Dredd de Pete Travis (2013) par Bruce Kraft

Dans un avenir proche, les Etats-Unis ne sont plus qu’un immense désert irradié. Mega City One est une métropole tentaculaire rongée par le vice. La seule forme d’autorité restante est représentée par les juges, une police urbaine qui cumule toutes les fonctions : flic, juge et bourreau. Une nouvelle drogue se propage, la Slo-Mo, qui permet de percevoir la réalité au ralenti. Sa distribution est contrôlée par Ma-Ma, ancienne prostituée, devenue baronne de la drogue. Dredd, le juge ultime, va se voir assigner une mission dans les environs de la tour de Ma-Ma et va devoir s’y confronter.

Dredd-Karl-Urban-film-movie-poster-affiche

Quand je pense qu’il y a encore quelques semaines beaucoup de cinéphiles et d’internautes se foutait ouvertement de la gueule de ce remake/réadaptation de comic-book!! Alors oui c’est vrai que tout faisait très cheap et puis, soyons francs, le film Judge Dredd de Danny Cannon , avec Sylvester Stallone dans le rôle titre, nous avait laissé un goût amer dans la bouche.

Scene 142 Int. Ma Ma's Base / CCTV Room (Night) ~ Dredd (KARL URBAN) and Anderson (OLIVIA THIRLBY) move through the corridors.

Le problème étant qu’en plus ceux qui ne connaissent pas la BD se sont sûrement dit: »Quoi? Encore un film avec ce personnage pourri? ». Erreur car le Dredd interprété par Stallone n’était qu’une version honteuse du personnage créé par John Wagner et Carlos Ezquerra.

Alors qu’en est-il de la version de Pete Travis et de ce film sorti directement en DVD? Et bien je vais vous dire ma p’tite dame que c’est une bien bonne surprise qui vous attend car ce film est aussi décomplexé que peu prétentieux et montre à quel point le petit Travis a du talent alors que dans le même temps il n’a pas de budget.

Dredd-Karl-Urban-film-movie-2

Le film de Travis, après une présentation rapide des protagonistes et de leur environnement (une terre malade où l’espoir n’est pas permis….ou presque), devient vite une sorte de Piège de Cristal du futur au rythme, certes, nettement moins échevelé que le film de McTiernan avec une pincée de Robocop pour la moralité et le sens de la justice du héros.

On suit alors les déboires de Dredd (Karl Urban dont vous ne verrez que la bouche pendant tout le film) et de sa coéquipière Anderson (Olivia Thirlby) dans cette tour gangrénée par les dealers et leur chef Ma-Ma (Lena Headey). Pour aller à l’essentiel disons que Dredd comprend vite que le seul moyen de sortir de cette tour est d’arrêter/buter tout le monde et surtout Ma-Ma. Une intrigue qui ne casse pas « trois pattes à un connard » mais qui reste efficace.

Judge Dredd Still Image

Les fusillades brutales (le sang n’est carrément pas tabou et les cadavres non plus) et les rebondissements (on vient les aider et puis non et puis si….enfin presque) se succèdent au travers de scènes, et de situations, judicieusement pensées (chaque fusillade est un moment fort et pas seulement là pour la forme) allant même parfois jusqu’à être visuellement bluffantes (la première fusillade sous l’effet de la slo-mo).

Bien au delà de l’action et du visuel c’est aussi pour l’univers futuriste sombre (même les Juges sont corrompus bordel!!) et nihiliste (les innocents meurent et se font ramasser par une simple balayeuse dans l’indifférence générale!!!??) du film de Travis que l’on adhère au projet car bien moins bling-bling et con que le film de Cannon.

Dredd-Karl-Urban-film-movie-3

On peut même dire que Dredd fait fortement penser au minimaliste, mais néanmoins efficace, Punisher War Zone de Lexi Alexander pour ce parti pris du « On vous en met moins dans la gueule mais on vous le met bien ».

Dredd s’avère donc être une étrange (j’ai dû regarder le film une deuxième fois de suite pour être sûr de ne pas avoir rêvé ce bon moment!!) et belle réussite issue du monde du DTV qui aurait certainement vu le jour dans une salle de cinéma si le Judge Dredd de Stallone n’était pas passé par là 20 ans plus tôt. A se procurer ardemment!!

Très sympa, bon film
Très sympa, bon film

Dredd (U.S.A) de Pete Travis (2012). Avec Karl Urban, Olivia Thirlby, Lena Headey. Durée: 1h35.

Advertisements

11 commentaires

    • comme les producteurs le pensent des autres spectateurs d’où une arrivée directe en DTV chez nous!! Un scandale quand tu sais que The Man with iron fists (une grosse daube) a eu le droit à une sortie française au cinéma!!

      J'aime

  1. Bon pti dtv juste trahi par une prod design minimaliste vu le budjet alloué. Ca charcle pas mal (et au ralenti avec le sloooo moooo 🙂 ) et Urban est plutot bon (mais bon on voit que la moitié de sa gueulle aussi!) d’ac avec Selenie il y aun coté « the raid » bien prononcé mais mieux executé au niveau de l’environnement (a l’opposé des appart trop vides dans le métrage de Evans)Avec plus de moyens ce « Dreed » aurait été une belle mandale mais en l’état ça reste un bien bon divertissement.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s