Et si on parlait…de ninjas, NINJAS !!!! (par Flow)

Tout amateur de nanar connaît les films de ninjas. C’est presque un genre à part entière, qui a hélas aujourd’hui disparu. Même si ma préférence va aux navets mettant en scène des monstres géants, je dois avouer que j’ai toujours voulu mettre la main sur une pépite oubliée: Clash of the ninjas. Tout fan de série Z a entendu parler de ce film venu tout droit d’une autre dimension. Assez rare, il n’était connu que grâce à de courts extraits disponibles chez Nanarland. Il est aujourd’hui disponible dans un beau coffret DVD édité par Artus Film. Une réédition indispensable. On peut les remercier pour ça.

Clash-commando-clash-of-the-ninje-film-movie-poster-affiche

Maintenant qu’on a passé les préliminaires, parlons de ce chef-d’œuvre cinématographique de 1h20. Nous sommes en l’an de grâce 1986 et Godfrey Ho (sous un alias, sombre affaire expliquée ici) accouche de ce projet hors normes. Ce type est un génie. Un peu escroc mais surtout radin, il utilise une supercherie qui font de ses films d’impressionnants montages de conneries. Il utilise des images de films hong-kongais et filme une partie occidentale. Puis, il mélange les deux, aux dépends de toutes cohérence en intégrant des acteurs du premier dans le second ou en insérant des «observateurs» dans le premier. Ici, un ninja en noir qui observe les scènes du film hong-kongais (donc en fait il surveille ses propres hommes). Ils utilisent toutes sortes de techniques foireuses et de raccords pas très raccords pour donner de la crédibilité à leur «œuvre». Ringard et génial à la fois, ces procédés poussent à son paroxysme l’utilisation de l’ellipse (tellement que le résultat fait plus amas de scènes juxtaposées que film).

Clash-commando-clash-of-the-ninje-film-movie-3

Vous suivez? Non? Ce n’est pas très grave, il n’y a rien à comprendre. Sauf que les ninjas sont très puissants et cruels, que des cobayes s’échappent car…ben on ne sait pas en fait, que la maaaafia veut s’installer à Hong-Kong et que pour y parvenir ils ont un plan machiavéliquement horrible….dont on ne saura jamais rien, si ce n’est que ça implique un trafic d’organes (en plastique).

Mais l’intérêt est ailleurs, Ho transcende le besoin de scénario. En génie du cinéma, il prouve par le montage qu’on n’a pas besoin de considérations d’une telle bassesse. Et c’est presque étrange car ça fonctionne. On ne comprend rien à rien mais on est fasciné par une telle œuvre d’art. Tout est fait pour nous captiver.

Clash-commando-clash-of-the-ninje-film-movie-2

La mise en scène est d’une telle fluidité que ça en fait presque peur. Ainsi, beaucoup de scènes se déroulent…dans le noir total. Aucun éclairage. Impossible de savoir qui est qui. Une aberration, même avec un budget microscopique. Impardonnable pour tout film respectable mais totalement divin dans ce cas. Je ne parle même pas des chorégraphies des combats tellement géniales que même les Power Rangers n’en auraient pas voulu. Elles sont forcément accompagnées d’un bruitage unique (pour tous les types de coups) à faire pâlir d’envie Chuck Norris. Très fort!

Clash-commando-clash-of-the-ninje-film-movie-5

Ajoutez-y les pires doublages du monde et vous obtenez LA pépite du 7ème art. Jugez par vous-même, pour une dizaine de personnages, il doit y avoir trois doubleurs différents qui, du coup, forcent le trait pour distinguer les protagonistes. Du coup, les dialogues sont pitoyables pour notre plus grand bonheur. Les femmes ont toutes la même voix, les hommes ont des accents très prononcés (le méchant anglais est à mourir de rire entre ses Enfoirés d’Inteeeeepol et ses Fuck off!!!). Les acteurs n’arrangent forcément rien, ce qui donne des scènes surréalistes comme la tentative d’intimidation de Tong VS Quan. Du pur cinéma.

