Cloud Atlas de Andy Wachowski, Lana Wachowski et Tom Tykwer (2013) par Tootsif

À travers une histoire qui se déroule sur cinq siècles dans plusieurs espaces temps, des êtres se croisent et se retrouvent d’une vie à l’autre, naissant et renaissant successivement… Tandis que leurs décisions ont des conséquences sur leur parcours, dans le passé, le présent et l’avenir lointain, un tueur devient un héros et un seul acte de générosité suffit à entraîner des répercussions pendant plusieurs siècles et à provoquer une révolution. Tout, absolument tout, est lié.

Cloud-atlas-Wachowski-tom-Tykwer-Tom-Hanks-Halle-Berry-Hugh-Grant-Hugo-Weaving-poster-affiche

KARMA POLICE

« L’art est difficile, la critique est facile » dit la sagesse populaire. Et si globalement je souscris à cette maxime (oui c’est facile de critiquer même quand on essaie de faire quelque chose de construit et argumenté) il y a des films qui eux font voler en éclat cet adage en déclenchant une telle tempête d’émotions si variées les unes des autres qu’il semble impossible de mettre de l’ordre dans ses pensées.

Et Cloud Atlas est de ceux là, film tentaculaire où s’entremêle les époques, les genres, les personnages, les émotions, il suscite chez l’individu un sentiment étrange, rendant difficile de mettre des mots pour traduire ce que l’on vient de vivre pendant ses presque 3 heures où des vies entières ont défilé devant nos yeux.

Cloud-atlas-Wachowski-tom-Tykwer-Tom-Hanks-Halle-Berry-Hugh-Grant-Hugo-Weaving-7

Alors on se pose, on cherche ses mots, à remettre ses idées en place, on laisse du temps passer pour que la tempête se calme, on se réveille la nuit pour coucher des mots sur le papier car une fulgurance (croit on) traverse notre esprit.

Cloud Atlas semble a priori être un patchwork incompréhensible, une mosaïque où 6 histoires a priori sans liens aucun s’entremêlent. On assiste donc à une épopée à l’époque de l’esclavage, à une comédie dramatique sur une romance homosexuelle dans les années 30, à une comédie grinçante sur une tentative d’évasion d’une maison de retraite à notre époque, à une enquête politique dans les années 70, à un film de SF dans une Corée totalitaire dont le fond est très proche du film Soleil Vert et une aventure post-apo dans un temps indéfini.

Il est ainsi difficile au prime abord de voir un lien entre ces histoires tant les lieux, les époques et les genre abordés sont différents et ce d’autant plus que le début du film enchaîne rapidement d’une histoire à l’autre comme pour nous empêcher de trouver s’il y avait un fil conducteur entre tout ceci.

Cloud-atlas-Wachowski-tom-Tykwer-Tom-Hanks-Halle-Berry-Hugh-Grant-Hugo-Weaving-4

Et puis on s’aperçoit que entre certaines histoires, il y a des passerelles, des ponts : qu’un personnage de l’une intervient dans une autre, qu’un objet fait le lien entre deux autres, qu’une réplique de l’une fait avancer la trame de l’autre. Chaque histoire se fait ainsi l’écho des autres, elles se répondent en permanence et les barrières que l’on croyait dresser entre elles tombent les unes après les autres.

Ce sentiment est renforcé par le fait de retrouver de l’une à l’autre les mêmes acteurs mais dans des rôles, des sexes, des origines ethniques, par le biais de maquillages exceptionnels.Tout laisse donc à penser que les visages, les sexes, la peau ne sont que des « accessoires » sous lesquels se glissent des âmes que l’on retrouve d’une époque et d’une histoire à l’autre.

Il y a donc une résonance métaphysique entre ces histoires, une histoire de karma laissant penser que la situation des personnages dans chacune des histoires dépend de ce qu’ils ont fait, accompli dans une histoire (vie) précédente.

Cloud-atlas-Wachowski-tom-Tykwer-Tom-Hanks-Halle-Berry-Hugh-Grant-Hugo-Weaving-1

Le film renvoie donc à la notion de destinée, faisant ainsi écho au film qui a fait découvrir les Wachowski où Néo faisait le choix de son destin, de s’affranchir d’un monde codifié où tout était écrit à l’avance, de faire la révolution pour briser les chaînes de la société et être libre de ses choix, de vivre, d’aimer, de se tromper, d’avancer, d’essayer.

Cloud Atlas reprend ses thèmes et pose ainsi la question à travers chacune de ses histoires la question de la rébellion contre l’ordre établi, les conventions en vigueur. Il va plus loin en s’interrogeant profondément sur cette question : quand on a la possibilité de se rebeller contre des normes coercitives cette possibilité est elle un devoir même si cela doit se faire au péril de sa vie ?

La rébellion est elle un droit ou un devoir ? Chacun des individus va répondre à l’affirmative à cette question, que sa lutte semble futile (l’ évasion d’une maison retraite) où soit d’une difficulté que l’on pense insurmontable (la lutte contre le totalitarisme).

Cloud-atlas-Wachowski-tom-Tykwer-Tom-Hanks-Halle-Berry-Hugh-Grant-Hugo-Weaving-3

Cloud Atlas serait il un film politique, un pamphlet contre les conventions pré-établies, l’autoritarisme ? Cela ferait là aussi écho à la filmographie des Wachowski (Matrix bien sûr mais aussi V pour Vendetta qu’ils ont produit) tout comme à leur histoire personnelle (et le changement de sexe de Larry).

