Elysium de Neil Blomkamp (2013) par Tootsif

En 2154, il existe deux catégories de personnes : ceux très riches, qui vivent sur la parfaite station spatiale crée par les hommes appelée Elysium, et les autres, ceux qui vivent sur la Terre devenue surpeuplée et ruinée. La population de la Terre tente désespérément d’échapper aux crimes et à la pauvreté qui ne cessent de ne propager. Max, un homme ordinaire pour qui rejoindre Elysium est plus que vital, est la seule personne ayant une chance de rétablir l’égalité entre ces deux mondes. Alors que sa vie ne tient plus qu’à un fil, il hésite à prendre part à cette mission des plus dangereuses –  s’élever contre la Secrétaire Delacourt et ses forces armées – mais s’il réussit, il pourra sauver non seulement sa vie mais aussi celle de millions de personnes sur Terre.

Elysium-Neil-Blomkamp-Matt-Damon-Jodie-Foster-poster-affiche

IMPRESSION DE DÉJÀ-VU

En 2009, un petit gars sorti de nulle part (enfin d’Afrique du Sud pour être précis) mettait un bon coup de pied dans la fourmilière des films SF, genre assez moribond dans cette période là. En dynamitant les codes du genre avec une approche hyper réaliste et sociale, ainsi qu’en inversant le rapport de force traditionnel entre envahisseurs et envahis, Neil Bomkamp, puisque c’est de lui dont il s’agit, faisait, dès son premier film, son entrée dans la cours des grands et des cinéastes qu’il allait falloir suivre car, chapeauté en outre par Peter Jackson, les portes des grands studios et des budgets à 8 zéros lui semblaient grandes ouvertes.

Elysium-Neil-Blomkamp-Matt-Damon-Jodie-Foster-1

C’est donc avec impatience que je guettai la moindre nouvelle sur ses futurs projets mais, englué dans l’arlésienne Halo (la transposition cinématographique de la célèbre saga vidéoludique des consoles Microsoft) il faut attendre 2011 pour entendre parler de son nouveau projet. Et oui, fini  Halo (qui serait toujours dans les cartons coincé entre les projets de films tirés de World of Warcraft de Sam Raimi et Le Bioshock de Gore Verbinski) place à Elysium ! Elysium ? C’est quoi ça ? Et ben a priori un nouveau film de S-F à tendance action où le sous texte politique et social sont présents.

Bref sur le papier Elysium rappelle grandement son prédécesseur et nous montre qu’à l’instar d’un Del Toro, Blomkamp a des thèmes qu’il porte en lui et dont il semble nourrir chacun de ses films. Et, comme Del Toro englué pendants des années dans un projet qui l’ dépassé pour finalement l’abandonner (Le Hobbit dont Peter Jackson, tiens encore lui à croire qu’il aime faire perdre son temps à ses potes réal dans des projets quasi impossibles, le crédite quand même au scénar par pitié) il nous revient donc avec un film de S-F dont les diverses bandes annonces m’ont fait trépigner d’impatience.

elysium-neil-blomkamp-matt-damon-jodie-foster

Et comme pour Del Toro, je dirais simplement « tout ça pour ça ! ». Oui c’est cette désagréable impression qui m’a pris dès les premières minutes de film pour ne jamais me quitter. Alors je ne vais pas dire que c’est une énorme déception car si les bandes annonces donnaient envie, elles faisaient aussi ressortir la désagréable impression de voir une version gros budget de son District 9.

Et, au visionnage du film cette impression se trouve bel et bien confirmée et, pire que tout, le film est bien plus lourd et moins fin dans son écriture que son prédécesseur.

L’impression de déjà vu se ressent dans la structure même du métrage puisque le scénario reprend quasiment point par point celui de son prédécesseur. Une introduction assez longue qui pose le contexte historique, social, d’un monde qui se délite, divisé en 2 catégories (ici les riches et les pauvres renvoyant au distinguo envahis/envahisseurs) puis, un accident va pousser un individu à se battre et faire voler en éclat la barrière entre les classes, d’abord dans un but purement individualiste (sauver sa peau dans les 2 cas) puis altruiste pour que sa lutte profite à tous les plus démunis.

Elysium-Neil-Blomkamp-Matt-Damon-Jodie-Foster-2

Cela entraîne  donc une désagréable impression de déjà vu pour tous ceux qui connaissent District 9, rendant l’histoire ultra banalisée et prévisible. A aucun moment Blomkamp ne s’éloigne de la structure utilisée pour District 9 donnant l’impression d’un film sur des rails et ne les quittant à aucun moment.

Alors, certes, ceux qui n’ont pas vu District 9 n’auront pas ce sale goût dans la bouche et seront agréablement surpris par ce mélange plutôt habile entre une approche réaliste de la SF grâce à son contexte socio-politique crédible et hélas envisageable dans certaines régions du monde (c’est déjà le cas en Afrique du Sud, le pays de Blomkamp où les riches s’enferment dans des quartiers hautement sécurisés par des murs et des sociétés de gardiennage assez proches de milices militaires, pour se couper des populations pauvres et d’un des taux de criminalité les plus élevés du monde) et un côté action bien senti.

Malheureusement ce mélange n’est pas totalement réussi avec un script qui n’utilise pas au mieux de ses possibilités l’univers créé et surtout abusant d’effets de style pas forcément bien sentis rendant assez lourd le message social.

