Et si on parlait…de nos premiers effrois cinématographiques.

Nouveau numéro de notre nouveau numéro bi-mensuel. Et pour celui-ci, on va se livrer comme si on était en thérapie chez le psy…

Et si on parlait

…de nos premiers effrois cinématographiques.

un-ete-tres-effroi-M24396.jpg

 Un sujet intéressant je trouve (je m’envoie des fleurs, c’est gratuit) qui permet de révéler votre vraie nature de cinéphile. Si je veux vous voir vous confier à Docteur Flow, je me rends bien compte que je suis le premier à devoir passer sur le divan.

0a82.jpg

Je commencerai ma séance par une révélation. Je suis un gros trouillard. Je fais mine d’être un bonhomme, un critique qui n’a peur de rien mais en réalité, il ne m’en faut pas beaucoup pour flipper et avoir du mal à m’endormir. Ça a toujours été le cas. Depuis que je suis gosse. Je suis un grand sensible (et c’est là que Tootsif lève la main pour signaler que ce n’est pas une révélation pour la simple raison que j’aime Titanicet que c’était donc évident).

Une petite anecdote. J’avais 8 ans. On est en 1996. Ma tante passe à la maison et laisse à mes parents une VHS en précisant que le film qu’elle contient est assez dégueulasse et pessimiste et qu’il vaut mieux avoir l’estomac bien accroché. Curieux comme je suis, je m’empresse de regarder la jaquette et de lire le résumé. Ce film, c’est Seven de David Fincher. Premier traumatisme. Sans même voir le film, mon imagination fait son travail et j’envisage le contenu de la cassette vidéo comme une horreur innommable. Je n’en dors plus la nuit, tellement que le tueur des sept péchés capitaux m’effraie. Bien évidemment, c’est stupide. Avoir peur d’un truc qu’on n’a même pas vu, c’est grotesque mais c’est une réflexion d’adulte avec un certain recul (encore plus important maintenant que j’ai vu le film et que je sais qu’il n’a pas grand chose à offrir). Dans le même ordre d’idée, quand j’avais une dizaine d’années il ne m’a fallu qu’une scène de Souviens-toi l’été dernier pour ne pas fermer l’œil de la nuit…

06-serial-killers-seven-john-doe1_500x281.jpg

John Doe, pas si effrayant (au contraire).

Bref, le décor est planté. Je suis un trouillard. Alors imaginez un peu quand j’ai réellement commencé à regarder des films effrayants.

Je suis sur le divan. Lancé, rien ne m’arrête et je vais continuer à vous raconter ma vie. Avouez que vous êtes ravi. J’ai sélectionné deux films qui m’ont provoqué mes premiers grands effrois cinématographiques.

Nous sommes en 2001. Je suis alors âgé de 12 ans, presque 13. Je demande l’autorisation à ma mère d’aller au cinéma avec mon meilleur ami pour voir un quelconque film. C’est évidemment un mensonge, car on a décidé d’aller voir notre premier film d’épouvante, qui vient justement de ressortir en version longue. Vous avez compris, je parle de L’exorciste, de William Friedkin.

post-17-1267546575.jpg

J’ai fait des cauchemars pendant plusieurs semaines et j’ai mis des mois à me défaire des images du film. Dès la première apparition, dès les premiers cris de Pazuzu, j’ai su que j’avais fait une erreur. J’ai passé la moitié de la séance à me cacher la tête dans le siège. L’effroi que j’ai ressenti face à ce spectacle terrible, cette perversion de l’enfance m’a laissé un souvenir impérissable et c’est pour cette raison aussi que le cinéma est génial. Le film avait rempli son office. C’est un sentiment qu’on éprouve qu’une seule fois dans une vie. Jamais plus je vivrai ce genre d’expérience. C’est la première grande frayeur que j’ai vécu au cinéma. Et on ne l’oublie pas car il m’est impossible de revoir L’exorciste, encore aujourd’hui. Rien que de voir la tête de la gamine j’en frissonne. Pourtant, mon entourage essaie de m’aider. En me confirmant que le film ne fait pas peur et en me changeant le fond d’écran du PC. Les enfoirés…

