Et si on parlait…de toutes ces séries que je n’ai pas eu le temps de critiquer par Flow

Serie-TV

Je l’avais promis il y a de ça longtemps et il débarque enfin cet article que j’avais dans les cartons (depuis juillet) mais que (très honnêtement) j’avais oublié. Tour d’horizon de quelques saisons de séries TV de cette année 2012/2013.

Justified 3 créée par Graham Yost.

JUSTIFIED-S3-NOUVEAU-POSTER-XL

La saison 2 de Justified était une petite pépite. Une de celles qu’on a la chance de voir que très rarement. Du coup, on attendait beaucoup de cette saison 3. Peut-être un peu trop d’ailleurs. La déception fut donc immense. Pourtant, cette nouvelle histoire commençait bien avec ses deux bad-guys inquiétants. Un psychopathe avec arme rétractable ainsi qu’un boucher imposant qui règne sur une petite communauté installée sur les montagnes. Sans oublier Boyd, toujours prêt à faire un sale coup et Dickie Bennet, le dernier survivant du clan qui a fait les belles heures de la saison 2. Tout ce beau monde est prêt à toutes les extrémités pour mettre la main sur le fric caché de la matriarche disparue dans le dernier season finale. Tout un programme. Hélas, le résultat n’est jamais à la hauteur des promesses initiales. Les scénaristes étaient conscients qu’on en attendait plus. Du coup, ils sont tombés dans un écueil grossier: la surenchère. Les méchants deviennent ridicules (Limehouse avec ses porcs est une grossière caricature), Boyd tourne en rond (méchant pas vraiment méchant car il faudrait alors l’amener vers sa fin), etc… Pire, Raylan semble absent. Avec tous ces personnages, il n’est plus au cœur de l’intrigue et on en perd l’essence de la série. Son combat pour quitter Harlan d’un côté et le «destin» qui l’y ramène constamment de l’autre passe au second plan. C’est une erreur. Finalement, on se souviendra seulement de cette magnifique scène conclusive, pleine de mélancolie, qui renvoie le marshall face à ses démons: l’absence du père, alors que lui-même s’apprête à le devenir.

Justified 4 créée par Graham Yost.

Justified_S4_DVD_e

Aux contraires des scénaristes de Dexter, ceux de Justified sont attentifs aux critiques des fans. Et ça, c’est bien. Sans être du niveau de la saison 2 (les personnages secondaires sont moins brillants), cette quatrième fournée est de très haut niveau. Scénaristiquement, rien n’est laissé au hasard. Chaque personnage, chaque petite intrigue sert le plan d’ensemble: la traque de Drew Thompson. Raylan retrouve sa place centrale (l’histoire naissant dans le passé trouble de sa famille) ce qui permet aux scénaristes de faire avancer le personnage. Conclusion avec le père (même si avec sa paternité proche, le fantôme de Arlo ne sera jamais loin) à la hauteur de leur relation et prise de conscience sans concession dans le dernier acte: il ne pourra jamais échapper à ce qu’il est. Et ce malgré toute sa bonne volonté.

Seul bémol, Boyd attend son heure et tourne en rond malgré le talent de Walton Goggins. Dommage, même si ça n’empêche pas Justified d’être une des meilleures séries actuellement à l’antenne. A mon humble avis.

Spartacus 3 créée par Steven S. DeKnight.

Spartacus-3

Ah Spartacus ! Quelle étrange série… J’imagine bien les créateurs s’asseoir autour d’une table et dire: «L’histoire est un énorme film porno ! Et si on en faisait une série ! Elle aurait forcément du succès !»

Et je suis certain de ne pas exagérer énormément. Avec leurs allures de porno soft, leurs simplifications historiques, leurs intrigues ringardes et leurs combats affreusement cheaps, les deux premières saisons de Spartacus m’ont beaucoup fait rire. Cet ultime chapitre s’intéresse à la chute du gladiateur rebelle. Et étonnamment, c’était plutôt pas mal. Les défauts évoqués ci-dessus sont toujours présents mais ils n’interfèrent pas avec la volonté des scénaristes de clôturer leur histoire de belle manière. Ils ont su titiller le féru d’histoire que je suis. Spartacus ne demeurera pas dans les annales de la télévision mais restera un divertissement atypique capable d’attirer la sympathie en étant parfaitement mauvaise.

