Dragon Ball, le film : la légende des sept boules de cristal de Joe Chan et Leung Chun (1991) par Tootsif

Son Goku vit des jours paisibles auprès de son grand-père, apprenant l’art du combat et protégeant l’une des Dragon Balls, ces boules mystérieuses capables d’invoquer le dragon sacré qui exaucera un souhait à celui qui le réveillera. Un jour, le machiavélique Roi Cornu dérobe la boule mystique et part à la recherche des six autres afin d’asservir le monde. Partant à l’aventure pour retrouver les Dragon Balls et sauver son grand-père, Son Goku rencontre Sitoe, le Maître des Tortues, Westwood, Jade et Piggy qui l’aideront au cours de son voyage.

Dragon-ball-le-film-la-légende-des-boules-de-cristal-film-movie-poster-affiche

MADE IN TAIWAN

Dragon Ball
La quête finale
Des sept boules de cristal
Venues des étoiles
Dragon Ball
Pour un idéal
Combat glacial
Du Bien contre le Mal
Dragon Ball
La lutte infernale
D’une petite fille
D’un enfant-animal
Dragon Ball
Contre l’immoral
Méchant Orak
A la force bestiale

Dragon-ball-le-film-la-légende-des-boules-de-cristal-film-movie-1

Qui à la fin des années 80/début des années 90 ne s’est pas précipité vers le poste télé dès que retentissaient les premières notes de ce générique ?Hein ? Qui ?

Dragon Ball est pour ceux de ma génération une institution, l’objet d’un culte énorme qui faisait que chaque produit dérivé devait finir chez nous sous peine de provoquer des crises de larmes qui foutaient la honte aux parents dans les supermarchés en les faisant passer pour des bourreaux d’enfants.

Et, il faut dire qu’en produits dérivés il y avait de quoi faire : entre le manga, les cassettes vidéos, les jeux vidéos, les figurines, les cartes à collectionner et les films. Les films ? Mais y a pas de films?C’est quoi ce bordel !!!!!

Dragon-ball-le-film-la-légende-des-boules-de-cristal-film-movie-3

Bon ok on a eu des longs métrages d’animations certes sympas parce qu’ils envoyaient des bons gros fights comme ceux de Broly et Cooler mais merde quoi r voir des vrais gens faire des kaméhaméhas sur grand écran ça serait trop cool !!!!

Ben ouais quoi quand on les faisait dans la cours de récré c’était supra cool alors avec des vrais acteurs, des costumes trop classes et des effets spéciaux qui débourrent ça serait supra génial !

Alors bordel ils faisaient quoi les studios américains pour me foutre ma dose de Dragon Ball en live ? Rien ! Que dalle !

Heureusement Taiwan était là ! La légende de Son Goku allait enfin prendre vie sur grand écran !

Dragon-ball-le-film-la-légende-des-boules-de-cristal-film-movie-7

Enfin, sur petit, puisque bon vu l’origine du produit et la place du manga en France à cette époque il fallait pas rêver à une sortie sur grand écran. Et tant mieux car ainsi ce film Dragon Ball est devenu une légende qui circulait qu’entre initiés.

Car, attention on fait ici dans le culte ! Le tellement mauvais que cela en est putainement bon !

Entre les costumes dignes de déguisements achetés chez Gifi, les effets spéciaux cheap (surtout dans sa version refaite avec sa 3D immonde et la tronche de tortue du maître des tortues aka Tortue Géniale ), les combats ridicules dignes de Bioman et le doublage français moisi ce film c’est de la bonne humeur en barre !

Mais, plus que de la moquerie il y a pour Dragon Ball, le film : la légende des 7 boules de cristal une véritable sympathie car, derrière ses airs kitsch, il y a une véritable fidélité au matériel original.

Dragon-ball-le-film-la-légende-des-boules-de-cristal-film-movie-5

Alors, certes certains noms changent, les méchants ne ressemblent à aucun de connu et à rien mais le reste, l’esprit est là. On retrouve cette esprit aventureux du début de Dragon Ball avec la quête des boules de cristal et surtout l’essence des personnages et l’humour crétin.

L’enfant singe (Son Goku) est ce garçon aventureux d’une grande naïveté, Sitoe (Bulma) cette ado démerde et sexy, le maître des tortues est un putain d’obsédé (au déhanché exceptionnel), Piggy (Oolong) est un trouillard et Westwood (Yamcha) est timide avec les filles …..

Et à ceci il faut rajouter que l’on retrouve tous les passages cultes du début du manga : la rencontre entre San Goku et Bulma (quand elle lui tire dessus), celles avec Oolong, Yamcha et Tortue géniale, le don du nuage magique par Tortue Géniale….

Dragon-ball-le-film-la-légende-des-boules-de-cristal-film-movie

Bref tout l’esprit Dragon Ball est là contrairement à l’horreur sans nom Dragon Ball Evolution !

Enorme kitscherie Dragon Ball, le film : la légende des 7 boules de cristal emporte l’adhésion par le respect de son matériau original et de l’humour si particulier d’Akira Toriyama et c’est avec bonne humeur qu’on suit les aventures taiwanaises de Son Goku.

plaisir-coupable

« Dragon Ball, le film : la légende des 7 boules de cristal » de Joe Chan et Leung Chun (1991). Avec : Charlie Chen Zi-Qiang, Jeannie Tse, san Pan. Distribué par Metropolitan FilmExport. Durée : 01 H 27.

Publicités

6 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s