Hotline Miami de Dennaton Games (2012) par Tootsif

TRIPES SOUS ACIDE

En filigrane de mes chroniques vous avez pu apercevoir ma passion pour les jeux vidéos et, pourtant jusqu’à présent je n’avais pas passé le cap  d’aller jusqu’à en faire une chronique. Pourquoi ? Et bien j’en sais foutrement rien? Peut être parce que je ne me voyais pas en parler sur un blog dont la vocation première était le cinéma. Et le boss m’a alpagué en me disant que j’étais franchement con tant les deux médias tendaient à se rapprocher et s’inspiraient l’un de l’autre et que, « bordel, si tu ponds pas fissa une chronique sur un jeu vidéo je te défonce les mains à coups de marteau comme ça tu pourras plus y jouer à tes putains de jeux ! ». Ouais il est comme ça le patron il sait trouver les mots pour vous faire sauter le pas ! (non plus sérieusement il m’a simplement envoyé un « Hey, ça serait cool que tu nous fasses enfin une chronique jeu vidéo. » Ouais, je sais la réalité est toujours moins belle).

hotline-miami- 1

Donc je vais vous parler dans cette nouvelle rubrique d’un jeu vidéo et pour la première je vais vous parler d’un de mes coups de coeur découvert cette année, d’une tuerie tant sensorielle que vidéoludique : Hotline Miami.

Hotline Miami c’est quoi me direz vous ? Et bien, je vais vous faire le résumé d’une partie. Une vue de haut qui rappelle les premiers GTA et des couleurs criardes et saturées dignes de l’époque 8 bits posent d’emblée le décor : soit vous adhérez à cette esthétique 2d soit vous détestez. D’emblée le jeu impose donc un choix au joueur : vous êtes avec lui ou contre lui.

Intrigué je lance alors une partie. Je rentre alors dans un bâtiment en fracassant une porte et par la même occasion le mec armé qui se trouvait derrière, j’en profite alors pour ramasser sa batte de baseball et la balancer à la gueule de son congénère situé 2 pas plus loin avant de le finir en lui démontant la gueule contre le sol. Chouette il a un flingue ! Je m’en saisis alors et ouvre la porte suivante où je me prends un coup de barre à mine en pleine gueule. Je suis mort. 10 secondes de jeu viennent à peine de s’écouler.

hotline - miami - 2

Pas grave, je recommence. Hop je refracasse cette putain de porte et le mec derrière, ressaisis sa batte et merde, j’ai loupé l’autre gugusse qui me plombe la tronche. Mort. 5 secondes de jeu.

Et on y retourne. Je vais me les faire ces fils de pute ! Pourquoi ? J’en sais rien ils ont qu’à pas me résister et car des mecs à tête/masque de cheval, coq, hibou me l’ont demandé ! Non je ne suis pas fou !

Haaaaaaaaaaaaaaaa ! 9a y est ! Ils sont tous morts ces enculés ! Je lève la tête de mon écran. Voilà plus de 2 heures que je joue ! Pourtant dans mon esprit à peine 1 minute semble s’être écoulée !

Hotline Miami est donc une expérience extra sensorielle qui vous déconnecte de la réalité (je sais ça fait flipper dit comme ça mais croyez moi qu’il n’y a pas de quoi), un trip hypnotique où vous faites corps avec le gameplay.

hotline - miami - 4

Comment le jeu arrive t il à faire cela ? Il y a déjà ses graphismes comme je vous l’ai déjà dit. Ces derniers simples mais jamais simplistes (le détail des animations de mise à mort est juste délicieusement dégueulasse), à l’esthétique 90’s vous décollent la rétine tandis que la bande son électro vous déchire les tympans et vous met dans un état second avec ces beats entêtants, enivrants.

Et il y a ce putain de gameplay ! D’une précision exemplaire (sauf pour les gars aux gros doigts comme moi qui ont du mal avec la maniabilité à 2 sticks, un pour se déplacer, un pour viser) chaque erreur, chaque action effectuée avec un temps de retard entraînera votre mort. Punitif ? Assurément. Frustrant ? A aucun moment. Chaque mort est entièrement de votre faute. La mauvaise anticipation d’une action d’un garde, l’imprécision d’un déplacement de stick de votre part, chacun de vos errements ou moments d’inattention entrainera votre mort.

hotline - miami - 3

Mais, ce n’est pas grave car le jeu reprend aussitôt et notre volonté de progresser s’en trouve réaffirmée. On tente une approche d’une autre manière, on évite le piège dans lequel on était tombé quelques secondes plus tôt renforçant ainsi notre conviction à progresser. La musique nous atteint directement au cerveau, nos mains agissent de leur propre volonté, nos pupilles se dilatent, vous êtes un tourbillon mortel et chaque exécution réussie vous arrache un rictus de satisfaction.

Alors malsain Hotline Miami ? Non car l’environnement violent du jeu sert principalement à la tension du jeu et à la mise en scène de son gameplay hardcore, distillant ainsi une tension permanente. Les seuls moments de répit interviendront après chaque mission où l’on plonge dans le quotidien délirant de notre anti-héros entre achat de pizzas et conversations hallucinées avec des personnages à têtes d’animaux  le tout dans un appartement en perpétuelle mutation.

Hotline Miami est donc autant une expérience proche du trip hallucinogène qu’un jeu au gameplay ciselé, les 2 fusionnants parfaitement pour en faire une expérience totalement addictive.

(En petit bonus vous trouverez sous cette chronique l’intégralité de la démentielle bande-son)

Flam6

Développé par Dennaton Games. Edité par Devolver Digital. Disponible sur : PC – PS3 – PSVITA.

Publicités

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s