Jack Reacher (2012) de Christopher McQuarrie par Flow

Un homme armé fait retentir six coups de feu. Cinq personnes sont tuées. Toutes les preuves accusent l’homme qui a été arrêté. Lors de son interrogatoire, le suspect ne prononce qu’une phrase : « Trouvez Jack Reacher. » Commence alors une haletante course pour découvrir la vérité, qui va conduire Jack Reacher à affronter un ennemi inattendu mais redoutable, qui garde un lourd secret.

Jack-Reacher-affiche

Drive-like.

La bande-annonce de ce film d’action mettant en scène le mégalo Tom Cruise donnait envie de voir le résultat, bien qu’il faille réfléchir à deux fois avant de se lancer dans un show de deux heures en compagnie de super-Tom. Si la star appuie trop sa présence à l’écran, la mise en scène de McQuarrie et le scénario alambiqué de ce film noir permettent aisément de passer outre ce défaut de personnalité.

La première force de Jack Reacher est son scénario. Le film prend le temps de développer une intrigue complexe aux multiples tenants et aboutissants. Telle une toile qui emprisonne petit à petit le spectateur, l’histoire avance indubitablement vers un point que l’on devine aisément mais auquel on se laisse emmener avec plaisir. Les informations sont délivrées au compte-goutte, pour nous laisser le temps de les digérer et de les assembler afin de compléter le puzzle. Tout s’emboîte petit à petit et conduit inexorablement à l’affrontement final.

JACK REACHER

Si le scénario est réussi, il n’évite pourtant pas quelques creux, des moments où la tension retombe tellement qu’on commence à s’ennuyer. Cette faille va de pair avec cette façon lente de raconter l’histoire et heureusement le film ne tombe pas trop dans ce travers. Il flirte avec de temps en temps mais n’y tombe jamais entièrement.

Un bon scénario ne fait pas tout, il faut qu’il soit raconté avec style, avec grâce. Et là encore, le film y parvient haut la main. Christopher McQuarrie s’en sort avec les honneurs. Dès la scène d’introduction, qui adopte le point de vue d’une lunette de fusil sniper, on est happé par ce style maniéré, lent et poseur. Trois adjectifs à la double signification car ils peuvent être perçus comme péjoratifs (ce que ne manqueront pas de signaler les réfractaires à une telle mise en scène). Avec ce rythme âpre mais lent, McQuarrie tente de s’inscrire dans le sillon d’un Drive pour lequel Nicolas Winding Refn adoptait un style similaire (il suffit d’analyser la course poursuite de Jack Reacher, lente mais tendue pour s’en convaincre).

jack-reacher-tom-cruise-robert-duvall

Si Jack Reacher est une réussite, le film est tout de même parcouru de défauts gênants. Tout d’abord, n’est pas Drive qui veut. Si McQuarrie tente de copier la mise en scène de Refn, il n’arrive pas à la cheville de ce dernier. A plusieurs reprises, ce style lent (où les regards et les silences remplacent les paroles) fait tache ici. Le film n’adopte qu’en partie cette façon de faire rendant ces scènes saugrenues et quelque peu hors de propos (la course-poursuite encore).

De plus, Tom Cruise, si son jeu est de qualité appuie trop son côté superstar (les filles s’écartent pour le laisser passer ?!) avec ses muscles saillants et ses phrases de la mort qui tue. Il manque cruellement de charisme et du coup ça sonne faux.

JACK REACHER

Enfin, dans sa volonté de réactiver le film de vigilante (film où le personnage se fait justice soit-même) et l’actionner des années 80 (film où le combat à mains nues est le combat roi-façon Chuck Norris), il apparaît quelque peu dépassé et réactionnaire. Se faire justice soi-même n’est plus vraiment à la mode.

Malgré quelques défauts mineurs, Jack Reacher est un bon divertissement. Un film d’action âpre doublé d’une enquête policière à tiroir passionnante. Je ne peux que vous le conseiller.

Un bon film

Publicités

13 commentaires

  1. Film étonamment apre et brutal, long métrage dont on ne pensait plus Tom Pouce capable de faire, et bien on avait tort! Du prologe dur à la baston finale en passant par l’humour cynique bien distillé on est loin du formatage à la MI4 et c’est tant mieux!

    J'aime

  2. Beaucoup de spectateurs lambda au ciné ne s’attendaient pas à la violence sèche du film (voir la sequence de la brique dans la gueulle en apparence « goofy » les gens riaient…au début) la séquence bagnole est inspirée par « Drive » et est moins réussie forcément, l’atmosphére anxiogéne pas obligatoirement, des films secs comme un coup de trique ils en existaient avant la bobine de refn (cf les films de Billy Friedkin).

    J'aime

  3. Mouais pas aussi enthousiaste que toi.
    C’est sympa mais pas transcendant et pour moi la comparaison avec Drive ne tient pas malgré la « violence » et la course de bagnole.
    D’abord la violence est pour moi soft : pas de sang, beaucoup de trucs faits hors champ on est loin de la violence sèche de Refn.
    La course poursuite est quand à elle assez molle avec des cadrages qui manquent de patate.

    A ceci s’ajoute le fait que l’on ressent trop que c’est une adaptation de bouquin avec un rythme global assez mou et des dialogues qui font parfois trop écrits (avec une VF de merde merci la blague sandy kilos).

    C’est agréable mais pas transcendant. Pour moi ça vaut 4/7

    J'aime

  4. Clairement pas le film de l’année, mais un bon divertissement.

    Pour ma part je ne comprends pas toutes ces références à « Drive », finalement si on regarde sincèrement le film, à part les 2 jolis muscle cars (dont la chevelle je crois, mmmhhh!), ben ça n’a rien à voir avec drive.
    Drive n’est pas un « thriller-policier », Drive n’est pas un film avec beaucoup de dialogues, et surtout il n’y a pas une once de tentative de justification des actions du héros dans Drive (alors que jack reacher: la morale « je fais la justice moi-même » de tom cruise est à ****).
    Reste pour moi 2 points positifs:
    1/la course-poursuite qui m’a emballé, pas par le côté technique, mais par la sensation d’être assis sur le V8 de la chevelle! bref beaucoup d’émotions: j’ai été transporté.
    2/L’apparition de Robert Duvall! J’ai un coup de coeur pour cet acteur.

    Pour résumer: idem Tootsif: 4/7

    J'aime

    • Vous n’avez pas compris ce que je voulais dire. Jack Reacher et Drive sont différents je ne remets pas en cause ce constat. Mais je ne suis pas certain que le premier serait sorti (ou du moins filmé de cette manière et avec cette ambiance) si le second n’avait pas eu ce succès.

      J'aime

  5. 4/7 C’est une trés bonne note pour un film avec Cruise, c’est pas le film de l’année mais on ne s’ennuie jamais et pour un produit estampillé blockbuster commencer par un prologue assez rentre dedans c’est très agréable et inattendu.Les comparaisons avec « Drive » s’arrétent pour moi avec la séquence de caisse (Mc Quarrie a vu le film de refn, impossible de le nier en voyant les images)mais ce sont deux films différents qui se rejoignent partiellement par leur violence séche.Jack Reacher dispose d’un scénar plutot solide pour un film de studio ça aussi c’est pas mal.

    J'aime

  6. On dirait que le personnage de Tom Cruise est issu de la série NCIS (une sorte de Gibbs)!! L’ensemble est assez agréable à regarder et on passe un bon moment. Le gros reproche à faire c’est l’ajout d’un sidekick vraiment inutile et une fin un peu…passable quand même. 4/7

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s