Le tombeau des lucioles d’Isao Takahata (1988) par Marc Shift

A partir du printemps en 1945 le Japon subit les bombardements répétés des super-forteresses américaines. Seita (12-14ans) et sa petite soeur Setsuko (4 ans) après la mort de leur mère sont rapidement livré à eux même….

 

 Le-tombeau-des-luciolles-poster-affiche-Isao-Takahata

Le monde des grands est bien trop petit….

Faire un film qui montre sa conclusion en ouverture est toujours un pari risqué. Car le tombeau des lucioles montre dès le départ où il veut nous embarquer en nous montrant un ado aux portes de la mort, en train de crever comme une merde dans le hall d’une gare sans que les nombreux passants n’y prêtent une quelconque attention. Et puis on s’aperçoit qu’il n’est pas le seul dans son cas. On revient sur l’ado du début qui finit pas rejoindre une petite fille qui est contente de le revoir.

Le-tombeau-des-luciolles-Isao-Takahata2

On sait très bien où ils vont. Le film va nous montrer d’où ils viennent. Et là, comme avec tous les films qui nous montrent leur fin on attend de pied ferme le petit quelque-chose, la petite étincelle qui valide le choix de tuer dans l’œuf tout effet de surprise. Parce que généralement moi j’attends très longtemps, tellement longtemps que depuis belle lurette le film est rangé et prend la poussière. Et devant le postulat du film je peux vous dire que j’attendais le film d’un pied assez ferme. Comme en plus à la base j’étais d’une humeur assez maussade je me suis dit « ah ouais ok, à part me faire chier je vois pas ce que ça va me faire ».

Le-tombeau-des-luciolles-Isao-Takahata1

Oui parce que je suis d’un naturel plutôt (très? trop?) bourrin, vous vous en êtes déjà aperçu, à généralement faire le gros dur, à passer pour un gros barbare (et c’est dingue le nombre de personnes qui sans me connaître me surnomme comme ça….) bref à jouer volontiers avec mon caractère bourru.

Et bien je me suis bien fait avoir….

Le-tombeau-des-luciolles-Isao-Takahata8

Ce film, tout en étant très ancré dans son contexte japonais de par les événements et le contexte (et même le carcan) socio-culturel, fait preuve d’un extraordinaire universalisme émotionnel, en nous faisant vivre les événements par deux enfants qui à aucun moment n’ont de prise sur les événements extérieurs. Et en cherchant à protéger sa petite sœur, Seita prend une série de décision qui auront des conséquences de plus en plus lourdes sur leur avenir.

Le-tombeau-des-luciolles-Isao-Takahata4

Sur l’aspect purement technique du film rien de très extraordinaire, que ce soit au niveau des dessins plutôt classiques mais d’un très beau rendu naturaliste (le rendu de la ville de Kobe où se déroule l’histoire a été de nombreuses fois loué par les rescapés) et au niveau de l’animation rien de révolutionnaire (même pas à l’époque) elle est assez sobre et fluide. Des partis pris qui permettent au film de ne pas prendre une ride.

Le-tombeau-des-luciolles-Isao-Takahata6

Alors quoi, qu’est ce qui m’a eu?

Oui parce que bon, les films larmoyant n’ont pas de prise sur moi, le genre où tout est d’une tristesse misérabiliste me gonfle à un tel point que je suis bien incapable de les regarder tellement c’est ennuyeux (oui cette phrase est redondante). Ce n’est en fait pas le cas ici, car malgré les nombreux tracas et les douleurs qui les frappent Setsuko arrive à être heureuse et à rire grâce à son frère. Tout le monde n’est pas forcément touché de la même manière par un film, mais au moment où on s’y attend le plus, on sait ce qui arrive, tout l’annonce….

Et bien moi, c’est con, mais j’ai pleuré.

Entre culte et chef d'oeuvre
Entre culte et chef d’oeuvre

Le tombeau des lucioles d’Isao Takahata (1988, Jap) adapté du roman éponyme d’Akiyuki Nosaka, musique de Michio Mamiya, produit par les studio Ghibli…..durée 1h28

Publicités

6 commentaires

  1. Idem. A l’époque où je l’ai vu, aucun film ne m’avait encore arraché de larmes. Un dessin animé a réussi 🙂

    Vraiment superbe, et jamais gnangnan. A voir !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s