Mais Cloud Atlas est plus que cela et moins en même temps car plus que de combats pour des idéaux supérieurs, intangibles, ce sont d’abord des luttes personnelles contre un destin que d’autres semblent avoir tracé pour eux.

De Sonmi 451 à Timothy Cavendish en passant par Robert Frobisher tous se battent pour leur liberté personnelle avant de se battre pour des idéaux supérieurs. Et c’est aussi ce côté personnel qui nous touche car chaque spectateur trouvera dans une de ses histoires un lien avec sa vie, ses doutes.

Cloud-atlas-Wachowski-tom-Tykwer-Tom-Hanks-Halle-Berry-Hugh-Grant-Hugo-Weaving-6

Cloud Atlas film d’espoir alors ? Suffit il de se soulever pour retrouver sa liberté et voir triompher ses idées. Et bien non car chacune de ses luttes, aussi grande ou insignifiantes soient elles, si sur le moment elle semble être une victoire ne semble finalement en rien modifier le funeste destin de l’Humanité et sa tendance à l’autodestruction comme semble le montrer le segment post-apocalyptique du film.

Toute lutte serait elle vaine ? Cloud Atlas serait il donc un film pessimiste ?

Là aussi la réponse n’est pas aussi simple.

Car que les résultats de ses luttes soient positives ou non, tout cela ne reste que des luttes, des combats et l’Humanité peut elle se construire, se révéler dans la lutte ?

Là aussi on retombe sur un thème cher aux Wachowski qui est l’amour. Qu’est ce qui fait avancer chacun des personnages ? Qu’est ce qui est le moteur de leur vie ? L’amour, qu’il soit fugace, passé, profond fait avancer chacun des personnages.

Le film serait il cela ? Une recherche du grand amour ? Que chacune des histoires est un pas de plus dans sa direction quoi qu’il se passe, quelque soit les difficultés rencontrées. A la place de toutes ses histoires d’amour différentes n’y a t il pas une seule et unique histoire, celle du grand amour ?

La conclusion, tout en simplicité alors qu’il aurait été si facile de faire dans le grandiloquent avec musique pompeuse et sentiments putassiers,qui nous renvoie au début du film et à ce vieil homme qui nous conte une histoire ne fait que confirmer cette impression qui se dégage au fur et à mesure. Toutes ces histoires, tous ces cycles n’ont de raison d’être que pour arriver à cette conclusion où deux êtres, qui vies après vies, se sont parfaitement trouvés pour vivre pleinement leur amour.

cloud-atlas-wachowski-tom-tykwer-tom-hanks-halle-berry-hugh-grant-hugo-weaving

Cloud Atlas vous transporte pour ne jamais vous lâcher, provoquant en vous un tumulte d’émotions qui vous transporte bien après la sortie de la salle de cinéma et qui vous fait vous rappeler pourquoi vous aimez le cinéma. Expérience tant visuelle que sensorielle où tous les éléments se répondent les uns aux autres pour vous envoyer bien plus haut que les nuages.

Excellent!!!
Excellent!!!

« Cloud Atlas » de Andy Wachowski, Lana Wachowski et Tom Tykwer (2013). Avec : Tom Hanks, Halle Berry, Hugo Weaving, Ben Whishaw, Doona Bae, Jim Sturgess. Distribué par Warner Bros. Durée : 02 H 45.

Advertisements

9 commentaires

  1. Je suis obligé de m’insurger contre les conventions qui semblent faire rage dans la pellicule brûle… Alors au risque de passer pour le philistin, le bourrin de base qui va voir « fast and furious » et en sort ravi… Eh bien NON! Ce film est très mauvais, parce que je me suis ennuyé.
    Alors oui, on peut s’exstasier devant telle prouesse technique, devant ce méli-mélo d’histoires en y cherchant (vainement) un lien, en y trouvant les références, mais tout ceci n’est pour moi qu’un cinéma ELITISTE, qui est réservé au cinéphile averti.

    Et pour reprendre une phrase de mon ami Wolfburner: « Pourquoi je vais au cinéma? pour rêver! »
    Et moi ben ce genre de séance ne me fait pas rêver…
    D’ailleurs: je vais reprendre la dernière vrai claque cinématographique: « DRIVE » je suis sûr que tout le monde l’a vu +sieurs fois… Qui? Qui regardera une 2e fois CLOUD ATLAS?

    J'aime

    • A la derniere question je répondrai moi puisque j’y retourne ^^
      C’est pour ce genre de film que j’aime le cinéma justement

      Mais je comprends que l’on puisse ne pas aimer et rester hermétique au maelström d’émotions, d’idées que Cloud Atlas porte en lui

      J'aime

  2. Pour ma part j’ai également hâte de revoir Cloud Atlas afin d’approfondir encore plus le lien entre ces histoires ainsi que de nombreuses choses que je suis sûr d’avoir ratées.

    Je suis persuadé que Cloud Atlas est un film qui s’enrichira au fur et à mesure des visions.

    J'aime

    • Tout à fait d’accord. Je pense que chaque nouveau visionnage fera apparaitre de nouveaux élements, de nouvelles connexions rendant le film de plus en plus riche

      J'aime

  3. Messieurs, alors mon dernier argment tombe à l’eau et je m’incline.
    Le cinéma est suffisament riche pour que chacun y trouve son compte, et on ne peut pas plaire à tout le monde! Bon 2e visionnage.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s