Roman: La variété Andromède de Michael Crichton (1969)

Observée à la jumelle, la petite bourgade de Piedmont paraît endormie dans le désert de l’Arizona. Au-dessus d’elle, les vautours décrivent des cercles inquiétants. Si l’on se rapproche, on s’aperçoit que tous ses habitants, hormis un vieil homme et un bébé, sont morts instantanément, frappés d’un mal inconnu, comme s’ils étaient tombés en marchant.

Les quatre savants dépêchés sur les lieux savent que ce désastre a été provoqué par la chute accidentelle de l’un des tout premiers vaisseaux spatiaux américains. Quelle « chose » venue du cosmos, quel organisme ou bactérie mystérieux le satellite a-t-il ramené sur terre ? Une course contre la montre s’engage contre cette « variété Andromède », mutante capable de ravager la planète.

9782266115643

Dans ma course (très lente je vous l’accorde) aux livres qui ont engendré des films je suis tombé par hasard dans une boutique d’occasion sur ce roman de Michael Crichton. Je savais que le livre du papa de la série Urgences avait connu une adaptation cinématographique en 1973 par Robert Wise (que je n’ai pas encore vu d’ailleurs), et une mini-série en 2008, du coup j’ai sauté sur l’occasion.

De réputation, je savais que Crichton était (décédé en 2008) un écrivain qui se documentait énormément et qui faisait preuve d’une rigueur assez impressionnante concernant les détails techniques et scientifiques (ses études en médecine à Harvard y sont pour beaucoup). Considéré comme l’inventeur du techno-roman à suspense même.

michael-crichton

Du coup je dois dire que j’ai été impressionné par l’aspect technique du roman n’ayant jamais lu Crichton avant. Ceci dit, même si parfois le profane que je suis en science a été dépassé par certains détails, la lecture reste quand même assez facile (en plus Crichton vous prévient dans ses sources que ça va être chaud!! Marrant!!).

« Ceci est un récit assez technique, axé sur des problèmes scientifiques complexes. Chaque fois que cela a été possible, j’ai expliqué ceux-ci et leurs techniques. J’ai résisté à la tentation de simplifier questions et solutions et je demande l’indulgence du lecteur s’il lui arrive de se heurter à un passage aride du fait de sa technicité ».

L’autre point à mettre en lumière c’est la technologie décrite dans le roman: elle date des années 60!! Du coup ce que vous lisez, et ce que vous l’ont décrit, a parfois pris un sacré coup de vieux dans la tronche.

N’empêche que malgré tout on apprend des choses et il est réellement bon d’apprendre en lisant un roman.

« Comme dans la plupart des crises, les événements se rapportant à la Variété d’Andromède furent un mélange de lucidité et d’inconséquences, d’innocence et d’ignorance. Presque tous ceux qui y furent mêlés témoignèrent parfois d’une grande intelligence et parfois d’une inconcevable stupidité. () Toutefois, je crois important de relater cette histoire. Les États-Unis entretiennent le plus vaste appareil scientifique de l’histoire de l’humanité. On y fait constamment des découvertes et certaines d’entre elles ont de profondes répercussions politiques et sociales. Nous pouvons nous attendre à d’autres crises du schéma d’Andromède dans un proche avenir.. »

mystere_andromede

Au niveau de l’intrigue on peut dire que Crichton prend son temps et l’histoire met beaucoup de temps à livrer ses secrets à travers la « course » effrénée des quatre scientifiques, très caricaturaux dans leur caractérisation mais néanmoins sympathiques, pour essayer d’enrayer le virus frappant notre belle planète.

Pour réussir leur mission je vous le donne en mille: on leur a donné une base secrète qui, en plus, va devenir le lieux central et vital, de l’intrigue.

Pas d’action, beaucoup de descriptions, un aspect technique parfois sans réel but et des passages maladroits (la fin par exemple) font de cette Variété Andromède un livre pas mauvais loin de là mais qui n’encouragera pas forcément le lecteur à retourner sur du Crichton alors que je suis sûr qu’il y a certains de ses ouvrages nettement meilleurs.

« Peut-être que la forme de vie la plus intelligente sur une planète éloignée n’était pas plus grande qu’une puce. Ou qu’une bactérie. Dans ce cas. le projet Wildfire serait chargé de détruire une forme de vie très évoluée, sans jamais qu’on s’en rendit compte. Cette idée n’était pas particulière à Loavitt, Merton l’avait avancée, à Harvard, et Chalmers, à Oxford. Chalmers, qui possédait un sens aigu de l’humour, s’était servi comme exemple d’un homme qui, observant une culture au microscope, verrait les bactéries former les mots : « Conduisez-nous à votre chef » ».

Un film moyen

Advertisements

4 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s