Uncharted : Golden Abyss de Sony Bend (2012) par Tootsif

Nathan Drake part, à la demande de son ami Dante, sur les traces d’une expédition espagnole perdue il y a 400 ans dans une jungle d’Amérique centrale à la recherche d’une cité emplie d’or. Malheureusement en chemin il croisera la route d’un ex-général lui aussi à la recherche de cet or pour financer sa révolution. Bref les ennuis ne vont pas encore lâcher Nathan.

affiche uncharted

UNE GRANDE AVENTURE DANS LE CREUX DE LA MAIN

Si Sony ne voulait pas revivre le calvaire de la psp en occident avec l’absence de licences fortes à la sortie de cette dernière, il fallait donc frapper un grand coup à la sortie de sa nouvelle bête de poche la vita. Et quoi de mieux pour cela que de nous proposer une version portable de sa nouvelle licence phare sur console de salon, c’est à dire la série des Uncharted.En effet, en l’espace de 3 volets la licence du studio Naughty Dog (Les Crash Bandicoot, Jak and Daxter) s’est imposée comme la nouvelle vitrine de la marque Playstation. Il faut dire que son mélange d’action-aventure très cinématographique nous emmène sur les pistes d’un clone d’Indiana Jones , Nathan Drake, tout aussi doué que son illustre modèle pour se battre, balancer des vannes et déférer des trésors.

presentation uncharted

C’est donc Nathan Drake qui sera le fer de lance de l’arrivée de la vita. Bon mauvaise nouvelle c’est pas Naughty Dog qui s’en occupait, mais bonne nouvlle, c’est un épisode inédit et non le portage au rabais d’un épisode déjà sorti.

HISTOIRE ET PERSONNAGES :

La série Uncharted s’est inscrit dès le départ dans la lignée de la saga cinématographique initiée par Georges Lucas et Steven Spielberg, Indiana Jones. On y suit en effet la trace de Nathan Drake, explorateur/pilleur de son état qui parcourt les 4 coins du monde pour voir si les trésors des légendes existent bel et bien. Bref ça nous renvoit aussi a du Tomb Raider à qui la saga doit beaucoup. Mais la série Uncharted a toujours eu un côté plus cinématographique son aînée (sauf le reboot opéré par le dernier opus) avec ses trahisons, rebondissements à tour de bras.

uncharted - 1

Ici donc Nathan Drake se trouve embarqué par une vieille connaissance un brin roublarde, Dante, qui le balance dans un pays en plein coup d’état pour rechercher une mystérieuse expédition espagnole disparue il y a 400 ans à la recherche d’une mystérieuse citée d’or.

Le scénario se laisse suivre sans déplaisir même si la structure au bout de 4 épisodes commence un poil à tourner en rond et à donner une impression de déjà vu. On sait globalement qui sont les salopards de service, à quels types d’évènements on va avoir droit mais c’est franchement bien fait donc on est bien dedans et le personnage, charismatique, de Nathan Drake mix  réussi entre Indiana Jones, Han Solo avec sa faculté à distribuer aussi bien les coups de poings que les répliques sympas est toujours aussi attachant.

uncharted - 2

REALISATION :

La série Uncharted qui avait commencé dans un relatif anonymat pour son premier opus avait ensuite éclatée au grand jour avec un deuxième opus qui défonçait la rétine et qui se maintien toujours dans le top 5 des plus beaux jeux de cette génération. Le troisième opus, s’il ne foutait pas la même claque que son prédécesseur, confirmait la maestria de Naughty Dog a exploité une console que nombre de développeurs trouvaient chiantes à programmer pour en tirer le meilleur.

Il fallait donc que cet opus portable soit à la hauteur de ses illustres aînés. La question qui se posait alors c’est : est ce que les développeurs allaient retranscrire la surpuissance visuelle d’un Uncharted de salon sur une console portable (donc a priori moins puissante) ? Le doute était d’autant plus permis que, de un, ce n’était pas les créateurs originels d’Uncharted qui s’en occupaient, et de deux, il est toujours difficile de maîtriser totalement une nouvelle machine à sa sortie.

uncharted - 3

Et bien faites fi de tous vos doutes, dès les premiers pas Uncharted vous déchire la rétine et vous fait dire qu’ils ont foutu un Uncharted de salon dans le creux de votre main. Alors on se penchant de plus près on s’aperçoit que, oui, le jeu n’a pas la finesse des 2 derniers opus sortis sur console de salon, mais il se hisse sans difficulté à la hauteur du premier volet (avec une modélisation plus réussie des personnages).

