La carte blanche de Stéphane Bourgoin

La diffusion du documentaire sur Donald Harvey a été suivi d’un débat, voici en résumé l’échange qui s’est effectué entre un Stéphane Bourgoin très à l’aise dans ce type d’exercice et le public. Pour une fois j’ai préféré me taire….

Donald Harvey et Stéphane Bourgoin

*Présentation du documentaire sur Donald Harvey, tueur en série ayant sévit dans l’Ohio entre les années 1970 et 1987 par Stéphane Bourgoin

C’est un infirmier ayant sévit dans les années 1970 à 1987 et dont le mode opératoire allait de l’étouffement (comme pour sa première victime) au poison (Strychnine, morphine, mort au rat et surtout cyanure).

Il a été condamné à 3 fois 20 ans de prison (les peines sont cumulatives dans le système anglo-saxon) pour le meurtre de 33 personnes, ce qui en fait le tueur en série le plus prolixe (en meurtres officiellement reconnus lors d’un procés judiciaires) des Etats Unis. (Il en reconnaitra pendant son incarcération 37 de plus).

Projection du doc « dans la tête d’un tueur » sur Donald Harvey. (lien)

Suite à la projection un débat a été prévu, et Stéphane Bourgoin s’est prêté de bonne grâce à l’exercice.

*Une question tournant autours de sa satisfaction personnelle a été posé, s’il satisfaisait des besoins morbides.

Je n’ai pas réagi lors du débat, mais la question serait plutôt de savoir pourquoi le public veut voir ce genre de chose…..Je ne vais pas me justifier ici (ça serait trop long et je ne fait pas de psychanalyse….), mais pour faire court  : je cherche à comprendre la mécanique des bourreaux (sérial killer ou non).

-Stéphane Bourgoin revient largement sur la genèse et le drame qui l’a touché et explique donc qu’il n’assouvit en rien ses fantasmes (il a de toutes façons assisté à plusieurs autopsies et reconstitutions, rien de « mieux » pour mettre fin à quelconques pulsions) mais plutôt un exorcisme.

Il explique la préparation effectuée pour Donald Harvey, d’une durée de 4 mois (délais pour les autorisations etc…). Il étudie toutes les données transmises (faits, témoignages….) par la justice et aussi par l’avocat. Le but est de préparer l’entretient filmé le plus précisément possible pour ne pas laisser la possibilité au condamné de prendre le dessus psychologiquement.

Maître Whalen, avocat de Donald Harvey

Au cours de l’entretient il utilise des fiches surtout en temps que pense-bête et parfois s’aérer mentalement, car il doit s’ouvrir totalement, laisser tomber toutes ses défenses au cours de l’entretient (raison pour la quelle il faut qu’il soit en forme physiquement et mentalement).

La difficulté factuelle, spécifique pour les  entretiens filmés avec les tueurs en série (comme avec tout type de détenus apparemment), c’est une durée assez courte permise par l’administration pénitentiaire (3 à 4h en moyenne) et donc Stéphane Bourgoin doit commencer son entretient assez frontalement  sur la question des meurtres commis (mais en allant dans le « sens » de Donald Harvey pour ne pas le braquer).

*La question de la dangerosité du tueur a été posé, les victimes étant principalement choisies dans les hôpitaux (donc si on est pas dans un hôpital….) et du choix des victimes.

-Il ne choisit absolument pas ses victimes en fonction de leur état vital. Cela peut être pour un simple bras cassé, une appendicite etc… Ce sont plutôt des personnes l’ayant énervé ou mal parlé. Il prend souvent ses décisions lors de cérémonie occulte ainsi qu’avec « l’aide » d’un amis imaginaire (un enfant?).

Oui il faut mettre les pieds dans un hôpital, un peu comme tout le monde en fait….

Certain de ses amants ont aussi été assassiné.

Donald Harvey

*La peine de mort a été évoqué lors du débat.

M. Stéphane Bourgoin est contre, pensant (comme moi, et donc à juste titre) que la société n’a pas à s’abaisser au même niveau que les tueurs (en série ou non). Il est par contre pour le système de peine cumulative car cela a un impact sur le travail de deuil pour les familles des victimes, et il rappelle aussi que la perpétuité réelle en France existe et qu’à ce jours il y a eu 8 condamnations à cette peine …..

*Evidement le cas de Mohamed Merah (survenu la même semaine que cette projection) a été abordé.

Il est revenu sur son parcours chaotique au sein de divers organisme militaire, le seul l’ayant accepté étant un mouvement paramilitaire djihadiste. Une figure paternelle absente, de la petite délinquance de plus en plus violente, et une pseudo-foi qui lui amènera l’opportunité du crime. Il rappelle à plusieurs reprises que la caméra installée (sur le casque puis sur le torse) l’était pour son propre plaisir (ceux qui ont vu Henry, portrait d’un sérial killer comprendront) couplé à un besoin de reconnaissance. Profil bien plus proche d’un tueur en série (ce qui devient assez criant après la lecture des  livres de Stéphane Bourgoin) que d’un terroriste….

Les évenements étant très récent,  et manquant d’informations complémentaires, M. Bourgoin restera à ce profil succinct…

*Il revient aussi en clôture sur Donald Harvey, qui reconnaitra 17 meurtres de plus en fin d’entretien, et donnera très précisément la liste des noms, les dates et les lieux (jusqu’à l’emplacement des lits) qui sera remise aux autorités.

Stéphane-Bourgoin-Loic-BugnonStéphane Bourgoin en dédicace et Loic Bugnon

A la mi-mars 2012 l’état de l’Ohio a décidé de ne pas poursuivre Donald Harvey pour les 17 meurtres supplémentaires, pour un faisceau de raisons :

-ce dernier ne peut pas être mis en liberté conditionnelle avant ses 99 ans.

-une partie des corps ayant été incinéré il est impossible de récolter des preuves suffisantes par autopsie pour confirmer ou infirmer ces aveux.

-tout cela se ferait à grand coût les démarches judiciaires étant très couteuses, et à savoir aussi qu’une exécution coute bien plus cher que la prison même à perpétuité.

-L’état a considéré (sans doute à juste titre) que Donald Harvey ne sortirait pas vivant de prison

A savoir la justice considère comme crédible (et définitif) le bilan de 87 victimes.

A la suite de ce débat (bizarre à dire mais assez bon enfant…) et après une pause bienvenue s’ensuivit la projection du très bon Memories of Murder.

Grâce à Loïc voici une interview de Stéphane Bourgoin, dont les connaissances en cinéma sont au moins aussi pointues qu’en sérial killer…

Dans la tête du tueur en série, un entretien… par nosnow

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s