Lake Placid: The final chapter (2013) de Don Michael Paul par Flow

Les crocos sont de retour, plus gros, vicieux et plus voraces que jamais. Après leur dernière attaque mortelle, le gouvernement les a envoyés dans une réserve protégée… où ils ont atteint une taille record, attendant leur dernière chance de dévorer de la chair humaine. Et lorsque une équipe de natation se retrouve prise au piège sur leur territoire… le dîner est servi !…

lakeplacidfinalchapart.jpg

Nanar, ados et crocos débilo.

Lorsque j’ai vu la jaquette de cette sortie direct to dvd, j’étais fort jouasse car ça faisait un petit moment que je n’avais pas vu un gros nanar débile bien comme je les aime. De manière naturelle, j’en ai donc réservé un exemplaire afin de le tester. Le problème, c’est qu’il faut en écrire une critique…

 Sortie DVD chez Sony Pictures Entertainment

Vous avez lu le synopsis ci-dessus ? Vous savez à quoi vous attendre ! En aucun cas ne lancez ce long-métrage en espérant y voir un chef-d’œuvre du film de monstre à la Alien. Vous seriez déçu. Lake Placid 4est un navet dans la plus pure tradition du genre. Scénario cousu de fil blanc à la profondeur d’un pédiluve (enfermer des monstres dans une réserve aux abords d’une ville, quelle idée!), personnages inconsistants portés par des acteurs de troisième zone, doubleurs en roue libre et surtout CGI tout perraves.

vlcsnap-2012-08-28-23h26m22s20.png

 Je ne comprendrais jamais pourquoi une production sans budget se lance dans un film avec des crocos. Il y a des monstres plus faciles à animer! Mais ne boudons pas notre plaisir, leurs erreurs nous régalent. Les bestioles sont trop drôles à regarder. Ils ne courent pas, ils glissent sur le sol. Parfois même ils roulent sur le côté façon croco ninja. C’est très amusant et ça fait passer le temps.

Les acteurs, les pauvres, font avec ce qu’ils ont mais je voudrais tout de même évoquer l’employée des eaux et forêts qui prend son travail très au sérieux et livre une prestation hallucinée.

Les dialogues prêtent à sourire. Un exemple: un pauvre type est en train de se faire déchiqueter par un croco au niveau du torse, de manière assez violente. A distance, et armé d’un fusil, un autre personnage s’apprête à tirer sur la bête pour sauver son pote. Il s’arrête, regarde ses compagnons et s’écrie: «je ne peux pas tirer j’ai peur de le blesser»… Tout est dit, non ?

Lake-Placid-The-Final-Chapter-Syfy-2.jpg

Hélas, malgré les promesses du synopsis et de la jaquette (un nanar décomplexé qui s’assume), il faut se rendre à l’évidence: il manque de fun et on s’ennuie. Et ce malgré la présence du pauvre Robert Englund qui doit se demander ce qu’il est venu foutre ici.

Si vous cherchez un nanar, celui-ci fera l’affaire mais ne vous attendez pas à vous poiler du début à la fin, il n’atteint jamais le niveau de débilité d’un Shark Attack III. Pour preuve, on ne voit que deux paires de seins. Soupir.

Note:

Fuyez pauvres fous!!

Note nanar:

flam3

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s