Fruitvale Station (2014) de Ryan Coogler par Flow

Dernier jour d’un condamné.

Ce film a apparemment fait un tabac au festival de Sundance duquel il est reparti avec le Grand Prix. Vu la platitude de l’ensemble et le caractère putassier de la fin, on peut se demander pourquoi.

o-FRUITVALE-STATION-POSTER-570Le 1er janvier 2009 au matin, Oscar Grant, 22 ans, croise des agents de police dans la station de métro Fruitvale, San Francisco. Le film raconte les vingt quatre heures qui ont précédé cette rencontre.

Fruitvale-Station-Michael1On commence et on finit le film avec des images d’archives. Entre les deux, une suite de scènes filmées sans panache et surtout sans enjeu cinématographique. Malgré tout le bien que je pense de Michael B. Jordan (excellent dans la série Friday Night Lights), il ne parvient pas à faire de cet homme dont le hasard a fait de lui une victime, un personnage de fiction. Si on suit le dernier jour d’un condamné, sa vie comme elle nous ait présenté ne rend pas hommage à la vie de Oscar Grant. Bien au contraire. On ne s’attache jamais au personnage, qui ne dépasse jamais le stade de cliché (un jeune noir qui a fait de la prison et qui tente de s’en sortir, partagé entre sa vie de famille qui le pousse à faire des efforts et les coups de la vie qui le ramènent malgré lui vers ses anciennes occupations, comme le deal d’herbe).

la-la-et-0711-fruitvale-station-05-jpg-20130715Et c’est bien triste. Pour un film hommage, il ne provoque que détachement envers la vie de cet homme. Ainsi, quand vient le drame, l’émotion peine à se manifester.

Pire, on est même gêné à plusieurs reprises face à l’insistance du réalisateur pour nous montrer que son personnage est un chic type (la scène du chien). Encore plus grave, le caractère voyeur de la réalisation qui s’amuse à rappeler à l’écran le compte à rebours jusqu’au moment fatal. Les images d’archives finales passant même dans le carrément putassier avec les pleurs à l’écran de la véritable famille de Oscar Grant. Assez triste.

téléchargement

Fruitvale Station n’a aucun intérêt. Sans aucune vision cinématographique du drame, on nous impose le triste état des lieux d’un drame en forçant l’émotion de manière gênante et en essayant de capitaliser dessus. Dérangeant.

Note:

bof, mais ça passe
bof, mais ça passe

Bande-Annonce:

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s