Brothers : A Tale of Two Sons de Starbreeze Studios (2013) par Tootsif

affiche brothers

CONTE DOUX-AMER

Depuis environ deux années j’ai de plus en plus de mal avec le jeu vidéo venant des éditeurs classiques, ces derniers minimisant de plus en plus les prises de risques pour ne ressortir ad nauseam les mêmes recettes éculées. S’en suit donc un sentiment de lassitude profond avec des histoires/héros/mécanismes de jeux interchangeables d’une franchise à une autre.

Je me suis donc en grande partie tourné vers le jeux indépendant où les studios peuvent se permettre des prises de risque tant au niveau du gameplay que de l’histoire. Ainsi j’ai pu m’essayer à des perles comme Flower, Journey, Hotline Miami ou Lone Survivor.

image brothers - 1

Il faut croire que cette volonté de prise de risque, de sortir des sentiers battus commence à toucher des studios plus gros du monde du jeux vidéos, puisque là c’est Starbreeze, studio à l’origine de FPS (mais où on sentait déjà poindre une volonté de faire plus que du FPS bas du front) comme Les Chroniques de Riddick ou The Darkness, qu idécide de quitter les circuits classiques de distribution pour se lancer dans le circuit indépendant avec ce Brothers : A Tale of Two Sons, véritable pont entre le monde du jeu vidéo et celui du cinéma.

Brothers va vous conter l’histoire de 2 frères qui partent à l’aventure afin de rechercher un remède afin de sauver leur père gravement malade. La première spécificité du jeu c’est que l’on incarne simultanément les 2 frères. Chacun d’entre eux se voyant attribuer un des sticks pour se mouvoir  et la gâchette associée pour interagir.

image brothers - 3

Alors, au début c’est assez perturbant de diriger deux personnages en même temps mais ce gameplay prend tout son sens pour entrer dans l’histoire puisque les 2 frères tendent au même objectif et ont besoin l’un de l’autre pour avancer dans leur quête. Le jeu va donc ici plus loin dans l’interaction du joueur et son implication dans une histoire comprenant  2 personnages. En effet, alors que dans un Ico ou dans un Last Of Us les réactions du 2ème personnage sont automatisées suivant les actions du joueur et des situations proposées, ici c’est au joueur de provoquer les réactions des 2 frères en se glissant dans la peau de l’un ou de l’autre. En effet, chacun des 2 frères réagira différemment selon les saynètes proposées ou alors ils se complèteront pour réaliser des actions en commun.

Car en effet, lors de leurs péripéties nos 2 frères seront confrontées à moultes épreuves : entre énigmes, scènes d’escalade, fuite, le jeu nous propose sans cesse des situations différentes et emporte à chaque fois notre adhésion tant les idées sont bien trouvées et que les différentes saynètes se font tour à tour touchantes, épiques ou angoissantes.

image brothers - 4

A cela il faut ajouter, à la musique somptueuse, le renouvellement constant des décors juste magnifiques dans leur esthétisme et les angles de vues proposées. Il est alors ici dommageable que la technique ne suive pas toujours avec des micro-freezes lorsque l’on atteint les checkpoints et des temps de chargement lors des changement d’environnements. Ces problèmes techniques coupent un peu le rythme de l’histoire et nous en sortent hélas un peu.

L’autre point faible viendra de la faible durée de vie du titre puisqu’il faudra moins de 4 heures pour le boucler et que l’aventure,une fois l’habitude prise de diriger deux personnages en même temps, est d’une grande simplicité tant dans la dextérité demandée que dans la faible complexité des énigmes. Ce qui est dommage car nos héros étant deux jeunes garçons j’aurais aimé qu’ils soient plus à la merci/dépassés par les évènements et leur environnement.

image brothers - 5

Et, comme la replay-value est inexistante du fait que la force du jeu repose dans son histoire, rendant difficile d’y retourner une fois cette dernière achevée, le prix (13 € sur le playstation store) semble un poil prohibitif.

Mais il ne faudrait pas que ces éléments rebutent les joueurs en mal de sensations nouvelles et d’un récit très fort, tout en finesse et délicatesse dans son écriture (contrairement aux gros sabots d’un David Cage avec son Heavy Rain) qui touchera nombre d’entre eux. Et d’un autre côté ces éléments (simplicité des mécanismes de jeu et histoire courte occupant 2 soirées) associés à la force de son récit et à une belle mise en scène des liens filiaux et fraternels ouvrira le jeu vidéo aux non-joueurs.

Une plongée onirique et mélancolique que peu de titres avaient jusqu’ici réussi à atteindre.

excellent, au dessus de la mélée
excellent, au dessus de la mêlée

brothers : A Tale of Two Sons » de Starbreeze Studios (2013).

Disponible sur : PC, PS3, Xbox 360.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s