Inside Man : l’Homme de l’Intérieur de Spike Lee (2006) par Tootsif

Ce devait être le hold-up parfait, le chef-d’oeuvre d’un génie du crime.
Le décor : une grande banque de Manhattan. Les protagonistes : un commando masqué, cagoulé, lunetté et des dizaines d’otages affolés, contraints de revêtir la même combinaison passe-partout que les braqueurs.
L’enjeu : la salle des coffres et ses trésors ? Ou un vieux secret dont seuls deux personnes connaissent l’importance.
Aujourd’hui, confiné dans une cellule, le cerveau de la bande s’explique. Mais attention, chaque mot compte, et aucun indice ne vous sera livré au hasard. Prêts ?
Ce matin-là, donc, quatre peintres en batiment franchissaient le seuil de la Manhattan Trust Bank...

affiche inside man

BRAQUAGE AYANT MAL TOURNE

Je suis un esprit faible, facilement influençable par les choses auxquelles je joues/lis/vois et que j’apprécie. Ainsi après plus de 40 heures passées sur GTA V et ses géniales séquences de braquages j’ai envie de mater un film de……..braquage ! (Bon Captain Calva qui a dit de SF tu sors !). Et c’est donc sur cet Inside Man que j’ai jeté mon dévolu. Pour mon plus grand regret.

Oui, direct d’entrée, j’annonce Inside Man c’est de la merde. Je m’étais bien aperçu que Spike Lee avait franchement baissé dans la qualité de ses films depuis ses films socio-politique de la fin des années 80/début des années 90 mais nous livrer ça, ça fait franchement mal.

image inside man - 1

Le problème vient peut être en partie du fait que Inside Man n’est hélas pas un simple film de braquage. En effet, le film se complait dans un scenario faussement complexe avec sous intrigues à tiroirs totalement ratées.

Le souci principal du film vient du fait que ce dernier ne donne à aucun moment les clefs de sa compréhension car de trop nombreuses zones d’ombre sont présentes pour en comprendre clairement les tenants et aboutissants. Là, je sens que vous allez me dire que, justement c’est normal qu’un film ne donne pas toutes les informations au spectateur, que ce dernier doit aussi faire un travail de réflexion au visionnage, car à trop le prendre par la main on le prend pour un con et on aboutit à des films bas du front.

image inside man - 2

Ce à quoi je répondrai que vous avez raison mais Inside Man manque clairement des éléments nécessaires pour rentrer correctement dans le film (comment certains personnages peuvent ils être en possession de certaines informations, on nous met ainsi devant certains faits accomplis difficilement compréhensibles) mais surtout le film est truffé, si ce n’est d’incohérences, tout du moins de de choix scénaristiques complètement farfelus (alors là il m’est difficile d’en dire plus sans spoiler mais voir le négociateur ne pas compter le nombre exact d’otage me semble assez hallucinant et n’est qu’un des nombreux éléments interpellant le spectateur) conduisant ainsi ce dernier à une conclusion totalement ubuesque.

On rentre ainsi à aucun moment dans le film tant ce dernier semble obscur et incohérent et que la conclusion finale apporte à tout cela des réponses tant bancales qu’absurdes.

image inside man - 3

Bref on a un scénar de merde et hélas aussi une réalisation et mise en scène de merde. Bouh que je suis méchant, d’autant que certains diront que le film transpire la classe ! Non, les gars, désolé, en faire 50000 fois trop dans la mise en scène et dans le jeu d’acteur est tout sauf transpirer la classe !

En effet, tout est chiant dans Inside Man, le film voulant nous montrer que le film est bien loin d’être un simple film de braquage nous balance tout une tripotée de personnage « dont on ne sait pas tout » mais terriblement inutilement bavards rendant ainsi le film d’une mollesse sans nom. Ben ouais, désolé mais des dialogues où chacun des protagonistes croit manipuler l’autre, où tout se joue sur le non-dit, le faux-semblant c’est sympa que lorsque ça mène à quelque chose et non quand ça tourne à vide et que l’on ne comprend à aucun moment les intérêts des divers protagonistes.

image inside man - 4

Ainsi, par politesse je ne parlerai pas du personnage de Jodie Foster dont on se demande tout le long ce qu’elle fout là pour me concentrer sur celui de Denzel Washington (oui, un film de Spike Lee sans Denzel c’est pas possible). Alors déjà Monsieur Washington en fait des caisses, ce qui a du mal à coller à sa fonction dans le film (négociateur de prise d’otages) et surtout son personnage est d’une incompétence hallucinante nuisant à toute la crédibilité des situations proposées.

Et puis la réal en fait en effet des caisses et ce dès son introduction complètement prétentieuse alors que le résultat est globalement d’une mollesse sans nom. Entre un assaut imaginaire aussi inutile que pérave, des scènes d’interrogatoires tout aussi inutiles que moches, Spike Lee nous fait la totale du réalisateur qui pète plus haut que son cul.

Bref, moi je vais retrouver Mickael, Franklin et surtout Trevor !

Flam1

« Inside Man : l’Homme de l’Intérieur » de Spike Lee (2006). Avec : Denzel Washington, Clive Owen, Jodie Foster, Willem Dafoe. Distribué par United International Pictures. Durée : 02 H 10.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s