Happiness Therapy (2013) de David O. Russell par Flow

La vie réserve parfois quelques surprises…

Pat Solatano a tout perdu : sa maison, son travail et sa femme. Il se retrouve même dans l’obligation d’emménager chez ses parents.

Malgré tout, Pat affiche un optimisme à toute épreuve et est déterminé à se reconstruire et à renouer avec son ex-femme.

Rapidement, il rencontre Tiffany, une jolie jeune femme ayant eu un parcours mouvementé. Tiffany se propose d’aider Pat à reconquérir sa femme, à condition qu’il lui rende un service en retour. Un lien inattendu commence à se former entre eux et, ensemble, ils vont essayer de reprendre en main leurs vies respectives…

affiche-Happiness-Therapy-Silver-Linings-Playbook-2012-1.jpg

La mélodie du bonheur.

Alors que d’autres cinéastes revisitent actuellement l’Histoire américaine de ces derniers siècles (ou années), David O. Russell, lui, continue d’analyser la vie (ou la survie) de familles dysfonctionnelles. Et il le fait toujours avec autant de talent. Entre drame intimiste et comédie romantique au canevas classique, son film est avant tout un concentré de bonne humeur rafraîchissante en cette période de grisaille hivernale.

Peut-on être heureux lorsqu’on est bi-polaire ? Voilà l’épineuse question à laquelle David O. Russell tente de répondre. Ainsi, son héros meurtri et déprimé tente de se reconstruire en adoptant une attitude positive et répond aux difficultés de la vie avec un optimisme à toute épreuve qu’il entretient en faisant beaucoup de sport.

Cherchant à re-vivre après un épisode traumatique qui l’a laissé sur le carreau, il emporte presque immédiatement notre sympathie. On s’inquiète pour lui, on rit avec lui… Bref, on est dans le film. Le réalisateur nous tient par les roustons et en profite pour en remettre une couche avec Tiffany, encore plus amochée que son homologue masculin.

HAPPINESS+THERAPY+PHOTO4

Ces deux écorchés de la vie étaient fait pour se rencontrer et on savoure avec plaisir chacune de leurs scènes. Leur rencontre semble évidente, nécessaire pour chacun des deux. Un médicament contre leur malaise profond et une étape de plus vers le bonheur.

Ce besoin primaire pour le spectateur de voir qu’au cinéma la vie est rassurante, que malgré les complications la joie n’est jamais très loin permet de fermer les yeux sur l’aspect rom-com du film, à n’en pas douter le plus faible, car le plus convenu.

extrait-d-happiness-therapy

La première partie, centré sur les contraintes d’une maladie compliquée est nettement plus aboutie. David O. Russell analyse l’impact de cette dernière sur la vie de son personnage principal mais aussi sur celle de ses proches. Comment celle-ci envenime les rapports familiaux jusqu’à transformer cette famille modèle en cellule dysfonctionnelle.

Entre un père toqué pétri de culpabilité, une mère dépassée et un frère qui a préféré mettre les voiles, il est clair que le regroupement de tout ce beau monde est un mélange explosif (d’ailleurs ces explosions sont les meilleures scènes du film). Pourtant, toutes ces failles rendent les personnages plus attachants que les familles parfaites, apparaissant ici comme sclérosées. Alors qu’importe si la fin tend à prouver le contraire.

Happiness-Therapy-la-bande-annonce_scalewidth_460

Le film pèche par son côté rom-com trop classique mais il emporte l’adhésion grâce à une galerie de personnages attachants, porté par des acteurs inspirés. Une bonne surprise.

Un bon film

Publicités

2 commentaires

  1. Jennifer Lawrence me fait peur. C’est comme Lana Del Rey. Si on les pince trop fort, elles peuvent exploser ! De vraies poupées gonflées à l’hydrogène… je ne sais exactement ce qui est refait chez elles, les pommettes, les lèvres, mais ça fout les jetons ! pour le reste, le film, je veux dire, j’en sais rien, je l’ai pas vu, et je le verrai certainement pas !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s