Versus, l’ultime guerrier de Ryuhei Kitamura (2000) par Tootsif

JAPONIAISERIE

            Au Japon, deux prisonniers en fuite, matricule KSC2-303 et un voisin de cellule, courent dans une forêt mystérieuse où ils ont donné rendez-vous à leurs complices.

            A leur arrivée, une voiture approche. Cinq yakusas en sortent. Les deux fugitifs sont pressés de partir, mais on leur donne l’ordre d’attendre le chef du gang.

            Les yakusas font descendre une jeune femme qu’ils commencent à frapper. KSC2-303 lui porte secours, s’empare d’un pistolet et abat un gangster. On le croyait mort, mais tel un zombie, il se relève et saute sur l’un de ses acolytes. Abasourdis par ce qu’ils voient, les tueurs criblent de balles le mort-vivant qui finit par s’écrouler. Profitant de la panique, KSC2-303 s’enfuit avec la demoiselle dans la forêt.

            En France on n’a pas de pétrole mais on a des idées. Ryuhei Kitamura, le réalisateur, lui n’avait pas de pognon mais il avait plein d’idées, mais alors vraiment plein !

            Mais le problème c’est que, quand t’as trop d’idées il faut en supprimer certaines pour assurer une certaine cohérence de l’histoire. Mais pour Kitamura ça devait sûrement le peiner de laisser ce qui lui semblait de bonnes idées de côté donc il a tout mis !

Alors on commence par un film de yakusas, puis on s’oriente vers le film de zombies aux effets gore puis on passe au Sentai (vous savez les séries style bioman), au Chambarra (le film de sabre japonais à la Zatoichi, baby-Cart) tout en ajoutant une couche d’humour ras les pâquerettes.

            Bon que ça parte dans tous les sens ça ne serait pas grave si le film était fun, mais non même pas. A jouer la carte de la surenchère à chaque scène et à chaque plan pour booster le rythme d’un script insipide, Kitamura ne provoque chez le spectateur qu’ennui voire une envie que le film s’arrête le plus tôt possible.

Les montagnes russes c’est marrant 5 minutes mais après ça gonfle ! Et bien là c’est pareil ! A trop étirer une histoire pouvant tenir sur un ticket de métro, à trop rallonger des combats globalement peu inspirés, le spectateur (moi en l’occurrence) est à deux doigts de dire stop et de se barrer, le film devenant un calvaire interminable (ça dure quand même 2 heures cette blague et 10 minutes de combats en plus pour la version longue).

            En plus le manque flagrant de budget se fait ressentir à tous les niveaux et pour le pire. L’image est moche, c’est mal filmé, les effets spéciaux sont cheap, la bande son electro au clavier bontempi est foireuse les mêmes décors sont réutilisés, les acteurs sont d’un mauvais (ils ne sont pas professionnels quand même, rassurez moi ?), bref il n’y a rien à sauver.

            Alors chez quelques aficionados ce film est devenu culte, allez comprendre pourquoi. Parce que c’est un festival d’action improbable qui leur fait penser à un manga live? Parce qu’il est extrêmement mauvais et que du coup c’est culte ?

Pour moi il est trop mauvais pour mériter l’appellation de nanar culte, c’est-à-dire le genre de film que l’on se regarde lors d’une soirée entre potes en faisant tourner les gâteaux apéros et les bières.

            Je reprendrai donc une phrase de ce cher Gandalf pour la faire ici mienne ; « Fuyez pauvres fous ! »

Quelle bouse!!

« Versus, l’ultime guerrier » de Ryuhei Kitamura (2000). Avec : Taku Sakaguchi, Chieko Misaka, Hideo Sakaki. Distribué par Lolistar. Durée : 01 H 59.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s