On se doit de faire un point sur le sujet du film. Les ninjas. Comme l’explique le héros, ils sont une branche des fameux samouraïs. Guerriers respectables, ils ont un goût de la mode très particulier en plus d’être immortels (sauf si un autre ninja s’en mêle). Très puissants, ils peuvent se téléporter (je vous laisse imaginer), se dédoubler (et bien plus encore), cracher du feu, faire tourner leur tête telle une toupie, piéger des bibles et exploser façon mannequin en mousse. Mais à part ça, ce sont des hommes comme vous et moi. Sauf qu’ils sont très secrets et adorent s’infiltrer. Ça ne s’invente pas.

Vous l’aurez compris, Clash of the ninjas est une perle du 2 en 1. Deux films à l’histoire distincte donnant un imbroglio scénaristique sans queue ni tête, porté par un casting hors norme et une réalisation digne des plus grands. A découvrir d’urgence.

Clash-commando-clash-of-the-ninje-film-movie-7

Le regard du devoir accompli.

PS: La pire scène de sexe de l’histoire du cinéma.

C’est la version courte. Croyez-le ou non mais à la fin, ils simulent un orgasme.

PS2: Dans ce beau coffret, il n’y a pas que ce chef-d’œuvre du cinéma contemporain (et je pèse mes mots). Deux autres films viennent compléter cette trilogie du ninja, NINJA!!!!

Ninja in action repose sur les mêmes procédés douteux qui font du 2 en 1 un art. Montage foireux, raccord gros comme une maison et j’en passe. Le scénario est encore moins compréhensible que celui de Clash of The Ninjas (une sombre affaire de diamants volés), mais le méchant est le même (et il joue toujours aussi mal). Sans atteindre le niveau du maître, il est tout de même bien trippant. On y voit des tétons, un chinois rasta, des diamants donc, une relation amoureuse un peu spéciale (Rose trompe Allen avec son frère puis inversement avant de se faire insulter par l’un, puis par l’autre et de les tromper avec le fils adoptif de Mr X… Quoi????), quelques figurants ninjas pour faire genre et quelques scènes occidentales. Mais en fait, ils se sont pas fait chier à chercher de la cohérence, ils ont juste laissé le film hong-kongais quasiment en entier. Deux détails marrants. On ne tue pas un ninja, on lui enlève sa marque car c’est pire que la mort (ce qui le pousse au suicide. Du coup le résultat est le même, non?). Et il y a un dieu tout puissant des ninjas. On ne l’a jamais vu mais c’est toujours mieux quand on imagine.

Clash-commando-clash-of-the-ninje-film-movie-4

Sinon, ce film contient la scène la plus débile du monde. Le méchant reçoit un coup de fil. Apparemment un couple fout le bordel dans ses plans. Envoyez-leur un ninja, s’écrie-t-il. Coupure franche (avant même la fin de la scène), on suit désormais le fameux couple. Un ninja les attaque. Ils le tuent. Coupure franche. Le méchant re-reçoit un appel. Quoi? Un ninja n’a pas suffi! Envoyez-en deux! Coupure franche. Je vous laisse imaginer la suite… Magique.

PS3: Le troisième film est Ninja: American Warrior. Je ne l’ai pas vu (je tiens à ma santé mentale). Marc oui (ça fait longtemps que son cerveau a rendu l’âme). La critique ici.

PS4 (elle sort fin novembre, achetez-la!): Pour torturer un ninja, deux solutions. Lui brûler les burnes avec un briquet (Bic de préférence), ou alors avec une technique ancestrale et secrète: l’acupuncture chinoise. On pourrait en parler pendant des heures…

…mais vaut peut-être mieux s’arrêter là.

plaisir-coupable

 

Advertisements

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s