4d0f87256dce4.jpg

Et ça me coûte rien que de mettre cette image…

Le deuxième effroi est plus tardif. J’étais ado et on aimait bien, en bande, regarder des films d’horreur tous les vendredis soir, qu’on sélectionnait à tour de rôle. Il y en a un que je voulais choisir depuis un moment. Comme pour Seven, rien que de voir la jaquette dans les magasins de location, je m’imaginais diverses choses horribles. J’ai fini par le prendre (au grand dam de mes potes qui ont trouvé ça ridicule) et ce fut encore un choc. Il faut dire que Massacre à la tronçonneuse à de quoi marquer les esprits les plus facilement impressionnables. Ok, une tronçonneuse ça fait son effet mais ce n’est pas le peu qu’on la voit en action qui m’a marqué à vie. Non, ce qui m’a rattrapé dans mes cauchemars, c’est l’ambiance poisseuse, presque inhumaine qui se dégage de ce long-métrage. On ressent l’horreur que vivent les personnages grâce à cette impression de chaleur étouffante, à la limite de la claustrophobie et de la folie humaine.

Massacre-a-la-tronconneuse.jpg

Bref, ces deux films constituent mes premiers effrois cinématographiques. S’il y en a eu d’autres plus tard, aucun n’a eu le même impact. Pourtant, dans un esprit masochiste, je continue de chercher des œuvres capables de me procurer, encore une fois, de tels frissons. Pourquoi? Je n’en sais rien mais les liens qui m’unissent au cinéma horrifique sont forts. Entre attraction et répulsion.

Et voilà que je me mets à parler comme un psy. Me rappelant que ma séance confidences est terminée. Et maintenant c’est à votre tour…

Rendez-vous le 02/06/13 pour Et si on parlait…de ces nanards qui violent les monstres géants.

Publicités

10 commentaires

  1. Je n’ai pas pu voir de films d’horreur avant mes 12 ans. Mais à 8 ans, je me souviens, j’étais tombé sur des images du Nosfératu de Werner Herzog, et j’avais élaborer plein d’histoires glauques avec ces quelques images. Je ne pense pas avoir réellement eu peur devant un film, je suis un vrai bonhomme, moi ! Non, pas de peur, car l’image ne peut pas sortir de l’écran, et je suis trop rationnel. Les peurs, je les ai eues quand j’étais vraiment gamin, avant même de voir des films fantastiques. Cela dit j’aime les concepts fantastiques, les scènes tordues, les ambiances glauques. Mon imagination fait le reste, je prolonge les histoires, j’en rajoute…
    Les 2 premiers « vrais » films d’horreur que j’ai vus sont Frayeurs de Lucio Fulci et De si gentils petits… monstres. Ils m’ont tous les deux bien marqué, surtout le premier. Ensuite, il y a eu Evil Dead, Alien. Et plein d’autres, vus en VHS, en location.

    J'aime

    • Et bien je t’envie mon cher Sékateur car je suis l’opposé de toi: j’ai toujours peur….et je trouve ça génial!! Je me dis toujours que cela veut dire que je sais encore « rêver » et faire travailler mon imagination. Je suis très impressionnable!!!

      Bon, du coup ça n’étonnera personne alors que je sois victime par période de « terreurs nocturnes » (quant pendant votre sommeil votre cerveau mélange « cauchemar » et « réalité » et que vous subissez des paralysies physiques et une perte de voix alors que vous essayez consciemment de vous réveiller). Je ne vous recommande pas l’expérience…

      Ceci dit: Le premier cri c’est en voyant « E.T. » au cinéma avec sa sale gueule, puis « Massacre à la tronçonneuse » bien sûr, puis le téléfilm « ça » qui m’a terrifié avec ce putain de clown qui soulève la plaque d’égoût!!

      A l’heure actuelle je ne reste jamais de marbre devant les films de fantômes qui me font, pour certains seulement, peur. Insidious ou The Grudge par exemple m’ont bien fait flipper….

      J'aime

  2. Pas frileux au cinoche, car pour ce genre de film (contrairement à des films qui peuvent me toucher à m’en faire pleurer) je fais une distanciation entre moi, spectateur, et la flippe/gore qui se passe à l’écran.

