Séries: Tendances de la saison 2012/2013 par Flow

Hélas, le travail, les concours et un soupçon de flemme m’ont empêché de vous parler des nouveaux pilots de séries diffusés depuis septembre 2012. Je comptais, comme l’an passé revenir sur chacun d’entre eux et vous livrer mes premières impressions afin de vous aiguiller dans vos choix sériphiliques.

thumbs-up-and-down-buttons-vector.png

J’en ai été incapable mais je n’ai pas renoncé totalement à aborder le sujet. La forme sera juste un peu différente…

Je vais plutôt revenir, au travers d’un bilan sur les tendances dominantes de la saison, sur les hauts et les bas de cette nouvelle floraison. Pour ce faire et pour que se soit plus simple, je vais séparer les comédies des dramas. Deux catégories certes restrictives à l’heure actuelle mais assez efficaces pour ce genre d’exercice.

-Comédies.

64043_486476551402725_467870264_n.png

Cela fait maintenant quelques années que je ne suis plus séduit par les nouvelles comédies US. Depuis le pilot de Modern Family en fait (qui a confirmé que nous tenions là une excellente série).

Certes, je suis Suburgatorydepuis l’an passé mais plus par habitude que par conviction. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque plusieurs des nouvelles comédies de cette année m’ont séduites. Je ne les regarderais pas pour autant sur le long terme (de plus, elles ne survivront pas toutes) mais pour l’instant je vais me les garder sous le coude.

Ainsi, sur les neuf nouvelles comédies (je n’ai point vu Go On mais j’y ajoute 1600 penn), quatre m’ont convaincu. Du jamais vu !

La tendance reste tout de même à la frilosité. Les chaînes peinent à retrouver des sitcoms qui soient aussi bien des succès critiques que des succès d’audiences incontestables (comme ce fut le cas pour How I met your mother, Two and a half men et The big bang theory pour la décennie précédente).

Du coup, peu d’évolution par rapport à l’an passé. D’un côté, des sitcoms de plus en plus classiques, comme on les faisait dans les années 90, avec rires enregistrés et décors uniques et invariables. De l’autre des sitcoms modernes traitant de sujets d’actualité ou plus fantaisistes.

guys-with-kids-tv-movie-poster-2012-1020751911.jpg

Dans la première catégorie, la fournée s’avère meilleure que je ne le pensais. J’avais abandonné tout espoir depuis l’an passé (l’horrible Work-it !). Si ce type de sitcom est de plus en plus rétrograde (on s’enfonce de plus en plus dans les ninetees), le proverbe n’a pas forcément tort.

C’est bien dans les vieux pots… Pour l’horrible Malibu Country (j’ai tenu cinq minutes) et la passable Partners, on a la drôle Guys with kids. Une sur trois est plutôt une bonne chose. Cette série n’est pas essentielle mais se laisse regarder sans déplaisir.

v7z.jpg

Pour les comédies à une seule caméra, sur les six proposées trois sont, à mon sens, des réussites potentielles. The New Normal, de Ryan Murphy, s’empare d’un sujet de société (le désir d’enfants d’un couple homosexuel). Bien qu’il soit traité avec toute la naïveté propre au créateur de Glee, la série pose les bonnes questions et a, en plus, le mérite d’être drôle.

Espérons qu’elle ne sombre pas comme son aînée avant elle. 1600 Penn et Ben & Katedoivent faire leur preuve mais se révèlent charmantes (surtout la seconde qui depuis a été annulé^^).

A côté de ça, The Mindy Project ; Animal Practice et The Neighbors représentent tout ce qui déraille dans les comédies de ces dernières années. Des personnages horripilants (la première) ; de la paresse (la deuxième) et une artificialité rédhibitoire (la troisième).

-Dramas.

Drama-icon.svg.png

Quelle surprise! Je ne l’aurais jamais cru mais c’est une série CW qui m’a le plus emballé cette année. Arrow(dont j’attendais un Smallvillebis) est la nouveauté la plus ambitieuse que la petite chaîne (qui ne monte pas) n’ait jamais proposé.

Plus sombre qu’à l’accoutumée, le justicier torturé ne mène pas l’éternel combat du Bien contre le Mal mais évolue entre justice et vengeance, ce que les scénaristes n’hésitent pas à nous rappeler constamment, cherchant ainsi à réfléchir sur cette idée intéressante. La série n’évite pas pour autant les poncifs de la chaîne (l’ado en crise, la musique bruyante,…) ce qui lui confère un côté plaisir coupable qui fait tout son charme. Si vous ne devez vous lancer que dans une seule nouveauté, c’est bien celle-ci.

arrowinternational.jpg

Pour le reste, pas de surprises. Les tendances sont les mêmes que les saisons passées. On cherche un nouveau Lost. Mais avec une telle mollesse qu’il est totalement impossible de s’intéresser aux mystères artificiels proposés. Que se soit l’électricité qui disparaît (Révolution) ou le diable qui habite un vieil immeuble (666 park avenue). Seul Last Resort avec son sous-marin nucléaire avait du potentiel. Hélas, le pilot guère convaincant ne donne pas envie de revenir.

On cherche aussi le nouvel Urgences. Ce n’est certainement pas avec des bouses comme Emily Owens MD (Grey’s Anatomy du pauvre) et The Mob Doctor que le miracle va se produire.

Puis, il y a les increvables shows procéduraux. Bizarrement, cette cuvée est plutôt intéressante. Vegas(qui se déroule dans les années 60 et lorgne vers les films de mafieux) et Elementary(Sherlock Holmesà notre époque) sont plus ambitieuses que les tentatives de l’an passé. Je ne porte pas trop d’intérêt là-dedans mais si les flics vous bottent vous y trouverez votre compte.

Reste les autres qui s’éloignent de ces tendances immuables. Chicago Fire (Southlandchez les pompiers mais en mois bien),Made in Jersey (pathétique série judiciaire) Beauty and the Beast(remake inutile dont j’ai regardé le pilot jusqu’au bout afin de me moquer mais dont je ne me moquerai pas. C’était juste trop mauvais).

Concluons avec Nashvillequi est certainement celle qui m’a le plus déçu. Sensée apporter à ABC son grand show musical (puisque c’est la mode), elle se déroule dans le pays de la musique country. Tout pour me satisfaire. Hélas, l’étincelle n’est jamais arrivée. Dommage.

20192950.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Publicités

7 commentaires

  1. Flow, là, respect. Subir autant de « soaps » pour nous sauver la vie, c’est la preuve que tu es digne de figurer au panthéon des super héros Marvel! Tiens, voila une suggestion de nom de scène d’ailleurs: SOAPER (le savonneur(?) en français oO…

    Par ailleurs, tu m’as donné envie de regarder Arrow, merci ! 🙂

    J'aime

  2. Ouai Flow c’est un bourreau de travail dans le genre « je me sacrifie pour les autres »….chapeau!!

    En attendant Arrow me semble être une bonne série et, d’après ce que j’ai lu, ne traite pas du tout Oliver Queen comme dans Smallville. Les scénaristes avaient une réelle volonté de lui donner une belle épaisseur.

    Je conseille juste à ceux qui en aurait l’occasion de lire l’excellent comic-book « Green Arrow: La genèse-Année 1 » de Diggle et Jock qui est sortie en 2008 et qui raconte ce qui lui est arrivé sur l’île pour qu’il devienne un justicier.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s