Elysium-Neil-Blomkamp-Matt-Damon-Jodie-Foster-6

Oui, l’idée d’Elysium est belle (même si elle fait peur), cette station spatiale refuge des élites et Terre promise pour les plus démunis, ces derniers prêts à mourir pour l’atteindre comme le font les immigrés africains ou cubains en se jetant sur des radeaux de fortunes pour rejoindre les pays occidentaux. Alors les « Elysiens » se protègent pour garder leur sanctuaire mais cette dimension protectrice et politique d’Elysium est trop peu et mal exploitée. Quel est cette forme de gouvernance, dirige t elle aussi la Terre et quels sont ses liens avec ce qui semble être des multinationales spécialisées dans l’armement. Toutes ces pistes sont juste amorcées et auraient du aller plus loin pour nourrir le récit.

Au contraire de ça, Blomkamp préfère  se recentrer sur son personnage principal et son passé pour lequel il nous balance en boucle des flashbacks et ralentis d’une lourdeur absolue et d’une utilité plus qu’incertaine pour apporter de la profondeur au récit. La force d’Elysium réside plus dans son univers que dans ses personnages et Blomkamp se fourvoie en essayant de donner de la profondeur à un personnage qui n’en mérite pas tant.

Le cœur du récit d’Elysium n’est donc pas aussi maitrisé qu’il devrait l’être et c’est aussi le cas pour les séquences d’actions. Oui, ces dernières pètent bien et le design des armes et véhicules a la classe (même si on sent que le développent d’Halo a été réutilisé ici avec les navettes spatiales qui ressemblent aux Pélicans, les navettes de Halo, tout comme le bouclier énergétique de Kruger) mais bordel qu’elles sont confuses (et je vais refaire mon vieux con, contrairement à celles de District 9), pas forcément inspirées (la scène finale) et qu’elles utilisent mal tout l’univers créé !

Elysium-Neil-Blomkamp-Matt-Damon-Jodie-Foster-5

On nous parle de tourelles de défense, de robots de sécurité sur Elysium et on n’en voit pas la trace d’un seul, rendant ainsi totalement inutile l’exosquelette utilisé par le personnage de Matt Damon (et ça aurait été sympa de lui retirer son t-shirt avant de lui greffer, enfin bon). Pas assez de combats contre les robots et une utilisation quasiment exclusivement contre Kruger qui en revêt un aussi, on a juste l’impression d’assister à un combat entre 2 hommes.

Bref on est ainsi très loin de la montée en puissance de District 9 et sa dernière demi-heure juste orgasmique niveau combat.

Elysium m’apparaît donc au final quasiment comme un remake à l’américaine de District 9 en jouant la carte de la surenchère, perdant ainsi de vue la fausse simplicité dont faisait preuve ce dernier.

Elysium-Neil-Blomkamp-Matt-Damon-Jodie-Foster-7

Certes ceux qui n’ont pas vu District 9 (et je leur conseille fortement de se précipiter dessus en sortant de la salle) n’y verront certes que du feu à ce niveau là mais, le film est quand même trop plein de défauts tant dans la construction de son récit que dans ses scènes d’action pour être plus qu’un sympathique divertissement. Et j’attendais bien plus de Blomkamp que ça.

Bof, pas terrible
Bof, pas terrible

« Elysium » de Neil Blomkamp (2013). Avec : Matt Damon, Jodie Foster, Sharlto Copley, Alice Braga. Distribué par Sony Pictures. Durée : 01 H 50

Advertisements

7 commentaires

  1. Bien bon film, contrairement à toi j’etais content de retrouver l’univers crade sf de district9, plus de moyens des thémes rarement abordés dans des blockbusters ricains une grosse mise en scéne quelques pointes de gore et un Sharlto Copley impressionant en bad buy digne d’un comic book, Damon est bon Braga aussi Foster parfaite en salope, Blomkap soigne son cv pour Halo, c’est clair

    J'aime

    • Mouais pas aussi enthousiaste; Le scénar et la structure sont pour moi trop copier/coller sur District 9 mais en moins réussi, il y a un côté plus lourd, trop appuyé pour que celà m’ait convaincu.
      Et Copley pour moi cabotine mille fois trop, c’est pas l’Agence tout risque ici !

      J'aime

  2. Faut pas toujours t’attendre à Des chefs d’oeuvres toots quand tu te fais une toile et apprecier le film tel qu’il l’est, un trés bon divertissement, Copley moi m’a bien plus dans son role à contre emploi, il apporte une trés légére touche de légereté à son role de « bastard » dans un film lourd et sa bohnommie m’a tjs plu meme dans des bouses comme « a-team »

    J'aime

  3. Même si je préfère District 9 (que j’ai revu il y a quelques jours – toujours aussi génial ce film), j’ai quand même beaucoup aimé Elysium. Je trouve toujours ce même mélange intelligent de divertissement SF et de message politique. C’est vrai qu’il y a des choses ressemblantes avec D9, mais j’ai trouvé que le film assez différent, je n’ai pas eu l’impression d’avoir eu un copié-collé, du coup j’ai pas été déçue.

    J'aime

  4. J’ai trouvé ça moins subtil et fin dans l’écriture que District 9 et surtout comme je le dis la structure du film est peu ou prou la même et cette désagréable impression m’a suivi tout le long du métrage, m’empêchant peut être de plus m’immerger dans le film.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s