    Bon je dis pas que gamin j’ai pas eu quelques moments de flippe, avec tout comme Bruce, la première apparition d’E.T dans le garage qui m’a fait flippé (d’autant que la bande VHS était bien crade donc on voyait pas trop ce qui se passait)et naturellement L’Exorciste et Les Dents de la Mer.
    Les plus flippants ? Ptet Alien et Shining vus vers 7/8 ans ou je dois dire que j’ai du incruster mes ongles dans le fauteuil

    Après passé 15 ans pas d’effroi particulier niveau cinéma, c’est plus dans la littérature avec tout les Stephen King (ah la couverture de Ca) et le jeu vidéo que je flippe le plus. Le fait de contrôler le personnage à l’écran me fait plus rentrer dans le trip flippe/horreur alors des jeux comme Silent Hill ou Dead Space me foutent le trouillomètre à zéro et y jouer plus d’une heure est mauvais pour mon petit coeur

    J'aime

  3. petite anecdote sur « Se7en », on rentrait dans le même bus (mais nous étions dans deux bahuts différents) du lycée avec Kraft quand je lui est sorti la vhs de ce film de mon sac pour lui filer en lui redisant que ce film m’avait soufflé, ça le fera marrer en lisant ça je crois 🙂
    Sinon mes premiers effrois, le coup de marteau de « Leatherface » avec la porte en fer qui se referme (dans un « trailer » canal plus sur la séance du samedi soir)les visions sublimino-morbides dans « Shining », la découverte du fœtus et toute l’ambiance du cimeterre dans « The Omen », la réaction provocatrice et enfantine du démon devant le cadavre encore chaud du vieux prêtre pour se moquer de Carras dans « l’Exorciste »….mais aussi des titres bcp moins glorieux mais quand on est mômes on peut être facilement impressionnable: un épisode de « Vendredi 13 » ou on aperçoit le visage de Jason au ralenti et la fin du nanar nuke « les rats de Manhattan » ou les dératisateurs sont en fait ….des rats géants! :-)dans les jeux vidéo un bon souvenir de la découverte du premier zombie dans « Resident Evil », dernièrement le premier « Dead space » orientation « survival horror » au top malheureusement disparue dans les autres opus.

    J'aime

    • Dingue!! o_O

      Je ne me souvenais plus du tout de cette anecdote!! Maintenant que t’en parles ça reste un vague souvenir mais je trouve ça cool et puis c’est vrai que ce foutu film m’a soufflé…en plus de son générique de malade!! Par contre je me souviens qu’on a regardé les scènes cuttées ensemble en DVD!!

      J'aime

  4. Je dois être le frère caché de sékateur, c’est pas possible autrement. Moi non plus je n’ai jamais vraiment eu peur devant un film, même si j’ai vu assez tôt les dents de la mer, mais je tenez déjà pour le requin….je crois qu’on ne peut rien pour moi 😉

    J'aime

  5. Merci à vous pour les commentaires. Ça me fait plaisir que vous vous soyez si bien prêté au jeu 😉

    @Sékateur: Ah ça me rassure ! Je ne suis pas le seul, gamin, à avoir imaginé des trucs en ne voyant qu’une seule scène. Un vrai bonhomme xD

    @Bruce: Je suis un peu comme toi du coup ^^ (ça me fait plutôt peur 🙂 )

    @Tootsif: Shining à 7 ans ! Tu m’étonnes que tu sois taré ! 😉 Sinon, effectivement, les jeux vidéos ça fait bien flipper. Je me souviens de The Suffering sur ps2 où j’avais du mal à avancer !

    @Mat: Énorme l’anecdote 😉 Pour Leatherface et la masse, ça restera ancré dans ma mémoire à jamais je pense…

    @Marc: Ça, on le savait déjà ! 😉

    J'aime

    • T’as aussi des terreurs nocturnes?

      Sinon au rayon des anecdotes: Faut savoir que chez Monsieur Castle on a sifflé pas mal de bières (desperados) en bouffant devant des tonnes de VHS remplies de séries, films et autres émissions que Castle enregistrait pour me les montrer le Samedi ou le Diamnche après-midi alors que je faisais shabbat….

      PS: Dans cette anecdote se cache un mensonge. Lequel? 🙂

      J'aime

  6. 🙂 les despé; le carburant des fans de sous cultures!!! les séries « Game on » « Father ted » « Millenium » « South park », Les films de Romero,les bonus dvd des films, les combats de catch de la « WCW nitro » ou les parties de console avec la mauvaise foi « inside » on en a maté des conneries!!!!!:-) 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s