On a là le jeu le plus beau jamais sorti sur console portable (et plus d’un an après c’est toujours le cas) et les développeurs ne font aucune concession pour nous faire revivre les moments forts habituels d’un Uncharted : gunfights musclés, escalade de temples gigantesques….

uncharted - 4

Ajoutez à celà des animations sans failles et une musique qui fait le job avec le désormais incontournable thème principal et vous obtenez un titre qui, du point de vue de la réalisation déboîte.

GAMEPLAY :

Sony a voulu faire fort avec sa vita en regroupant sur une console les sensations traditionnels du gamer avec la présence de 2 sticks (Hallelujah ! car maintenant c’est juste indispensable avec les jeux en 3d, hein Mr Nintendo et sa 3ds, que pourtant j’adore, mais amputée d’un stick) et celle du joueur plus lambda habitué au casual gaming sur son mobile. Pour ce dernier Sony a donc évité sa console d’un écran tactile et d’une surface tacxtile à l’arrière, sans compter un gyroscope. Il fallait donc que le gameplay de ses jeux vitrines utilisent tous ces gadgets (oui, je suis un vieux con rétrograde, moi pour jouer il me faut un pad en main et rien d’autre).

uncharted - 5

Et cet Uncharted n’échappe à la règle en nous proposant quasiment à chaque fois 2 versions de son gameplay : le traditionnel en utilisant le stick et les boutons et l’autre en faisant de la merde sur son écran tactile. Bon tant qu’on a le choix ça me dérange pas, je zappe simplement toutes ces merdes tactiles (l’escalade, les combats à mains nues) mais dès que c’est imposé ça me gave mais d’une force. bon c’est marrant 2 minutes de frotter son écran pour faire un calque d’un document ou pour remettre les pièces déchirées à leur bonne place, mais bordel que ça saoule de gratter l’arrière de son écran pour zoomer au snipe, de tortiller sa console dans tous les sens pour garder l’équilibre sur une poutre  mais bordel quel merde de devoir fissa lâcher une main pour faire une direction à l’écran pour pouvoir se maintenir à une corniche sous peine de tomber dans le vide (et donc de recommencer au dernier checkpoint) ou de se taper dans le final 2 combats d’une longueur insoutenable où il faut tracer des flèches sur l’écran.

uncharted - 6

La saga Uncharted n’a jamais été réputée pour ses affrontements finaux  bien foutus (et c’est un doux euphémisme après les zigzags pour éviter le jeteur de grenades fou du 2 et le combat à base de Quick Time Event à rallonge du 3) mais là on touche le fond du chiant et de l’énervant.

Pour le reste, c’est à dire quand, le jeu ne vous demande pas de vous prendre pour un possesseur d’Iphone se prenant pour un gamer avec son écran tactile à 600 boules, le jeu fait plus que le job dans le genre action-aventure. Phases de gunfights efficaces et bien rythmés (me^me si le final fait criser avec ses ennemis blindés où seuls les headshots vous font passer), ses parties escalades mettant en valeur les graphismes du jeu et l’impression de grandeur des décors. Seul les énigmes semblent ici être laissées un peu de côté par rapport aux volets de salon mais au final on retrouve quasiment les mêmes sensations que devant sa télé et c’est franchement bluffant.

uncharted - 8

Uncharted Golden Abyss n’a donc pas à rougir vis à vis de ses aînés et porte haut le flambeau vitrine technologique que l’on attendait de lui sur la dernière née de portables sony.  Attention cependant car au bout de 4 volets une certaine forme de routine commence à s’installer. Mais putain on a ça dans le creux de sa main bordel !

un bon film
un bon film

« Uncharted : Golden Abyss » de Sony Bend (2012). Edité par Sony. Disponible sur Playstation Vita

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s