The lords of Salem de Rob Zombie (2012) par Mat Castle

A Salem, une employée de station de radio reçoit et passe un vinyle dans le sens contraire, ce qui modifie le comportement de toutes les femmes de la ville.Une histoire de sorcellerie que tentera de percer à jour un écrivain mais qui le menera à sa perte, lui et surtout Heidi la DJ responsable malgrè elle de tout ce foutoir…

the_lors_of_salem

THE BLAIR WITCH REJECTS

Aussi adulé que profondément detesté par le milieu cinéphilique (mais pas seulement), Robert Cummings AKA Rob Zombie nous revient avec son nouveau méfait qui divisera (quelle surprise) encore  les fans, parfois volubiles, de films de genre. Surement écoeuré et échaudé par le traitement des producteurs (qu’il aura bien cherché quelque part) et des reactions négatives des fans de la première heure par rapport à ses relectures (inégales) du mythe « Halloween« , le barbu metalleu bifurque dans l’indépendant et le budjet réduit au détriment de la maille des studios pour imposer sans parasitage sa vision toute personelle des films d’épouvante.

lords-of-salem

Zombie n’aime pas les produits horrifiques récents, lui biberonné aux vieux films de monstres d’Universal, il apprécie les ambiances des premiers Polanski ou Roeg avec la mise en abyme de ses protagonistes privilégiée par rapport au sensationnel des prod’ putassières de notre époque. Et « The lords of Salem » respire par touts les pores cette période révolue. De longs plans et travellings ont davantage leur place ici que les montages « cut » ou « found footage » appréciés par le public actuel qui ne se retrouvera pas du tout dans le métrage proposé.

Zombie joues sur l’émotion, les non dits et une atmosphère anxiogène pour nous mettre mal à l’aise et triste par rapport au destin funèbre de son héroïne. Quoi qu’il arrive, nous savons dès le départ que l’happy ending ne sera pas de mise (et ce n’est pas dans l’ habitude du Papa de « Hellbilly Deluxe » de toute façon) et l’empathie pour Heidi est palpable de suite.

Lords-of-salem

De son passé pas très glorieux, à son amourette touchante et compliquée avec son collègue zicos à la pilosité affirmée?! (ça ne vous rappelle personne?) on soutient facilement cette personne terriblement humaine. La compo’ mélancolique  de Sheri Moon est à ce propos assez saisissante il faut l’admettre (bien loin de ses perfs hystériques de « The Devil Rejects » et de « La maison des 1000 morts » mais déjà entraperçues dans le début du premier « Halloween« ).

lords_of_salem

Un « spleen » qui parcourt de bout en bout l’œuvre de Zombie jusqu’à l’épilogue éprouvant malgré des images involontairement burlesques qui amoindrissent le sujet. Des plans baroques ou délires visuels qui plombaient déjà grandement la séquelle de son  » Michael Myers reboot ». Moins envahissants que dans « Halloween 2 » ces moments desservent quand même bien « The Lords of Salem ». On sent aussi que l’émotion prend le pas sur la narration qui tourne un peu à vide à un peu plus de la moitié du film.

the-lords-of-salem

Privé de ses tics du réal (ambiance redneck, sympathie pour les méchants de ses histoires, les images subliminales tant quand a elles, persistent malheureusement) Rob Zombie nous livre son film le plus personnel et le plus intime. Moins définitif que « The Devil Rejects » (mais ça c’est mon avis) « The Lords of Salem » malgré ses carences (scénaristiques) inaugure néanmoins un potentiel insoupçonné pour Cummings et un optimisme réel pour la suite de sa carrière au cinéma.

bienmaissansplus

Publicités

2 commentaires

  1. Complètement synchrone avec l’avis énoncé ci-dessus. Malgré tous les défauts cités, je n’arrive pas consumer ce film dans la fournaise critique, sans doute suis-je encore trop assujetti par la noblesse de Rob. Ce type doit être le descendant d’un sorcier, c’est sûr.

    J'aime

  2. Rob Zombie à l’air d’être une sacré tête de mule quitte à saboter parfois son propre travail (musique et cinéma) quand il n’est pas satisfait,motivé ou emmerdé par des producteurs et leurs contrats. Mais je suis convaincu qu’avec ses expériences pas tjs heureuses, il nous pondra un de ces quatre un petit classique instantané de l’horreur, vu les réals’ actuels je ne vois pas qui d’autre pourrait le faire

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s