Braveheart de Mel Gibson (1995) par Tootsif

Évocation de la vie tumultueuse de William Wallace, héros et symbole de l’indépendance écossaise, qui à la fin du XIIIe siècle affronta les troupes du roi d’Angleterre Edward I qui venaient d’envahir son pays.

Braveheart-Mel-Gibson-Sophie-Marceau-Brendan-Gleeson-poster-affiche

Je suis tombé par terre, c’est la faute à …

Avant de plaquer femme et enfants pour engrosser le premier mannequin russe venu, avant de replonger dans la boutanche et de tenir des propos antisémites, le sympathique (si si moi je trouve les frasques d’un soi-disant ultra conservateur franchement sympathiques) Mel Gibson était un putain d’acteur qui se doubla d’un putain de réalisateur !

Braveheart-Mel-Gibson-Sophie-Marceau-Brendan-Gleeson-1

Si ce dernier talent ne se vit pas lors de son premier film qui cumula toutes les tares d’un premier film  d’un gars qui veut être accepté dans la famille des réals (trop sérieux, intimiste avec bons sentiments et cie), le père Gibson ne se démonta pas et passa la sur-multipliée en abordant son second film.

Et oui parce qu’entre L’Homme sans-visage et Braveheart, Mel Gibson nous fait un grand écart facial et ce pour notre plus grand plaisir. Ben ouais passer du petit film intimiste à la grande fresque épique,d’un mauvais film à une bombe, c’est pas donné à tout le monde.

Car oui, avec Braveheart, Mel Gibson ne fait pas les choses à moitié avec un genre éminemment casse-gueule.

Braveheart-Mel-Gibson-Sophie-Marceau-Brendan-Gleeson-4

Oui la fresque épique ça peut être géniale mais, hélas, c’est souvent pas le cas car tournant rapidement à la démonstration de scènes avec des milliers de figurants costumés, des répliques bien sentencieuses déclamées par des acteurs raides comme des piquets, une histoire pompeuse s’étalant sur plus de 2 heures, bref, fréquemment ça tourne au calvaire.

Et Mel Gibson qui nous sort d’un film avec 2/3 acteurs, des costumes de tous les jours et une histoire larmoyante pleine de bons sentiments voilà qu’il évite 90 % des écueils inhérents à ce genre de films !

Car, oui, il faut aussi être franc Braveheart n’est pas exempt de tout reproche mais comme on dit ces dernières ne sont que chiures de mouches sur le plafond de la chapelle Sixtine.

Braveheart-Mel-Gibson-Sophie-Marceau-Brendan-Gleeson-7

Mais, bon, c’est pas pour ça que je vais les occulter pour autant car si je veux continuer à mériter mon rang de chroniqueur le plus méchant du palmarès inter-blog instigué par l’ami Vance, il faut que je sois fidèle à ma réputation de chieur et pinailleur.

Et, ici il y a hélas de quoi pinailler avec un début qui prend franchement son temps et dont le côté plein de bons sentiments (une histoire d’amour qui finit mal et qui plonge notre héros qui avait renoncé à la violence dans une rébellion pour la liberté de son peuple) est un peu too much.

Too much aussi certains ralentis lors de certaines morts et moments épiques qui ont eu sur moi l’effet contraire à celui recherché.

Braveheart-Mel-Gibson-Sophie-Marceau-Brendan-Gleeson-2

A ceci il convient d’ajouter quelques défauts classiques pour ce genre de films comme des persos féminins toujours en retrait à la limite de la potiche (le seul film de ce genre où un perso féminin rivalise avec les autres rôles est la version longue de Kingdom of Heaven), un fond par trop bien pensant et cliché (la force vient du peuple et non des gouvernants, et ouais les nobles c’est toujours des salopards de lâches).

Oui, dit comme ça, cela semble faire beaucoup de défauts et totalement rédhibitoire mais Gibson a  les arguments pour remporter la mise et l’adhésion des spectateurs.

Braveheart-Mel-Gibson-Sophie-Marceau-Brendan-Gleeson-6

D’abord avec un cadre magnifique qui nous en fout pleins les yeux. Oui, les collines verdoyantes et les lochs d’Écosse c’est juste foutrement beau.

Et comme en plus la caméra de  sieur Mel Gibson remplit parfaitement son rôle pour mettre un souffle épique et de liberté c’est avec plaisir que l’on suit la révolution écossaise menée par William Wallace contre l’envahisseur anglais.

Et, qui dit révolte contre l’oppresseur dit bataille et là, c’est la claque monstrueuse ! Car outre le souffle épique et la maestria visuelle de ses affrontements gigantesques opposants des milliers de figurants (bon, c’est pas le Seigneur des Anneaux non plus mais ce dernier trichait en les démultipliant numériquement, et puis là Braveheart fait mieux sur un point) Gibson se la joue couillu en bousculant les codes d’un genre qui se veut généralement grand public.

Braveheart-Mel-Gibson-Sophie-Marceau-Brendan-Gleeson-8

Surtout en nous proposant des affrontements d’une violence rare (chose que, hélas, n’a pas osé faire P.J avec Le Seigneur des Anneaux qui, s’il propose des batailles épiques, manque de ce côté violent qui les rendrait monstrueux) que l’on retrouve que dans des films comme le Treizième Guerrier ou Gladiator.

Les combats ont donc une vraie puissance visuelle qui vous décroche la mâchoire faisant de chaque moment pré bataille des sommets de tension. Et comme ces derniers ne manquent pas d’un minimum de stratégie ils constituent la pièce de choix qui emporte définitivement l’adhésion du spectateur.

Braveheart-Mel-Gibson-Sophie-Marceau-Brendan-Gleeson-9

Et comme pour le reste (costumes, musique, interprétation) Braveheart fait un sans faute il devient définitivement un incontournable des grandes fresques épiques.

Excellent!!!
Excellent!!!

« Braveheart » de Mel Gibson (1995). Avec : Mel Gibson, Sophie Marceau, Brendan Gleeson, Patrick McGoohan. Distribué par UFD. Durée : 02 H 45.

Publicités

3 commentaires

    • Si j’aime ce film je le classerais hélas pas dans mon top 10 all time et ce d’autant plus que de Mel Gibson je préfère Apocalypto.
      Reste que c’est un grand film qui en plus ne fait pas de concessions sur la violence contrairement à nombre de fresques épiques

      J'aime

  1. Vu au cinéma à l’époque. J’ai aimé aussi. A voir absolument une fois dans sa vie. Quoi que… :p

    ps: tootsif, tu es chiant car tu es une fille. Ah et en parlant de filles, j’aime bien les potiches parfois…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s