Kidnapping de Gabe Torres (2012) par Bruce Kraft

Un agent des services secrets est prisonnier du coffre d’une voiture. On menace de le torturer… à moins qu’il ne dévoile à un groupe de terroristes des informations concernant le Président des États-Unis et l’endroit où il se cache en cas d’attaque terroriste. Mais il s’est juré de ne jamais rien dire.

Quoi? Un mec enfermé et trimbalé dans un coffre de bagnole pendant 1h30 de film? Mais ça va être chiant!? En gros, c’est ce que vous pourriez vous dire. Ouai mais ici c’est pas n’importe qui de coincé dans le film, c’est l’acteur Stephen Dorff….Qui? Stephen Dorff, l’acteur le plus mésestimé d’Hollywood pardi!! Enfin, ça c’est ce que dit sa famille….

Après une tentative de comeback fracassante par le film loupé de la fille Coppola (Somewhere) et un rôle accessoire dans la daube de Tarsem Singh (Immortels) le voilà enfin héros d’un film qu’il a, en plus, co-produit.

Dorff y incarne une version/copie de Jack Bauer (24 heures chrono), dans l’attitude et dans le look, qui se serait retrouvé pris au piège comme un rat. Cela veut dire que le mec il a beau être enfermé dans un coffre, croyez moi, il ne va pas rester là les bras croisés et les pieds tendus sans chaussure (oui c’est un élément qui m’a marqué!!).

On pouvait reprocher à Buried (à qui le concept de l’ultra enfermement a été violemment repris!!) de s’essouffler au fil du temps. Ici, ce n’est pas le cas car il y a un suspense certain et un cadre relativement intriguant plus interactif qu’un simple cercueil (cage de plexiglas, chrono rouge, tube). Il se passe tout le temps quelque chose que ce soit à l’extérieur ou à l’intérieur du coffre.

Un scénar’ bien ficelé et voué à tenir le spectateur grâce à de l’action et du questionnement: qui sont les ravisseurs? Où l’emmènent-ils? L’homme avec qui il parle en permanence à la radio est-il un ennemi ou un ami? Comment l’ami Dorff va s’en sortir? Va t-il s’en sortir? Comment arrive t-il à rester aussi longtemps sans avoir envie de pisser?

Cependant Dorff a beau tout donner dans ce huis clos, le film n’excite cependant pas le spectateur au point qu’il en ressorte véritablement troublé et physiquement marqué. La raison? Gabe Torres a oublié un élément fondamental pour ce type de film: faire ressentir au spectateur le sentiment d’enfermement et de claustrophobie!! Mince!! Et ben ouai…ça c’est grave quand même.

De même le climax final a beau être assez inattendu il n’en reste pas moins très tiré par les cheveux (comme d’autres éléments dans le film) et fait dire au cinéphile que je suis qu’effectivement Kidnapping est un film très moyen.

PS: Les doublages français sont daubesques!!

Kidnapping (U.S.A) de Gabe Torres (2012). Avec Stephen Dorff, Tom Berranger. Durée:1h32.

Publicités

4 commentaires

    • Pour le twist j’avoue en avoir capté une bonne partie avant la fin mais finalement pas la totalité. Après c’est toujours pareil avec ce genre de film: de bonnes intentions mais ça s’arrête là. L’important reste que je n’ai pas eu l’impression qu’on se moque de moi…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s