Person of Interest 2 créée par Jonathan Nolan.

PoI

La première saison m’avait bien plu, à mon plus grand étonnement. En effet, c’est un procedural made in CBS, à la manière des Experts. Donc un show qui suit une formule immuable et répétitive: un épisode, une enquête. Et ce pour une raison simple. Vous pouvez rater la moitié de la saison sans être perdu dans la continuité. Je suis certain que ce type de séries à ses fans mais personnellement, je déteste ça. Pourtant, POI est différente. En se cantonnant à cette formule de base, la série transfigure le genre afin de bâtir une mythologie d’une richesse insoupçonnable. La saison 2 continue sur cette lancée et fait encore mieux. Tout ce qui touche à la Machine est passionnant. De plus, l’histoire est racontée de son point de vue ajoutant au charme de l’ensemble. De quoi supporter les loners un peu en deçà. Vivement la suite (note du 01/12/13: elle commence fort la suite. N’attendez plus!) !

Arrow créée par Andrew Kreisberg.

arrowinternational.jpg

Dernière fois que j’évoque le cas de l’archer vert. En début de saison 1, j’étais enthousiaste. Dans le cadre d’une série CW et avec les limites que cela implique en termes de moyens et d’ambition, il y avait un potentiel certain. Plus adulte et moins «culcul» que la moyenne des séries de la chaîne, on était en droit d’espérer. Las, à la fin de la saison, Arrow est rentré dans le rang et a achevé sa smallvilisation. Dommage.

The Following créée par Kevin Williamson.

The-following-poster

Autre grosse déception de cette année série. Sur un scénario de Kévin Williamson (le papa de Scream), on suit les aventures d’une secte de serials killers (oui oui) poursuivis par une brochette d’agents du FBI (presque) aussi incompétents que les flics du Miami Metro (Dexter). Ça commençait comme un pur polar avec un tueur charismatique à capturer pour finir en bouffonnerie avec des taupes infiltrées à chaque coin de rue. Ça se laisse regarder mais c’est presque tout.

The Americans créée par Joe Weisberg.

the-americans-poster

Grosse surprise de la mi-saison et encore une bonne pioche pour la chaîne câblée FX. Suivant les pérégrinations d’un duo d’espions du KGB qui se fait passer pour un couple d’Américains modèle, la série nous replonge en pleine guerre froide (on est dans les années 80) avec un talent certain. Anti-spectaculaire et portée par un casting ultra-solide, la série prend son temps pour nous raconter son histoire (trop diront ses détracteurs). Un parti-pris que j’apprécie. Une bonne saison qui laisse entrevoir un potentiel certain. En espérant qu’il soit confirmé par la saison 2.

Rectify créée par Ray McKinnon.

Rectify-affiche

S’il ne fallait retenir qu’une seule nouvelle série de la saison 2012-2013, se serait Rectify. Deuxième création de Sundance Channel et composée de seulement six épisodes (ce n’est pas suffisant !!!), la série raconte l’histoire de Daniel Holden, libéré après dix-neuf ans passés dans le couloir de la mort, pour le viol et le meurtre de sa petite amie, après la découverte de nouvelles preuves ADN qui pourraient le disculper.

Bouleversé par une telle épreuve, la réadaptation de Daniel à la vie dans le monde extérieur n’est pas simple. La saison se concentre sur cette thématique. Mais elle ne se contente pas de montrer uniquement les effets que la situation a sur le condamné à mort. Elle nous invite aussi à observer le bouleversement que ce retour inespéré constitue pour son entourage. Avec son casting épatant et sa réalisation éblouissante, Rectify nous immerge dès les premières minutes dans son univers tour à tour mélancolique et oppressant. Un pur bijou qui joue aussi sur la culpabilité de Daniel qui (du moins au début) n’est pas clairement établie ou réfutée. Un must-see! Assurément.

Prochain article le 15/12/13: Et si on parlait de la rentrée séries US. J’ai tout vu et ce n’est pas fameux…

Publicités

2 commentaires

  1. Pour ma part, j’ai vraiment accroché à The Following ! Bon, c’est vrai que les flics passent pour des bras cassés et que les raisons de la création de cette secte sont assez… comment dire, étranges, mais j’avais à chaque fois hâte de voir le prochain épisode. J’espère cependant que la saison 2 tiendra debout…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s