire une balle devant un scénar aussi nase.

Pourtant, là aussi au niveau de l’histoire Tony Scott enquille les thèmes abordés comme si la aussi le trop plein allait combler le vide de son film : critique de la télé-réalité, de la starisation à outrance de n’importe qui, du vide qu’il peut exister même dans les familles les plus riches et tout plein d’autres conneries.

Domino-Tony-Scott-Keira-Knightley-Mickey-Rourke-film-movie-5

Il se passe donc plein de truc pendant les 2 heures que dure Domino mais ce trop plein provoque chez le spectateur la saturation surtout qu’il sert à cacher un vide intersidéral.

Bon certains trouveront le tout jouissif et délicieusement subversif et se masturberont (tant intellectuellement que physiquement) devant la « performance » (là aussi dans tous les sens du terme) de Keira Knightley et les grimaces du reste du casting.

Domino-Tony-Scott-Keira-Knightley-Mickey-Rourke-film-movie-6

Ben ceux là on du se faire bercer trop prêt des murs petits.

Quelle bouse!!!
Quelle bouse!!!

« Domino » de Tony Scott (2005). Avec : Keira Knightley, Mickey Rourke, Christopher Walken, Lucy Liu. Distribué par Metropolitan FilmExport. Durée : 02 H 07.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s